Vettel retient la compétitivité retrouvée de Ferrari

Les deux Ferrari ont donné du fil à retordre à Lewis Hamilton en qualifications à Austin, mais cela n'a pas suffi à priver le leader du championnat d'une nouvelle pole position.

Vettel retient la compétitivité retrouvée de Ferrari
Sebastian Vettel, Ferrari SF71H
Sebastian Vettel, Ferrari SF71H
Kimi Raikkonen, Ferrari SF71H
Sebastian Vettel, Ferrari SF71H
Sebastian Vettel, Ferrari
Kimi Raikkonen, Ferrari SF71H
Kimi Raikkonen, Ferrari

Si Sebastian Vettel avait au moins une certitude avant la séance de qualifications du Grand Prix des États-Unis, c'était celle de ne pas décrocher la pole position. Pénalisé de trois places sur la grille de départ après une infraction sous drapeau rouge vendredi, le pilote Ferrari devait faire au mieux pour limiter la casse. 

Il y est d'abord parvenu en Q2 en optant avec réussite pour les pneus supertendres, qu'il pourra chausser au départ dimanche, tout comme Lewis Hamilton, Valtteri Bottas et Daniel Ricciardo. Quant à la Q3, il a échoué à un souffle d'un Hamilton toujours impérial à Austin, signant le deuxième temps à seulement 61 millièmes de seconde du pilote Mercedes. De quoi d'abord être déçu, puis admettre la fatalité d'un départ qui se fera donc depuis la cinquième place de la grille de départ. 

Lire aussi :

"C'était très serré", constate un Vettel qui n'a pas masqué dans sa radio la frustration d'être passé si près du meilleur temps. "C'est toujours dommage de perdre pour cet écart. J'étais très content de mes tours, ce n'était pas facile de faire le tour parfait. Il n'a pas plu aujourd'hui, c'était mieux. Il y avait du vent, mais c'est pareil pour tout le monde."

L'espoir de repousser l'échéance d'un cinquième titre mondial qui tend les bras à Hamilton dès ce week-end existe encore, mais il faudra batailler en course. Au moins, après des temps difficiles, l'Allemand se félicite déjà d'avoir retrouvé une monoplace qui vient quasiment faire jeu égal avec la Flèche d'Argent. 

"Je suis content que nous ayons retrouvé notre compétitivité", avance-t-il. "Le sec nous convient mieux, nous ne nous attendions pas à être si proches."

Räikkönen en trouble-fête ?

Une partie des espoirs de Ferrari reposera sur Kimi Räikkönen, troisième de ces qualifications et amené à prendre le départ en première ligne suite à la pénalité de son coéquipier. Le Finlandais est sur une stratégie différente, et il sera le seul du top 5 à s'élancer dimanche soir avec les pneus ultratendres, sans doute avec l'ambition d'aller perturber la marche en avant du poleman Hamilton. 

"C'est une journée très positive", estime le Champion du monde 2007. "C'était très serré, c'est loin d'être idéal. La course va être très longue, personne ne sait comment vont survivre les pneus à cause de la pluie d'hier, donc ce sera très intéressant. Nous allons essayer de prendre un bon départ et nous verrons ce que nous pourrons faire."

partages
commentaires
La grille de départ du GP des États-Unis
Article précédent

La grille de départ du GP des États-Unis

Article suivant

Hamilton savait qu'il fallait "des tours solides" face aux Ferrari

Hamilton savait qu'il fallait "des tours solides" face aux Ferrari
Charger les commentaires
La F1 ne manquera pas à Räikkönen, mais il manquera à la F1 Prime

La F1 ne manquera pas à Räikkönen, mais il manquera à la F1

Trois ans après sa dernière victoire en Formule 1, à Austin, Kimi Räikkönen est désormais à quelques Grands Prix de mettre un terme à la plus longue carrière de l'Histoire. Son ami et ancien attaché de presse au sein de l'équipe de rallye Ice1 Racing, Anthony Peacock, explique pourquoi il laissera un vide tout en s'épanouissant dans une nouvelle vie.

Formule 1
27 oct. 2021
Il y a 35 ans, le deuxième titre quasi inespéré de Prost Prime

Il y a 35 ans, le deuxième titre quasi inespéré de Prost

Le 26 octobre 1986, Alain Prost décrochait son deuxième titre mondial consécutif, à l'issue d'un Grand Prix d'Australie de folie, ponctué de nombreux rebondissements et retournements de situation. Récit.

Formule 1
26 oct. 2021
Les notes du Grand Prix des États-Unis 2021 Prime

Les notes du Grand Prix des États-Unis 2021

Après le Grand Prix des États-Unis, dix-septième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
25 oct. 2021
Quand Briatore tendait un piège à Zanardi et Jordan Prime

Quand Briatore tendait un piège à Zanardi et Jordan

Alessandro Zanardi a bien cru qu'il allait pouvoir faire ses débuts à domicile au Grand Prix d'Italie 1991, mais il ne s'est pas rendu compte que Flavio Briatore était en train de lui tendre un piège.

Formule 1
23 oct. 2021
Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1 Prime

Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1

Le 22 octobre 1967, Denny Hulme était sacré, au nez et à la barbe des stars de l'époque. Retour sur la carrière du plus méconnu des Champions du monde de la discipline reine.

Formule 1
22 oct. 2021
Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1 Prime

Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1

Emerson Fittipaldi est surtout connu pour ses deux titres de Champion du monde de F1 et ses deux victoires aux 500 Miles d'Indianapolis. Mais le Brésilien a également enfilé la casquette de directeur d'équipe. L'ancien designer de l'écurie Fittipaldi, Tim Wright, revient sur une période marquée par des conflits internes, un financement limité et des résultats blancs en dépit d'un excellent casting.

Formule 1
21 oct. 2021
Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991 Prime

Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991

La saison 1991 représente l'une des plus grandes opportunités manquées de l'Histoire de Williams. Des problèmes techniques et des erreurs parfois grossières de Nigel Mansell ont aidé Ayrton Senna à décrocher la dernière de ses trois couronnes mondiales.

Formule 1
20 oct. 2021
Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1 Prime

Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1

Dans les années 1960 et 1970, McLaren jonglait avec des engagements en F1, en Endurance et à Indianapolis, tout en concevant des F3 et des F2. Aujourd'hui, l'équipe retrouve ses racines, se développe en IndyCar et en Extreme E tout en poursuivant sa renaissance en F1, tandis que la Formule E et le WEC sont à l'étude. Mais n'est-ce pas trop, trop tôt ? Stuart Codling en discute avec Zak Brown.

Formule 1
19 oct. 2021