Vettel décrit le circuit de Valencia

Le GP d’Europe, à Valencia, sera le théâtre de la troisième épreuve urbaine consécutive, après les manches de Monaco et de Montréal

Le GP d’Europe, à Valencia, sera le théâtre de la troisième épreuve urbaine consécutive, après les manches de Monaco et de Montréal. Mais comme à Montréal, les vitesses de passage sur le long tracé portuaire infligeront des contraintes très différentes de celles de Monaco sur les pilotes et les monoplaces.

On pilote à une vitesse moyenne de plus de 200 km/h à Valencia, ce qui signifie qu’il s’agit de l’un des circuits les plus rapides en Formule 1”, rappelle Sebastian Vettel.

En dépit du caractère très sinueux de la piste et des nombreux virages à moyenne et grande vitesse, les dépassements sont possibles à Valencia.

C’est possible, mais il y a un risque”, tempère le Champion du Monde, précisant que“ les turbulences aérodynamiques créés par les voitures se suivant de près ne disparaissent pas en raison de la présence de hauts murs autour de la piste”.

Si l’on perd de l’adhérence, dans des cas extrêmes, il faut relâcher l’accélérateur. La ligne de départ/arrivée est spéciale, car elle n’est pas très longue, et mène dans un droit rapide qu’il faut négocier à 290 km/H”…

Faites partie de quelque chose de grand

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Sebastian Vettel
Type d'article Actualités