Battu par Räikkönen, Vettel fulmine contre la tactique Ferrari

Sebastian Vettel a laissé sentir son mécontentement sur le choix fait par Ferrari dans sa position de piste adoptée face à son équipier Kimi Räikkönen, auteur de la pole position à Monza.

Battu par Räikkönen, Vettel fulmine contre la tactique Ferrari
Sebastian Vettel, Ferrari SF71H
Le poleman Kimi Raikkonen, Ferrari, avec Mick Schumacher
Kimi Raikkonen, Ferrari SF71H
Sebastian Vettel, Ferrari SF71H
Sebastian Vettel, Ferrari SF71H
Sebastian Vettel, Ferrari SF71H
Sebastian Vettel, Ferrari SF71H
Le poleman Kimi Raikkonen, Ferrari fête sa pole position dans le Parc Fermé
Kimi Raikkonen, Ferrari SF71H
Sebastian Vettel, Ferrari
Kimi Raikkonen, Ferrari SF71H
La gourde de Sebastian Vettel, Ferrari

"On parlera plus tard !" La brève réaction de Sebastian Vettel dans son message radio adressé au team Ferrari, après s'être classé second sur la grille de départ du Grand Prix d'Italie et avoir été battu par son équipier Kimi Räikkönen dans la quête de la pole position, voulait tout dire.

En dépit d'une petite incursion large au-delà d'un vibreur en sortie d'un virage dans son ultime tentative chronométrée, le quadruple Champion du monde avait le sentiment, au sortir de son cockpit, d'avoir favorisé la performance du Finlandais en lui offrant de l'aspiration dans le moment comptant le plus, et ainsi d'avoir été lésé dans sa quête de la pole position.

Il faut dire qu'en dépit du fait de se trouver plus distancé que Vettel au Championnat du monde des pilotes, Räikkönen avait bel et bien été celui qui avait réalisé le meilleur chrono des deux Ferrari dans la première tentative lancée de Q3, signant le second temps à sept centièmes de la référence alors détenue par Lewis Hamilton. Troisième pour un souffle, Vettel se trouvait ainsi devant Räikkönen sur la piste pour l'ultime chasse à la pole.

Lire aussi :

Une fois parvenu devant le micro de la FOM, Vettel faisait contre mauvaise fortune bon cœur et ne se lançait pas dans une polémique publique devant des tifosi enchantés.

"C'est incroyable de voir tous ces fans autour du circuit", a commenté l'Allemand. "C'est un bon résultat pour l'équipe. Je ne suis pas pleinement satisfait de mon dernier relais, mais Kimi a finalement été trop rapide. C'est toujours comme ça à Monza : il était à l'endroit parfait. Mon dernier tour n'était pas parfait, mais c'est bien d'avoir les deux voitures en première ligne."

"Mieux que ça, c'est impossible", soufflait de son côté Maurizio Arrivabene, directeur de l'équipe Ferrari, au micro de Sky Sports F1. "Nous ne sommes pas ici pour enlever le sourire à quelqu'un mais pour le donner à nos tifosi. J'ai déjà dit que nous marquions les points le dimanche et pas le samedi. Aujourd'hui, c'est pareil, mais c'est [déjà] une grande joie. C'est pour tous ceux qui aiment le sport auto, car Monza est spécial."

L'esprit de Vettel était déjà apaisé, une fois venu le moment de la conférence de presse officielle de la FIA, à laquelle participe le Top 3. On y voyait ainsi un Vettel prenant ses responsabilités directes sur un résultat jugé décevant par l'Allemand, auteur d'un tour perfectible.

"Pour être franc, ce n'était pas un tour propre ; les autres tours étaient en fait meilleurs. J'ai perdu un peu dans la première et la seconde chicane, les Lesmos… Un peu partout. Le dernier secteur était OK mais pas fantastique, et ce n'était juste pas un bon tour, et pas suffisant, bien évidemment. J'ai été chanceux de finir second et non troisième, mais ce n'était juste pas assez bon."

Vettel se battra contre un Räikkönen "autorisé à gagner"

Dès lors, le pilote Ferrari balayait devant les micros cette fois clairement tout doute de sa part de l'usage d'une consigne hiérarchique adoptée par son équipe, tout en faisant savoir qu'il n'était pas satisfait du fait d'avoir vu son équipe appliquer l'entente interne, qui favorisait Räikkönen ce week-end.

"Je ne pense pas qu'il y ait eu quoi que ce soit de lié à ça. Clairement, je n'étais pas heureux, mais je ne vous dirai pas pourquoi."

