Vettel : Ferrari a "mis trop de temps" à réaliser son erreur

Sebastian Vettel estime que Ferrari a mis trop de temps à se rendre compte que les récents développements apportés à la SF71H n'allaient pas dans le bon sens, ce qui a probablement coûté des points précieux dans la course au titre ces dernières semaines.

Vettel : Ferrari a "mis trop de temps" à réaliser son erreur
Sebastian Vettel, Ferrari SF71H
Sebastian Vettel, Ferrari SF71H et Daniel Ricciardo, Red Bull Racing RB14 s'accrochent au premier tour
Sebastian Vettel, Ferrari SF71H
Sebastian Vettel, Ferrari SF71H
Sebastian Vettel, Ferrari SF71H
Sebastian Vettel, Ferrari SF71H
Sebastian Vettel, Ferrari, signe des autographes pour les fans
Sebastian Vettel, Ferrari, dans le garage
Sebastian Vettel, Ferrari SF71H en tête-à-queue après l'accrochage avec Daniel Ricciardo, Red Bull Racing RB14
Le poleman Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 avec Sebastian Vettel, Ferrari dans le parc fermé
Sebastian Vettel, Ferrari SF71H
Sebastian Vettel, Ferrari SF71H

À Austin, la Scuderia a pris la décision en cours de week-end d'abandonner ses plus récentes évolutions et de revenir à certains concepts d'une spécification plus ancienne, ce qui s'est avéré concluant.

En qualifications, Sebastian Vettel et Kimi Räikkönen sont passés respectivement à 67 et 70 millièmes de la pole position, tandis que le Finlandais a confirmé en course les bonnes dispositions de la monoplace de Maranello en s'imposant. Dès samedi, Vettel avait fait remarquer le choix bénéfique de revenir en arrière, et le Grand Prix n'a fait que conforter son propos.

"Ça a pris trop de temps", regrette-t-il. "On peut voir ça comme une bonne nouvelle [d'être de retour en forme] mais aussi comme une mauvaise. Si l'on doit revenir à une voiture qui était compétitive il y a trois ou quatre mois, alors ce n'est sûrement pas une bonne nouvelle quand on y réfléchit. Pour nous, sur le plan technique, c'est important de comprendre ce qui s'est mal passé."

Lire aussi :

Pour le moment, rien ne dit de manière évidente ce qui a poussé la Scuderia à s'entêter dans une voie qui n'était finalement pas la bonne et à prendre autant de temps avant de faire le choix d'un rétropédalage.

"C'est un peu dur à expliquer", avance Vettel. "Nous avons assurément senti que la voiture n'était pas aussi forte qu'avant, mais si l'on ne voit rien d'incorrect, alors on ne peut pas savoir d'où ça vient."

"Toutes les étapes que nous avons franchies semblaient avoir du sens, mais maintenant, en prenant du recul, ce n'était pas le cas. Il y a clairement quelque chose que nous n'avons pas vu, et nous n'avons pas encore compris pourquoi ni où l'erreur a précisément commencé. Il y a donc beaucoup à faire et à comprendre de notre côté, mais je suis certain que nous ferons le nécessaire pour y parvenir."

Je n'ai aucun problème à admettre mes erreurs.

Sebastian Vettel (Ferrari)

Selon Vettel, un début d'explication se trouve peut-être dans les circonstances rencontrées lors de certains Grands Prix, comme à Singapour ou au Japon, avec des conditions de piste qui n'étaient pas toujours optimales en essais libres pour mener tous les tests nécessaires. Interrogé sur cette éventualité, il ne l'écarte pas.

"C'est certain. Quand les choses ont commencé à mal tourner, ça ne pouvait pas mieux aller", plaide-t-il. "Il y a eu de trop nombreuses incidences de ce genre. Je ne crois pas à la chance ou à la malchance, mais il y a sûrement des choses qui ne sont pas allées totalement dans notre sens, c'est comme ça."

Quand sonnera l'heure du bilan définitif de cette saison 2018, les responsabilités dans l'échec probable de Vettel et Ferrari à aller conquérir le titre mondial seront probablement partagées, mais l'Allemand considère déjà ce coup d'arrêt dans le développement de sa monoplace comme le facteur déterminant.

