Vettel : Les évolutions Ferrari "ne changent pas la donne"

Sebastian Vettel pense que la Ferrari évoluée n'est pas de nature à "changer la donne" pour la Scuderia, même si l'écurie manque encore d'informations pour totalement la juger.

Vettel : Les évolutions Ferrari "ne changent pas la donne"

Ferrari a introduit pour le Grand Prix de Styrie des évolutions aérodynamiques sur sa SF1000 afin d'en corriger les défauts découverts lors des essais hivernaux. La Scuderia a accéléré la mise en place d'un package complet qui était initialement prévu pour le Hungaroring ce week-end et qui a été entièrement installé pour la seconde course sur le Red Bull Ring.

Cependant, la météo exécrable de samedi dernier et l'accrochage du premier tour entre Sebastian Vettel et Charles Leclerc n'ont pas permis à l'équipe d'accumuler suffisamment de kilomètres pour se faire une idée précise des performances. Ainsi, la spécification sera exactement la même pour ce GP de Hongrie, l'attention de Ferrari depuis le GP de Styrie s'étant focalisée sur le remplacement des pièces cassées.

Lire aussi :

En dépit d'un certain optimisme au sortir des deux séances d'essais libres de vendredi dernier, Vettel a expliqué ce jeudi que le pas en avant important espéré ne s'était pas matérialisé, même s'il faut encore pleinement l'éprouver en conditions de course. "Nous savons que les pièces ont fonctionné. Nous aurions évidemment aimé qu'elles changent la donne ; on ne dirait pas, à ce stade."

"Mais, de nouveau, nous devons les confirmer dans des conditions réelles de course. Donc je pense que ce sera intéressant et nous sommes impatients de voir où se situera la voiture demain et puis ensuite en course particulièrement."

Même si la nature du tracé magyar, lent et sinueux, est bien différente de celle du Red Bull Ring, rapide et avec peu de virages, Ferrari ne s'attend pas vraiment à des miracles. "Je pense que, de façon réaliste, nous avons du mal avec la performance pour l'instant, donc je ne pense pas que nous puissions envisager de nous battre pour des podiums pour le moment", a déclaré Leclerc. "Mais nous essayons de changer ça. Et nous essayons de travailler aussi dur que possible pour que ça change."

Lire aussi :

Quand il lui a été demandé si le Hungaroring, moins sensible à la puissance moteur, serait un avantage pour une Ferrari manquant de vitesse de pointe, le Monégasque a répondu : "De nouveau, c'est difficile car l'année dernière je pense que nous avions également du mal sur cette piste. Cette saison, nous avons une voiture différente."

"Avec un peu de chance, les changements effectués sur l'équilibre vont nous aider, mais je doute que l'image globale soit très différente du week-end précédent. Donc je m'attends à ce que ce soit la même chose."

partages
commentaires

Voir aussi :

Renault croit avoir résolu ses problèmes de radiateurs

Article précédent

Renault croit avoir résolu ses problèmes de radiateurs

Article suivant

Albon : Il n'y a pas "besoin de paniquer" après deux courses

Albon : Il n'y a pas "besoin de paniquer" après deux courses
Charger les commentaires
Qu'est-ce qui empêche les Américains de courir en F1 ? Prime

Qu'est-ce qui empêche les Américains de courir en F1 ?

Lors des 25 dernières années, deux Américains seulement ont couru en Formule 1, sans marquer le moindre point. Qu'est-ce qui explique ce manque de succès dans la catégorie reine du sport automobile ?

Frédéric Vasseur, le capitaine idéal pour un navire en F1 Prime

Frédéric Vasseur, le capitaine idéal pour un navire en F1

Deux dixièmes places lors des dernières courses ont permis à Alfa Romeo de se hisser en tête de la lutte parmi les écuries de fond de peloton, mais à plus long terme, l'équipe basée en Suisse a des ambitions bien plus grandes. Avec les nouvelles règles de 2022 qui devraient équilibrer les choses, le patron de l'écurie, Frédéric Vasseur, a de bonnes raisons d'être optimiste, comme il l'a expliqué à Motorsport.com dans une interview exclusive.

Formule 1
19 juin 2021
Comment Ferrari a donné tort à Charles Leclerc Prime

Comment Ferrari a donné tort à Charles Leclerc

Ferrari a impressionné en signant la pole position à Monaco et à Bakou. Voici comment la Scuderia a redressé la barre après une saison 2020 difficile.

Formule 1
18 juin 2021
Ces moments de joie qui soulignent le problème majeur de la F1 Prime

Ces moments de joie qui soulignent le problème majeur de la F1

Les victoires tant attendues des anciens pilotes de Formule 1 Marcus Ericsson et Kevin Magnussen le week-end dernier, respectivement en IndyCar et en IMSA, ont rappelé à la F1 ce qui lui manque. Mais avec les nouvelles règles visant à équilibrer le plateau, l'optimisme renaît quant à la possibilité pour davantage de pilotes de lutter pour des succès autrefois inespérés.

Formule 1
17 juin 2021
Ces ruses autour des pneus qui vont désormais être interdites Prime

Ces ruses autour des pneus qui vont désormais être interdites

Les conclusions de Pirelli sur les défaillances des pneus à Bakou n'ont pas complètement rejeté la faute sur les équipes, mais la fermeté de la réponse de la FIA laisse peu de place au doute.

Formule 1
16 juin 2021
L'heure a sonné pour l'outil de conception le plus fiable de la F1 Prime

L'heure a sonné pour l'outil de conception le plus fiable de la F1

Le travail en soufflerie constitue le fondement du développement aérodynamique d’une Formule 1. Cependant, les progrès de la recherche virtuelle annoncent la disparition de cet outil coûteux et compliqué.

Formule 1
15 juin 2021
Comment Pérez fait face à la complexe culture Red Bull Prime

Comment Pérez fait face à la complexe culture Red Bull

Sergio Pérez a passé la majorité de sa carrière à piloter en milieu de peloton, se demandant s'il aurait un jour une chance d'accéder à une équipe de pointe. Red Bull lui a donné cette opportunité, et bien que la vie au sommet soit difficile, le vainqueur de Bakou fait tout ce qu'il faut pour s'entendre avec Max Verstappen.

Formule 1
14 juin 2021
Quand Kubica gagnait et Honda faisait d'Alonso sa cible n°1 Prime

Quand Kubica gagnait et Honda faisait d'Alonso sa cible n°1

Le Grand Prix du Canada 2008 s'était apparenté à de véritables montagnes russes en piste comme en dehors, et avait été absolument passionnant à couvrir depuis le paddock. Voici pourquoi.

Formule 1
13 juin 2021