Ce n'était simplement pas au tour de Vettel de recevoir l'aspiration de son équipier sur ce circuit où celle-ci peut faire une importante différence.

"Nous avons un ordre qui change chaque semaine, et ce week-end, c'était à Kimi de passer second, c'est simple. S'il part de la pole, je suppose qu'il est autorisé à gagner. C'est une longue course, il souhaite gagner et je souhaite gagner, donc espérons que l'un de nous le fera."

Vettel promet ainsi de tenter de prendre les commandes de la course au premier virage.

"Je suppose un peu. On vise toujours le fait de se trouver devant, quelle que soit la personne contre qui l'on court. Il est certain qu'on essaie d'éviter les contacts : il faut essayer d'éviter ça de toute façon. Ce n'est pas comme si je disais : 'oui, je suis heureux d'aller au contact'. Avec notre voiture, on ne peut pas se permettre de toucher ou se faire toucher."

Lire aussi :

partages
commentaires
La grille de départ du GP d'Italie
Article précédent

La grille de départ du GP d'Italie

Article suivant

Hamilton : Räikkönen et Ferrari ont fait "du beau boulot"

Hamilton : Räikkönen et Ferrari ont fait "du beau boulot"
Charger les commentaires
La F1 ne manquera pas à Räikkönen, mais il manquera à la F1 Prime

La F1 ne manquera pas à Räikkönen, mais il manquera à la F1

Trois ans après sa dernière victoire en Formule 1, à Austin, Kimi Räikkönen est désormais à quelques Grands Prix de mettre un terme à la plus longue carrière de l'Histoire. Son ami et ancien attaché de presse au sein de l'équipe de rallye Ice1 Racing, Anthony Peacock, explique pourquoi il laissera un vide tout en s'épanouissant dans une nouvelle vie.

Formule 1
27 oct. 2021
Il y a 35 ans, le deuxième titre quasi inespéré de Prost Prime

Il y a 35 ans, le deuxième titre quasi inespéré de Prost

Le 26 octobre 1986, Alain Prost décrochait son deuxième titre mondial consécutif, à l'issue d'un Grand Prix d'Australie de folie, ponctué de nombreux rebondissements et retournements de situation. Récit.

Formule 1
26 oct. 2021
Les notes du Grand Prix des États-Unis 2021 Prime

Les notes du Grand Prix des États-Unis 2021

Après le Grand Prix des États-Unis, dix-septième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
25 oct. 2021
Quand Briatore tendait un piège à Zanardi et Jordan Prime

Quand Briatore tendait un piège à Zanardi et Jordan

Alessandro Zanardi a bien cru qu'il allait pouvoir faire ses débuts à domicile au Grand Prix d'Italie 1991, mais il ne s'est pas rendu compte que Flavio Briatore était en train de lui tendre un piège.

Formule 1
23 oct. 2021
Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1 Prime

Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1

Le 22 octobre 1967, Denny Hulme était sacré, au nez et à la barbe des stars de l'époque. Retour sur la carrière du plus méconnu des Champions du monde de la discipline reine.

Formule 1
22 oct. 2021
Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1 Prime

Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1

Emerson Fittipaldi est surtout connu pour ses deux titres de Champion du monde de F1 et ses deux victoires aux 500 Miles d'Indianapolis. Mais le Brésilien a également enfilé la casquette de directeur d'équipe. L'ancien designer de l'écurie Fittipaldi, Tim Wright, revient sur une période marquée par des conflits internes, un financement limité et des résultats blancs en dépit d'un excellent casting.

Formule 1
21 oct. 2021
Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991 Prime

Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991

La saison 1991 représente l'une des plus grandes opportunités manquées de l'Histoire de Williams. Des problèmes techniques et des erreurs parfois grossières de Nigel Mansell ont aidé Ayrton Senna à décrocher la dernière de ses trois couronnes mondiales.

Formule 1
20 oct. 2021
Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1 Prime

Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1

Dans les années 1960 et 1970, McLaren jonglait avec des engagements en F1, en Endurance et à Indianapolis, tout en concevant des F3 et des F2. Aujourd'hui, l'équipe retrouve ses racines, se développe en IndyCar et en Extreme E tout en poursuivant sa renaissance en F1, tandis que la Formule E et le WEC sont à l'étude. Mais n'est-ce pas trop, trop tôt ? Stuart Codling en discute avec Zak Brown.

Formule 1
19 oct. 2021