"Une course à oublier" pour Verstappen et Red Bull

Plusieurs pertes de contrôle, une pénalité évitée de peu et une sixième place à l'arrivée : Max Verstappen a connu un Grand Prix de Turquie "à oublier".

"Une course à oublier" pour Verstappen et Red Bull

Malgré une pole position qui lui avait échappé la veille, Max Verstappen faisait figure de favori pour le Grand Prix de Turquie, disputé sur une piste détrempée au moment du départ. Malheureusement pour lui, rien ne s'est passé comme prévu ce dimanche, à l'image d'un envol laborieux qui l'a vu perdre plusieurs positions en raison d'un énorme patinage à l'extinction des feux. Le Néerlandais a ensuite mené la charge, donnant un temps le sentiment qu'il parviendrait à ses fins. Mais sa course a déraillé une première fois lorsqu'il a perdu le contrôle de sa machine juste derrière Sergio Pérez, qu'il semblait en passe de doubler. "Nous avons connu une course très difficile dans ces conditions délicates, et nous avons eu du mal du début à la fin", résume-t-il. "Franchement, c'est une course à oublier."

Lire aussi :

Verstappen a ensuite commis plusieurs impairs, à commencer par une sortie des stands très litigieuse, qui a même déclenché une enquête des commissaires, reportée à après la course. Les officiels ont finalement décidé de ne pas sanctionner le pilote, estimant qu'ils ne disposaient pas de preuve démontrant qu'il avait totalement dépassé la ligne blanche. La suite de sa course, le pilote Red Bull l'a menée comme il a pu, partant même encore une fois en tête-à-queue derrière son coéquipier Alexander Albon, qu'il a fini par dépasser pour terminer sixième sous le drapeau à damier.

"Honnêtement, c'est juste très frustrant", déplore-t-il. "J'essayais de suivre Checo [Pérez] et soudainement, j'ai reçu une grosse projection d'eau et je suis allé sur ce morceau vert. C'était un gros tête-à-queue. J'ai essayé d'éviter le mur et ça a fait des plats sur les pneus. Après ça, j'ai pu rattraper les autres mais c'était impossible de doubler car il n'y a qu'une trajectoire. Et cette trajectoire est déjà très glissante donc c'est super frustrant. On ne pouvait qu'attendre que les autres s'arrêtent au stand ou qu'il se passe quelque chose. Il fallait suivre, sans adhérence, essayer de survivre, donc ce n'était clairement pas une grande journée. Mais j'espère que nous ne nous retrouverons plus jamais dans cette situation, avec une piste aussi glissante."

Albon a cru jouer la victoire

Ce Grand Prix laissera probablement un goût amer à toute l'équipe Red Bull Racing, car Alexander Albon a lui aussi fait preuve d'un état d'esprit conquérant durant la première partie de course, avant de rentrer dans le rang. Après l'erreur de Verstappen, le Thaïlandais apparaissait comme la principale menace derrière les Racing Point, mais l'assèchement de la piste et le comportement des gommes intermédiaires dans ces conditions lui ont fait du mal, avant de connaître à son tour un tête-à-queue qui a précipité son deuxième arrêt au stand.

"Je suis un peu confus après cette course", confie celui qui a pris la septième place. "Au début, notre départ était très mauvais, mais ensuite nous avions une très bonne adhérence et nous avons pu remonter dans le peloton. Puis nous sommes rentrés au stand pour passer les intermédiaires, nous avions un grip incroyable et franchement, à ce moment-là, j'avais le sentiment que nous étions dans le coup pour la victoire, je me disais que tout se passait comme prévu. Ensuite j'ai fait un tête-à-queue mais ça allait encore, la course était longue et tout pouvait arriver. Mais une fois que nous avons passé un nouveau train de pneus, le même type de gommes [intermédiaires], nous n'avions aucune adhérence et aucun rythme."

partages
commentaires
Bottas : Six tête-à-queue pour un GP "désastreux"

Article précédent

Bottas : Six tête-à-queue pour un GP "désastreux"

Article suivant

Hamilton : "J'avais toujours dit qu'on ne me verrait pas pleurer !"

Hamilton : "J'avais toujours dit qu'on ne me verrait pas pleurer !"
Charger les commentaires
Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1 Prime

Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1

Dans les années 1960 et 1970, McLaren jonglait avec des engagements en F1, en Endurance et à Indianapolis, tout en concevant des F3 et des F2. Aujourd'hui, l'équipe retrouve ses racines, se développe en IndyCar et en Extreme E tout en poursuivant sa renaissance en F1, tandis que la Formule E et le WEC sont à l'étude. Mais n'est-ce pas trop, trop tôt ? Stuart Codling en discute avec Zak Brown.

Innovations bannies : le double diffuseur de Brawn GP Prime

Innovations bannies : le double diffuseur de Brawn GP

La saison 2009 de Formule 1 est célèbre pour avoir vu l'arrivée et le triomphe immédiat de Brawn GP sur les cendres de l'équipe Honda, avec la victoire dans les deux championnats à la clé, scellée il y a 12 ans jour pour jour à Interlagos.

Formule 1
18 oct. 2021
Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation Prime

Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation

Lewis Hamilton a répondu aux articles le disant "furieux" contre Mercedes après des échanges radio houleux lors du Grand Prix de Turquie. Une mise au point qui rappelle à quel point les extraits radio diffusés en F1 peuvent aussi bien éclairer que déformer une situation réelle.

Formule 1
14 oct. 2021
Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés" Prime

Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés"

Près de quinze ans après son arrivée en Formule 1, Sebastian Vettel a bien changé. Le quadruple Champion du monde n'hésite plus à défendre les causes qui lui tiennent à cœur, telle la protection de l'environnement et des personnes LGBT. Quel avenir aura-t-il à son départ de la Formule 1 ? Le pilote Aston Martin s'est confié à plusieurs médias, dont Motorsport.com Italie.

Formule 1
13 oct. 2021
Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1 Prime

Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1

Les arrêts au stand en Formule 1 sont un mélange à vitesse accélérée de haute technologie et de performance humaine. Pat Symonds nous décrit comment cette science des gains marginaux rend les arrêts si rapides.

Formule 1
12 oct. 2021
Les notes du Grand Prix de Turquie 2021 Prime

Les notes du Grand Prix de Turquie 2021

Après le Grand Prix de Turquie, seizième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
11 oct. 2021
Pourquoi Mercedes est plus fort et plus faible qu'il n'y paraît Prime

Pourquoi Mercedes est plus fort et plus faible qu'il n'y paraît

Mercedes et Lewis Hamilton ont dominé la première journée du Grand Prix de Turquie 2021, sur la surface grandement améliorée du circuit d'Istanbul. Mais la position de l'équipe n'est pas tout à fait ce qu'elle semble être. Voici pourquoi.

Formule 1
9 oct. 2021
Le dilemme du cash derrière les choix du calendrier F1 Prime

Le dilemme du cash derrière les choix du calendrier F1

La promesse de Liberty Media selon laquelle toute nouvelle course s'ajoutant au calendrier doit apporter une valeur ajoutée aux fans, aux équipes et à la Formule 1 en général a été remise en question par de multiples facteurs, découlant tous de la pandémie de COVID-19. Mais avec un œil sur le bilan comptable, la F1 va-t-elle à l'encontre de ses promesses avec ses récents projets ?

Formule 1
8 oct. 2021