"Ce n'est pas comme s'il y avait un problème à la base, et qu'au final c'était pire", explique-t-il. "Je n'ai aucun problème à admettre mes erreurs. Il nous est arrivé certaines choses qui ne nous ont pas aidés, mais le point crucial a été que, pendant une grosse partie de la saison, nous n'avions pas la vitesse pour être au rendez-vous, puis il y a d'autres choses qui n'ont peut-être pas aidé. Il y aura beaucoup de choses que nous devrons revoir pendant l'hiver, pour nous tous, y compris moi-même."

partages
commentaires
Les commissaires trop cléments envers Sainz à Austin ?
Article précédent

Les commissaires trop cléments envers Sainz à Austin ?

Article suivant

Tost refuserait "catégoriquement" moins de 20 GP par saison

Tost refuserait "catégoriquement" moins de 20 GP par saison
Charger les commentaires
Pourquoi Djeddah est le plus grand saut dans l'inconnu depuis longtemps Prime

Pourquoi Djeddah est le plus grand saut dans l'inconnu depuis longtemps

Les dirigeants de la Formule 1 ont toujours été très sélectifs dans les mots qu'ils ont utilisés pour décrire l'état de préparation du nouveau circuit qui accueille le Grand Prix d'Arabie saoudite.

Patrons et membres d'écurie : la vie sous haute pression Prime

Patrons et membres d'écurie : la vie sous haute pression

La pression est forte sur Red Bull et Mercedes, alors que débute le sprint final de la saison. La manière dont les deux équipes gèrent cette pression sera un facteur déterminant pour l'attribution des titres pilotes et constructeurs.

Formule 1
2 déc. 2021
L'inspirant témoignage de résilience de Robert Kubica Prime

L'inspirant témoignage de résilience de Robert Kubica

Quand on regarde la deuxième carrière de Robert Kubica en Formule 1, la tristesse peut vite prendre le dessus. Mais dans un tel contexte, les performances et les résultats ne sont pas ce qu'il y a de plus important…

Formule 1
1 déc. 2021
Ces champions que l'on a rarement vus en tête (2/2) Prime

Ces champions que l'on a rarement vus en tête (2/2)

Il est déjà arrivé 22 fois que le pilote couronné en Formule 1 ne soit pas celui qui a parcouru le plus de kilomètres en tête cette saison-là. Si Lewis Hamilton est sacré à Abu Dhabi, il rejoindra ce clan étonnant. En voici dix exemples parmi les plus marquants.

Formule 1
28 nov. 2021
Ces champions que l'on a rarement vus en tête (1/2) Prime

Ces champions que l'on a rarement vus en tête (1/2)

Il est déjà arrivé 22 fois que le pilote couronné en Formule 1 ne soit pas celui qui a parcouru le plus de kilomètres en tête cette saison-là. Si Lewis Hamilton est sacré à Abu Dhabi, il rejoindra ce clan étonnant. En voici dix exemples parmi les plus marquants.

Formule 1
27 nov. 2021
Ces erreurs que Red Bull ne peut plus commettre face à Mercedes Prime

Ces erreurs que Red Bull ne peut plus commettre face à Mercedes

OPINION : L'écurie Red Bull a disposé du package le plus rapide pendant la majeure partie de l'année 2021, mais lors de plusieurs épreuves de la dernière ligne droite, elle a gaspillé le potentiel de la RB16B. Deux Grands Prix avant la fin de saison, elle ne peut pas se permettre de le faire à nouveau avec Lewis Hamilton qui réduit l'écart sur Max Verstappen au classement des pilotes.

Formule 1
26 nov. 2021
Pourquoi l'aileron Red Bull fait des vagues Prime

Pourquoi l'aileron Red Bull fait des vagues

Le DRS oscillant de Red Bull a fait parler de lui lors du Grand Prix du Qatar. Plus précisément, c'est une des configurations de l'aileron arrière de l'équipe qui pose problème.

Formule 1
25 nov. 2021
Hamilton se confie : Verstappen, la diva Mercedes, l'héritier Russell... Prime

Hamilton se confie : Verstappen, la diva Mercedes, l'héritier Russell...

La saison 2021 est certainement l'une des plus intenses qu'ait connues Lewis Hamilton au fil de sa longue et victorieuse carrière en Formule 1. Le septuple Champion du monde s'est confié à quatre médias au Grand Prix du Qatar, dont Motorsport.com, sur de nombreux sujets tels que cette bataille à couteaux tirés avec Max Verstappen, une Mercedes W12 qui lui donne du fil à retordre et son futur coéquipier George Russell…

Formule 1
24 nov. 2021