Vettel : "Mercedes reste l'équipe à battre"

partages
commentaires
Vettel :
Par : Fabien Gaillard
11 mai 2017 à 14:22

Leader du championnat au moment d’aborder la première manche européenne de la saison, Sebastian Vettel ne place pas Ferrari en grande favorite.

Sebastian Vettel, Ferrari
Sebastian Vettel, Ferrari SF70H
Sebastian Vettel, Ferrari SF70H
Sebastian Vettel, Ferrari SF70H
Sebastian Vettel, Ferrari SF70H
Sebastian Vettel, Ferrari SF70H
Sebastian Vettel, Ferrari SF70H
Sebastian Vettel, Ferrari SF70H
Valtteri Bottas, Mercedes AMG F1 W08, Sebastian Vettel, Ferrari SF70H
Valtteri Bottas, Mercedes AMG F1 W08, Sebastian Vettel, Ferrari SF70H, Kimi Raikkonen, Ferrari SF70H
Valtteri Bottas, Mercedes AMG F1 W08, Sebastian Vettel, Ferrari SF70H, Kimi Raikkonen, Ferrari SF70H, Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W08, Max Verstappen, Red Bull Racing RB13, Daniel Ricciardo, Red Bull Racing RB13
Valtteri Bottas, Mercedes AMG F1 W08, Sebastian Vettel, Ferrari SF70H, Kimi Raikkonen, Ferrari SF70H
Sebastian Vettel, Ferrari SF70H
Le deuxième, Sebastian Vettel, Ferrari, le vainqueur Valtteri Bottas, Mercedes AMG F1
Le deuxième, Sebastian Vettel, Ferrari
Le vainqueur Valtteri Bottas, Mercedes AMG F1 et le deuxième, Sebastian Vettel, Ferrari
Sebastian Vettel, Ferrari SF70H, Kimi Raikkonen, Ferrari SF70H, Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W08

La Scuderia tient clairement la dragée haute à Mercedes depuis le début de la saison 2017, à tel point qu’avec deux victoires en quatre courses, la question se pose de savoir si ce n’est pas Maranello qui a produit la meilleure voiture du plateau, dont une des grandes forces semble être la gestion des pneus en toutes circonstances.

"Nous sommes évidemment en bien meilleure position cette année", a sobrement réagi Sebastian Vettel, en tête du classement pilotes, lors de la conférence de presse du jeudi à Barcelone. "C'est très tôt, la course va être importante."

"C'est là que les gens commencent à apporter des évolutions. Mais il n'y a plus de date fixe où on apporte une nouvelle voiture comme il y a dix ans, les top teams apportent des choses à chaque course. Mercedes reste l'équipe à battre après ses incroyables performances ces dernières années. C'est difficile de briser cette domination, mais nous faisons de notre mieux."

"C'était impossible d'avoir des attentes pour cette année, car tout était nouveau. Ce, pour nous tous. L'an dernier, il y a eu des hauts et des bas. Nous avons essayé de construire la meilleure voiture possible. Pas de doute, vu nos résultats actuels : nous avons le meilleur groupe de personnes. Je sais que nous avons les mêmes personnes et qu'ils peuvent apporter les évolutions qui nous sont nécessaires."

Les essais hivernaux en Catalogne avaient marqué nombre d’observateurs et notamment concernant la forme de Ferrari, qui semblait être la voiture la plus performante, déjà, à cette époque. L’Allemand tient tout de même à ce qu’aucun raccourci ne soit fait.

"C'est un circuit que nous connaissons très bien, mais les conditions sont très différentes quand nous venons ici en mai, par rapport à février ou mars. Nous visons toujours la pole position. Si je pouvais, je ferais la pole, mais ce serait ennuyeux de pouvoir choisir ça le jeudi ! Nous allons préparer la course au mieux."

"Un challenge" de dépasser

Interrogé sur d’autres sujets, et notamment la question de la modification des zones DRS, que la FIA a décidé de maintenir en l’état pour le reste de la saison après une première évaluation, le quadruple Champion du monde se montre résolu à démontrer que l’insipide Grand Prix de Russie n’était qu’un accident dans un début de saison plutôt salué.

"Tout d'abord, je ne pense pas être en faveur du prolongement des zones DRS. Il y avait des courses où c'était bien trop facile. C'est génial quand on est derrière parce qu'on passe facilement, mais ce n'est pas l'idée du DRS."

"Pour diverses raisons, à Sotchi, c'était difficile de dépasser. Les pneus duraient, donc il y avait peu de dégradation pour aider. Le tracé ne permet pas de se suivre facilement, avec le dernier virage notamment. J'aurais adoré être plus proche et tenter quelque chose, mais c'est aussi un challenge."

"On ne veut pas juste arriver et passer facilement. Il faut essayer des trajectoires différentes, faire des choses différentes. À Sotchi, je suis arrivé trop tard, je ne me suis rapproché que dans les deux ou trois derniers tours. Mais c'était passionnant d'essayer de le pourchasser [Bottas]. Parfois, ça marche, parfois non. C'est difficile de dépasser, et il faut être félicité quand on y arrive. Sinon, tant pis."

Les rumeurs de transfert

Est enfin venu le temps des questions sur les rumeurs, et notamment celle d’un départ chez Mercedes en 2018. "Je ne sais pas, c'est un commentaire d'Italie. Vous devriez demander aux Italiens, ils ont l'air d'en savoir plus que moi."

"La situation est claire, mais nous nous concentrons sur cette année. C'est un fait, pour nous tous. Nous sommes en très bonne position pour cette année. Le reste, ce n'est pas si important. Il y a aussi eu des rumeurs ces dernières années. Certaines d'Italie, certaines d'Allemagne... autant voir avec les Italiens !"

Enfin, quand il lui est demandé son sentiment si Fernando Alonso, présent à ses côtés lors de la conférence de presse, était son équipier en 2018, il répond : "En général, il faut être prêt à se battre face à n'importe qui. Fernando a sa réputation pour de nombreuses raisons, pas seulement pour ses deux titres mondiaux."

"En fin de compte, je ne signe pas le contrat des autres, seulement le mien. Ce n'est pas ma décision. Mais je suis prêt à me battre face à n'importe qui. Les styles de pilotage sont différents, c'est quelque chose qu'on partage de façon bien plus ouverte. C'est toujours un apport supplémentaire, mais nous sommes très contents dans la configuration actuelle."

Article suivant
Alonso "prêt à discuter avec tout le monde" si McLaren ne progresse pas

Article précédent

Alonso "prêt à discuter avec tout le monde" si McLaren ne progresse pas

Article suivant

Stirling Moss a enfin quitté l'hôpital

Stirling Moss a enfin quitté l'hôpital
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Pilotes Sebastian Vettel Boutique
Équipes Ferrari Boutique
Auteur Fabien Gaillard
Type d'article Actualités