Vettel : "Pour le moment, nous ne savons rien"

partages
commentaires
Vettel :
Par : Basile Davoine
23 mars 2017 à 05:00

Les essais hivernaux ont beau laisser planer des doutes impossibles à lever, c'est avec une grosse attente autour de lui et de son équipe que Sebastian Vettel s'apprête à lancer la saison de Ferrari à Melbourne.

Sebastian Vettel, Ferrari lors de la reconnaissance de la piste
Détails du muret des stands Ferrari
Sebastian Vettel, Ferrari SF70H
Sebastian Vettel, Ferrari lors de la reconnaissance de la piste
Sebastian Vettel, Ferrari SF70H
Sebastian Vettel, Ferrari SF70H
Garage Ferrari

La Scuderia Ferrari s'est montrée la plus véloce à Barcelone, où le comportement général en piste de la SF70H a également attiré l'attention. En ajoutant les déclarations toujours teintées de prudence du clan Mercedes, Lewis Hamilton compris, il n'en fallait pas moins pour que certains attendent l'écurie au cheval cabré comme un favori. Toujours est-il que seul le verdict de la piste affirmera ou infirmera ce qui a été vu le mois dernier.

"Pour le moment, nous ne savons rien et ce sera excitant de découvrir samedi et dimanche où nous sommes avec les premières impressions", insiste Sebastian Vettel à Melbourne. "Les nouvelles choses l’an dernier n’ont pas marché comme espéré et on s’est concentré sur nous à l’usine et en essais. Ça s’est bien passé. On verra mais on est un peu dans l’obscurité comme tout le monde, même si on peut se montrer raisonnablement contents avec le kilométrage. On saura un peu plus après la première course." 

"Je pense que nous avons bossé sur tous les domaines pour progresser et on sait que les qualifications sont importantes pour avoir une chance en course, mais en gros, si vous n’êtes pas rapide, c’est pareil en qualifications."

Au niveau d'il y a dix ans

L'Allemand ne le cache pas, après une campagne 2016 terne et en-deçà des attentes, son ambition est de disposer d'une monoplace lui permettant de viser le titre mondial. Néanmoins, seul le premier Grand Prix apportera ce week-end un élément de réponse, qui sera loin d'être définitif compte tenu de la course au développement effrénée qui est attendue tout au long de l'année.

Le quadruple Champion du monde sent-il ce potentiel de lutter pour le titre dans sa nouvelle monture ? "J’espère, bien sûr !" répond-il. "Je pense que je pourrai le dire en octobre ou novembre, mais c’est un grand pas en avant."

"On l’a vu, mais c’est aussi une nouvelle formule. C’est la voiture la plus rapide qu’on a produite. Il y a de la vitesse en ligne droite, en virages, et on revient à un niveau d’il y a dix ans. Peut-être même plus rapide, et c’est un chouette feeling d’avoir la voiture la plus rapide que je n'ai jamais pilotée. Mais savoir si on est plus compétitifs [que les autres], on le saura après la première course."

Article suivant
Grosjean veut de la régularité dans la saison 2017 de Haas

Article précédent

Grosjean veut de la régularité dans la saison 2017 de Haas

Article suivant

Hamilton a "hâte" de voir le niveau de Red Bull et Ferrari

Hamilton a "hâte" de voir le niveau de Red Bull et Ferrari
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Événement GP d'Australie
Lieu Melbourne Grand Prix Circuit
Pilotes Sebastian Vettel Boutique
Équipes Ferrari Boutique
Auteur Basile Davoine
Type d'article Actualités