Le peu d'essais avec Aston Martin n'inquiète pas Vettel

En 2021, Sebastian Vettel n'aura qu'une journée et demie d'essais pour découvrir sa nouvelle équipe. Une situation qu'il aborde avec beaucoup plus de philosophie que Carlos Sainz, son successeur chez Ferrari.

Le peu d'essais avec Aston Martin n'inquiète pas Vettel

Si la stabilité réglementaire et technique sera de mise lors de la prochaine intersaison, le paysage de la Formule 1 évoluera toutefois grandement, avec plusieurs changements de pilote au sein des écuries. Le tout mène à une situation paradoxale puisque les mesures prises pour faire face à la crise du coronavirus réduisent les possibilités pour les préparatifs. Ainsi, les monoplaces évolueront peu compte tenu du gel partiel des châssis, seulement contourné par l'intermédiaire de jetons de développement limités et de modifications à effectuer pour répondre à la volonté de réduire l'appui aérodynamique (notamment au niveau du fond plat).

Lire aussi :

Dans le même temps, une autre restriction concernera les essais hivernaux, passant de six à trois journées seulement, soit trois demi-journées par pilote. Au moment de découvrir une nouvelle équipe, le roulage sera donc réduit… Sebastian Vettel sera l'un de ces pilotes qui changeront d'environnement, quittant Ferrari pour la future équipe Aston Martin, aujourd'hui baptisée Racing Point. Cette situation préoccupe-t-elle le quadruple Champion du monde ?

"Non. Si c'est le cas, c'est comme ça", assure le pilote allemand. "Vous savez, au fil des années, je crois que l'on s'est habitué à avoir très peu de temps de piste et à tirer le meilleur de ce temps de piste. Alors même si un jour et demi ça ne paraît pas être beaucoup, on peut toujours avoir un roulage raisonnable. C'est la même chose pour nous tous. Et en fait, vous savez, on peut faire beaucoup de choses en avance vous savez. Alors j'imagine que la clé sera la préparation qui conduira à ces essais, puis au premier Grand Prix."

Un scénario semble toutefois exclu : celui qui permettrait d'anticiper le début des préparatifs avant le 31 décembre prochain. "Les détails contractuels sont ce qu'ils sont", rappelle Vettel. "J'imagine que la logique, concernant l'année prochaine, les essais, et d'après ce que j'entends en ce moment, est qu'il y aura un test avant la saison. Et ce sera la première fois que je serai dans la nouvelle voiture."

Sainz beaucoup moins détendu...

Carlos Sainz Jr., McLaren

Cette situation de nouveauté, Carlos Sainz la connaîtra lui aussi puisqu'il quittera McLaren pour remplacer Vettel chez Ferrari. L'Espagnol s'est déjà ému de la réduction drastique des journées d'essais, mais n'exclut pas de pouvoir rouler avec une monoplace datée d'au moins deux saisons afin d'emmagasiner de l'expérience, à l'image de ce que fait Fernando Alonso avec Renault.

"Une fois que j'aurai quitté McLaren pour devenir pilote Ferrari, il y aura beaucoup de réflexion en coulisses afin d'être sûr que j'arrive le mieux préparé possible aux essais hivernaux et au premier Grand Prix", souligne Sainz. "Bien sûr, ce pourrait être une option mais je reste engagé avec McLaren et je ne veux pas être trop distrait par ce qui pourrait se passer en janvier, février et mars."

"Je peux déjà vous dire qu'un jour et demi dans une F1, avec ces voitures complexes, ce n'est pas suffisant pour préparer une saison. Ça ne permet pas de connaître les astuces de la voiture, le volant, même si l'on travaille dans le simulateur, apprendre à connaître l'équipe. Un jour et demi c'est très, très peu et probablement insuffisant. Mais c'est comme ça, nous devrons nous adapter et nous devrons trouver un moyen d'être le mieux préparé possible."

partages
commentaires
Renault croit toujours à la troisième place mais se méfie de Ferrari
Article précédent

Renault croit toujours à la troisième place mais se méfie de Ferrari

Article suivant

Verstappen : Finir deuxième du championnat "n'a pas d'importance"

Verstappen : Finir deuxième du championnat "n'a pas d'importance"
Charger les commentaires
La F1 ne manquera pas à Räikkönen, mais il manquera à la F1 Prime

La F1 ne manquera pas à Räikkönen, mais il manquera à la F1

Trois ans après sa dernière victoire en Formule 1, à Austin, Kimi Räikkönen est désormais à quelques Grands Prix de mettre un terme à la plus longue carrière de l'Histoire. Son ami et ancien attaché de presse au sein de l'équipe de rallye Ice1 Racing, Anthony Peacock, explique pourquoi il laissera un vide tout en s'épanouissant dans une nouvelle vie.

Il y a 35 ans, le deuxième titre quasi inespéré de Prost Prime

Il y a 35 ans, le deuxième titre quasi inespéré de Prost

Le 26 octobre 1986, Alain Prost décrochait son deuxième titre mondial consécutif, à l'issue d'un Grand Prix d'Australie de folie, ponctué de nombreux rebondissements et retournements de situation. Récit.

Formule 1
26 oct. 2021
Les notes du Grand Prix des États-Unis 2021 Prime

Les notes du Grand Prix des États-Unis 2021

Après le Grand Prix des États-Unis, dix-septième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
25 oct. 2021
Quand Briatore tendait un piège à Zanardi et Jordan Prime

Quand Briatore tendait un piège à Zanardi et Jordan

Alessandro Zanardi a bien cru qu'il allait pouvoir faire ses débuts à domicile au Grand Prix d'Italie 1991, mais il ne s'est pas rendu compte que Flavio Briatore était en train de lui tendre un piège.

Formule 1
23 oct. 2021
Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1 Prime

Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1

Le 22 octobre 1967, Denny Hulme était sacré, au nez et à la barbe des stars de l'époque. Retour sur la carrière du plus méconnu des Champions du monde de la discipline reine.

Formule 1
22 oct. 2021
Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1 Prime

Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1

Emerson Fittipaldi est surtout connu pour ses deux titres de Champion du monde de F1 et ses deux victoires aux 500 Miles d'Indianapolis. Mais le Brésilien a également enfilé la casquette de directeur d'équipe. L'ancien designer de l'écurie Fittipaldi, Tim Wright, revient sur une période marquée par des conflits internes, un financement limité et des résultats blancs en dépit d'un excellent casting.

Formule 1
21 oct. 2021
Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991 Prime

Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991

La saison 1991 représente l'une des plus grandes opportunités manquées de l'Histoire de Williams. Des problèmes techniques et des erreurs parfois grossières de Nigel Mansell ont aidé Ayrton Senna à décrocher la dernière de ses trois couronnes mondiales.

Formule 1
20 oct. 2021
Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1 Prime

Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1

Dans les années 1960 et 1970, McLaren jonglait avec des engagements en F1, en Endurance et à Indianapolis, tout en concevant des F3 et des F2. Aujourd'hui, l'équipe retrouve ses racines, se développe en IndyCar et en Extreme E tout en poursuivant sa renaissance en F1, tandis que la Formule E et le WEC sont à l'étude. Mais n'est-ce pas trop, trop tôt ? Stuart Codling en discute avec Zak Brown.

Formule 1
19 oct. 2021