Vettel, frustré, n'en veut pas à Ricciardo

Les malheurs de Ferrari ont commencé très tôt durant la course du Grand Prix de Mexique et notamment dès le 1er tour, lorsque Sebastian Vettel et Daniel Ricciardo se sont touchés.

Après un envol très moyen de Sebastian Vettel, Daniel Ricciardo s'est trouvé à ses côtés dans les premiers virages. Or, une légère touchette entre les deux voitures a occasionné une touchette et la crevaison du pilote Ferrari.

Si l’Allemand reconnait qu’il n’a pas cherché, dans un premier temps, à ouvrir sa trajectoire, il estime cependant que son ancien équipier n’était pas à sa hauteur : "J'ai fermé la porte, mais il n'a jamais vraiment été à côté de moi," a-t-il expliqué pour Sky Sport.

Il n’en veut cependant pas à l’Australien même si la frustration prime : "Je l'ai vu au dernier moment et j'ai ouvert ma trajectoire mais c'était trop tard. Ce genre de trucs, on ne le fait pas exprès donc je ne rejette pas la faute sur lui, nous faisons tous de notre mieux. Mais c'est pénible d'être heurté au premier virage."

Après sa crevaison, le quadruple Champion du Monde est passé par les stands pour chausser des pneus medium avant d'entamer une remontée qui s'est finalement soldée par un abandon sur une sortie de piste.

Du côté de Daniel Ricciardo, la tendance est plutôt à une manœuvre légèrement cavalière de Vettel même si le doute subsistait à chaud, lui aussi au micro de Sky Sports : "Franchement, je n'étais pas content, je regarderai un replay pour voir si c'était ma faute, mais j'étais juste là, je n'essayais pas de dépasser. Au départ, on est tous regroupés. Il aurait dû regarder la corde pour voir si j'étais là."

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Événement GP du Mexique
Sous-évènement Course
Circuit Autodromo Hermanos Rodriguez
Pilotes Sebastian Vettel , Daniel Ricciardo
Équipes Ferrari , Red Bull Racing
Type d'article Résumé de course
Tags accrochage, déclarations, mexico