Vettel, prudent, attend avant de juger la compétitivité de Ferrari

L'Allemand s'est de nouveau montré très performant aujourd'hui en menaçant Bottas au chronomètre en dépit de gommes moins abrasives. Malgré cela, le pilote Ferrari ne veut pas tirer de conclusions trop hâtives.

W.Z., Barcelone - Au fur et à mesure que les journées d'essais s'enchaînent, il devient de plus en plus évident que le principal rival de Mercedes de cette saison sera Ferrari. Après une première journée de roulage concluante, terminée en deuxième position à seulement un dixième de Lewis Hamilton, Sebastian Vettel a en effet connu une nouvelle séance positive à Barcelone.

L'Allemand est ainsi parvenu à suivre le rythme imprimé par un Valtteri Bottas, décidément très en forme, n'échouant derrière lui que pour un peu plus de deux dixièmes. Un écart qui s'est certes creusé depuis lundi, mais qui convient de relativiser car le chrono du Finlandais a été bouclé en ultrasofts, là où Vettel a enregistré son meilleur temps en pneus tendres.

Mais en dépit de son résultat du jour, Vettel ne souhaitait pas tirer de plans sur la comète quant au réel niveau de compétitivité de sa SF70H. "Avec deux jours seulement passés dans la voiture, c’est impossible de juger de son potentiel", a tempéré le pilote allemand." Il y a bien sûr les temps, et le fait qu’elle a été fiable à Fiorano le week-end dernier, mais en termes de performances je pense que c’est vraiment trop tôt pour parler. C’est difficile de se faire une idée. Ce n’est pas le fait de vouloir être prudent, mais plutôt réaliste. Nous savons que nous ne sommes pas encore au niveau où nous souhaiterions être, et il nous reste beaucoup de boulot sur notre to-do list."

"Il nous reste encore beaucoup de boulot sur notre to-do list"

Il est vrai que malgré 139 tours couverts aujourd'hui, la journée s'est tout de même finie sur un couac pour le quadruple champion du monde, qui a subi une panne mécanique dans les toutes dernières minutes de la séance. 

Bris mécanique de dernière minute

Arrêté au début de la ligne droite de départ, les commissaires de piste sont venus le pousser pour permettre à sa Ferrari de regagner son garage. "Nous avons essayé quelque chose qui n’a pas vraiment fonctionné, et le moteur s’est juste coupé", a expliqué Vettel quelques minutes après cet incident, sans vouloir s'étendre davantage sur les raisons de son immobilisation.

Alors qu'il doit laisser le volant à son coéquipier Kimi Räikkönen demain à l'occasion de la journée dédiée aux essais pluie, Vettel en a donc terminé avec cette première prise de contact avec sa nouvelle machine.

Et comme bon nombre de pilotes, l'Allemand se dit impressionné par le niveau de performance proposé par ces nouvelles monoplaces. "Ces voitures sont vraiment différentes de ce que nous avions auparavant. Elles sont plus rapides, donc forcément mieux !", s'esclaffe-t-il. "Je pense que pour tous les pilotes, avoir plus de vitesse c’est avoir plus de plaisir. Nous avons plus de vitesse en virage, et c’est plus ou moins comme il y a 10 ans."

Le pilote Ferrari s'est ainsi félicité des progrès apportés par la nouvelle réglementation, qui octroie un surplus de grip mécanique et augmente par là-même les vitesses de passage en virage. "Je pense que nous sommes en train de nous habituer à la voiture. Il y avait beaucoup d’attente [autour de ces nouvelles voitures]. Il y a beaucoup d’appuis, c’est pourquoi nous allons plus vite. Il y a plus de poids aussi. Les pneus sont meilleurs, et c’est toujours plus appréciable quand c’est comme ça."

Affiche F1 "Deux Légendes" - Mansell/Senna, GP de Grande-Bretagne 1991
Affiche F1 "Deux Légendes" - Mansell/Senna, GP de Grande-Bretagne 1991, sur Motorstore.com
Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Événement Essais de Barcelone I
Sous-évènement Mercredi
Circuit Circuit de Barcelona-Catalunya
Pilotes Sebastian Vettel
Équipes Ferrari
Type d'article Réactions
Tags barcelone, sf70h, tests