Vettel - "Je peux comprendre" la tactique de Hamilton

Le pilote Ferrari s'est retrouvé aux premières loges de la lutte pour le titre mondial à Abu Dhabi, son retour dans le trio de tête ayant été facilité par le ralentissement volontaire de Lewis Hamilton.

Alors qu'il n'était pas le mieux placé sur la grille de départ pour endosser ce costume, Sebastian Vettel s'est bel et bien mué en trouble-fête au milieu du duel pour le titre entre Nico Rosberg et Lewis Hamilton à Abu Dhabi. À tel point que le quadruple champion du monde a mené la course pendant quelques tours, avant de se livrer à un dernier relais très offensif grâce aux pneus supertendres.

Des gommes que l'Allemand a pu chausser grâce au bon coup flairé par Ferrari, qui l'a laissé prolonger son deuxième relais au maximum en tête de course, pendant que Hamilton commençait déjà à jouer au chat et à la souris avec Rosberg dans l'espoir de mettre ce dernier en difficulté.

"J'aurais aimé faire encore plus le trouble-fête !", s'amuse Vettel. "Avec la troisième place, nous avons fait le maximum. Une fois que j'ai eu de l'air propre, j'ai pu tout donner. J'ai pris du plaisir en fin de course avec les dépassements, mais c'était difficile de dépasser les Mercedes en ligne droite."

Reparti sixième après son deuxième arrêt, le pilote de la Scuderia a pris rapidement le dessus sur Kimi Räikkönen, avant de faire de même avec Daniel Ricciardo. Dans les derniers tours, Max Verstappen a été sa dernière victime, lui permettant ainsi de monter une septième fois sur le podium cette saison. Un podium qui lui échappait depuis Monza !

"À chacun sa tactique"

Sans la chute de performance de ses gommes en fin de course, Vettel aurait même pu viser plus haut, alors que l'occasion de dépasser Rosberg s'est présentée tardivement. Il était ainsi aux premières loges du duel et de la tactique tentée par Hamilton. 

"C'était clair que Lewis ralentissait, il allait une seconde et demie, voire deux secondes moins vite que ce dont il était capable", estime Vettel. "Je peux comprendre, à chacun sa tactique. Pour moi, c'était intéressant, car ça m'a donné une chance, mais pour Nico, ce n'était pas très agréable, pour l'équipe non plus. À la fin, Nico avait le DRS de Lewis parce qu'il était très proche et mes pneus ont commencé à se dégrader."

Après Michael Schumacher et lui-même, Vettel voit donc un troisième allemand inscrire son nom dans les tablettes de la F1 en décrochant un titre mondial. 

"Allemand ou non, peu importe", rétorque-t-il. "Il a fait une saison fantastique. Il a été plus rapide ici et là, Lewis a été plus rapide ici et là. Nico mérite le championnat. Parfois on a de la chance, parfois non, mais il y a 21 courses, on ne peut pas vraiment en faire plus !"

Veste souple classique Scuderia Ferrari 2016
Veste souple classique Scuderia Ferrari 2016, sur Motorstore.com
A propos de cet article
Séries Formule 1
Événement GP d'Abu Dhabi
Sous-évènement Course
Circuit Yas Marina Circuit
Pilotes Sebastian Vettel
Équipes Ferrari
Type d'article Réactions
Tags yas marina