Vettel admet s'interroger sur sa présence en F1

Reconnaissant certaines contradictions qui le mettent mal à l'aise, Sebastian Vettel admet se poser beaucoup de questions quant à la suite de sa carrière en Formule 1.

Sebastian Vettel, Aston Martin pendant la parade des pilotes

Sebastian Vettel admet désormais ouvertement se poser beaucoup de questions quant à son engagement en Formule 1. À bientôt 35 ans, le quadruple Champion du monde s'interroge sur la pertinence de sa présence en compétition, mais ce n'est ni le plaisir ni la passion qui sont en cause. Invité sur un plateau télé britannique par la BBC jeudi soir, il s'est épanché sur de nombreux sujets d'actualité qui, selon lui, sont prompts à remettre en cause la suite de carrière.

Ces dernières années, Sebastian Vettel a émergé comme une voix forte en Formule 1 sur bon nombre de thématiques, à l'instar de Lewis Hamilton. L'Allemand n'a pas hésité à prendre position sur des sujets environnementaux, sociétaux ou politiques, qu'il s'agisse de la lutte contre le réchauffement climatique, des droits pour la communauté LGBTQ+ dans certains territoires ou de la guerre en Ukraine.

Citant l'importance pour les pays à ne pas être énergétiquement dépendants, prenant comme exemple l'Allemagne avec le gaz en provenance de Russie, Sebastian Vettel a été mis face à ses contradictions sur le plateau de Question Time : on lui a rétorqué que lui-même participait à une discipline "gourmande en carburant", provoquant des rires dans le public. Puis la question lui a été posée de savoir si cela ne le plaçait pas dans une posture "hypocrite".

"C'est vrai, et vous avez raison de rigoler, car il y a des questions que je me pose tous les jours", a-t-il répondu. "Je ne suis pas un saint. Je suis très préoccupé quand on parle de l'avenir, et donc de ces sujets autour de l'énergie, de la dépendance énergétique et de la direction que nous prenons pour le futur." Une réflexion qui a ensuite poussé Sebastian Vettel à reconnaître, au sujet de sa présence en F1 : "C'est quelque chose sur quoi je m'interroge".

"Il y a certaines choses sur lesquelles j'ai le contrôle, d'autres non", a-t-il poursuivi. "C'est ma passion de piloter une voiture, et j'adore ça. Et à chaque fois que je monte dans la voiture, j'aime ça. Lorsque je sors de la voiture, bien sûr je réfléchis et je me demande aussi si c'est quelque chose que l'on devrait faire : voyager à travers le monde en gaspillant des ressources ?"

"Je me pose énormément de questions. Il y a beaucoup de choses que je fais parce que j'ai le sentiment que je peux les améliorer. Ai-je besoin de prendre l'avion à chaque fois ? Non, quand je le peux, je prends la voiture. Il y a certaines choses que je contrôle et d'autres qui sont hors de mon contrôle."

Lire aussi :

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article
Article précédent Red Bull va atteindre le poids minimal à Barcelone
Article suivant Alpine veut discuter avec la FIA de la pénalité "injuste" d'Alonso

Meilleurs commentaires

Il n'y a pas de commentaire pour le moment. Souhaitez-vous en écrire un ?

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France