Verstappen : Un moteur Renault plus rapide mais toujours insuffisant

Les deux Red Bull utilisent la spécification C de l'unité de puissance Renault pour ce Grand Prix d'Italie, avec un bilan mitigé pour l'instant.

Verstappen : Un moteur Renault plus rapide mais toujours insuffisant
Max Verstappen, Red Bull Racing RB14
Max Verstappen, Red Bull Racing RB14
Max Verstappen, Red Bull Racing RB14
Max Verstappen, Red Bull Racing RB14
Max Verstappen, Red Bull Racing RB14
Daniel Ricciardo, Red Bull Racing RB14
Daniel Ricciardo, Red Bull Racing RB14 lâche des étincelles
Daniel Ricciardo, Red Bull Racing RB14
Daniel Ricciardo, Red Bull Racing RB14 sparks

Daniel Ricciardo étant condamné à prendre le départ du fond de grille en raison d'une pénalité moteur, il n'a participé qu'à la première partie des qualifications – avec le quatrième chrono à la clé – tandis que son coéquipier Max Verstappen s'alignera sur le cinquième emplacement demain après-midi, relégué à sept dixièmes du leader en Q2 puis à une seconde et demie lors d'une Q3 où il n'a pu prendre l'aspiration d'aucun rival.

Lire aussi :

Verstappen ne se satisfait que partiellement du nouveau groupe propulseur au losange, qui a été monté sur sa monoplace ce samedi : "Il est un peu plus rapide que l'ancien, donc de ce point de vue, c'est positif. Bien sûr, ça n'est toujours pas suffisant, mais tout est bon à prendre, notamment dans l'optique de Singapour."

"En Q3, j'étais le premier en piste dans mon dernier run quand j'ai fait mon meilleur tour et ils se donnaient tous l'aspiration, donc ça fait trois ou quatre dixièmes d'écart. Cela aurait pu être un peu mieux. Cela reste plus d'une seconde de retard, mais c'est aussi ce qui nous manque du moteur."

En ce qui concerne la course de Monza, le Néerlandais ne fait pas preuve d'un grand optimisme, le Temple de la Vitesse faisant la part belle à la puissance des moteurs. Selon lui, pour monter sur le podium comme à Spa, il faudra "un meilleur rythme que prévu" et, comme il y a une semaine, "beaucoup de chance".

"Encourageant" selon Ricciardo

Quant à Daniel Ricciardo, s'il n'a pu pousser son unité de puissance dans ses retranchements, il est plutôt convaincu par sa compétitivité.

"Je pense que nous avions un peu plus de potentiel, d'autant que je n'ai fait qu'un tour en qualifications", commente l'Australien. "Je crois que le moteur n'était pas encore optimisé pour ce tour-là, mais j'avais déjà le sentiment que le couple était plus puissant et plus long dans de nombreux virages, donc c'était encourageant."

"Ça aide [à doubler]. La moindre puissance supplémentaire aide. Mais demain, je ne pense pas dépasser facilement même avec le DRS, ce sera sûrement sur les freins. Mais j'aime le freinage. J'espère que c'est fun pour vous, les gars. Pour moi, ça l'est toujours."

Pour une course où une stratégie à un arrêt "devrait être facile" pour lui, Ricciardo vise le top 5. Cependant, c'est surtout vers le Grand Prix de Singapour qu'il tourne ses pensées, sur un tracé où la Red Bull RB14 devrait être particulièrement efficace et où il estime le gain du nouveau moteur Renault à "deux dixièmes de seconde".

partages
commentaires
Grosjean meilleur des autres et enfin "à l'aise" à Monza
Article précédent

Grosjean meilleur des autres et enfin "à l'aise" à Monza

Article suivant

Après les qualifs, ils ont dit...

Après les qualifs, ils ont dit...
Charger les commentaires
Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton Prime

Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton

Juan Manuel Fangio, sans égal sur la piste et en dehors, a été le premier à définir ce qu'était un grand pilote de Formule 1. Nigel Roebuck retrace l'histoire d'un remarquable champion.

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing Prime

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing

Pendant de longues années, Daniel Ricciardo n'avait pas une haute estime de la course virtuelle, plus connue sous le nom de simracing. Mais le pilote McLaren a aujourd'hui un avis bien différent.

Formule 1
19 janv. 2022
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021
Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote Prime

Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote

Lola espérait retrouver le succès en Formule 1 en 1997 mais l'aventure, précipitée par Mastercard, a tourné au fiasco.

Formule 1
25 déc. 2021