Vettel questionne la stratégie Ferrari et le dépassement de Leclerc

Sebastian Vettel avait de quoi se poser des questions au terme des qualifications du Grand Prix d'Italie, qui ont pris une tournure étrange pour tous, mais ont été particulièrement défavorables au pilote allemand, de par son propre fait autant que par son positionnement en piste par Ferrari et le dépassement de Leclerc sur le vif.

Vettel questionne la stratégie Ferrari et le dépassement de Leclerc

Quatrième sur la grille de départ du Grand Prix d'Italie, Sebastian Vettel n'affichait pas le visage des grands jours une fois de retour dans le carré presse pour donner les interviews au parterre de reporters qui l'y attendait. Il faut dire que le pilote allemand, battu pour la septième fois consécutive en qualifications par Charles Leclerc – auteur de la pole position – pensait disposer d'une occasion en or d'être celui qui serait célébré en cette fin de journée par les dizaines de milliers de fans de la Scuderia Ferrari venus encourager les troupes de Maranello. Au lieu de cela, le #5 avait le masque et prenait soin de bien choisir ses mots pour ne pas ajouter trop de piment dans l'unité interne que Ferrari se doit d'afficher devant son haut commandement présent dans le garage.

 

Néanmoins, ce sont aussi les circonstances très particulières de ces qualifications qui ont amené Vettel à regretter le fait de n'avoir pu boucler un dernier tour lancé. Il faut dire qu'en dépit du fait d'avoir joui d'une position de piste de tête qui lui aurait permis de le faire en sortant des stands, Vettel n'a pas souhaité, comme ses compères, mener le train et générer de l'aspiration pour ses rivaux dans les derniers instants de la Q3, au point ainsi de saboter son propre tour en se retrouvant mêlé dans un trafic inextricable.

Lire aussi :

"J'essayais de me frayer un chemin, de traverser. Mais je crois qu'il y avait une Renault et une McLaren qui bloquaient la route", commente-t-il. "Je ne suis pas content de la manière donc ça s'est passé, bien évidemment. Nous ne sommes pas parvenus à faire une seconde tentative, comme beaucoup d'autres."

Sebastian Vettel, Ferrari SF90, soulève des graviers

Une erreur de Ferrari, une attitude surprenante de Leclerc

Vettel n'apprécie guère le fait de s'être retrouvé lâché seul devant par Ferrari à deux minutes du terme des qualifications, sur un tracé où tous cherchent l'aspiration des voitures qui précèdent. Que dire, en plus, du fait d'avoir vu son équipier le dépasser à son tour et commettre ce qui pourrait être vu du point de vue de l'Allemand comme un désaveu des règles internes à l'équipe ?

"Je pense qu'en interne, nous pourrions avoir une meilleure manière de communiquer sur ceci", soupèse le quadruple Champion du monde. "J'étais celui qui était devant tout seul [au début] et je n'aurais pas dû l'être sur le second run mais à cause du dernier virage [sur lequel il est sorti très large, ndlr], ce fut le cas. En plus de ça, la session s'est finie et je n'ai même pas pu commencer le dernier tour : je ne peux pas être content de ça. Ce n'est pas ce que nous voulions faire. L'idée était de faire bien mieux."

Vettel, qui semble voué à échapper à une pénalité pour avoir placé les quatre roues en dehors des limites de la piste dans la Parabolica, se dit surpris d'avoir vu Leclerc le dépasser dans le tour de préparation de la dernière boucle lancée. "Eh bien... Probablement que si tard, oui, car ça ne servait à rien, il n'aurait pas dû être devant du tout. Nous avons trop attendu, il n'y avait pas de marge à la fin et je me suis fait passer dans le dernier virage, ce qui ne m'a pas laissé d'autre choix que d'avorter mon tour car les feux étaient déjà rouges. Quoi qu'il en soit, je suis satisfait de la voiture : les qualifications étaient bonnes, l'auto était très bonne et j'ai fait un vraiment bon tour : je n'avais juste pas d'aspiration, donc c'est la différence entre la pole et le fait de ne pas avoir la pole aujourd'hui."

Lire aussi :

partages
commentaires
Gasly, 19e sur la grille avec la banane !

Article précédent

Gasly, 19e sur la grille avec la banane !

Article suivant

Le moteur Honda de Verstappen s'est mis en mode sécurité

Le moteur Honda de Verstappen s'est mis en mode sécurité
Charger les commentaires
Le défi colossal d'une écurie qui "mérite mieux" Prime

Le défi colossal d'une écurie qui "mérite mieux"

Qui mieux que le directeur technique d'Alfa Romeo pour décrire avec précision les enjeux majeurs auxquels est confrontée l'écurie pour préparer 2022 ? Motorsport.com s'est longuement entretenu avec Jan Monchaux.

Formule 1
20 sept. 2021
Vettel et Schumacher, un lien fort et précieux Prime

Vettel et Schumacher, un lien fort et précieux

Mick Schumacher n'est pas le seul "fils de" à avoir atteint la Formule 1, mais il y est parvenu en l'absence de son père ces dernières années. Pour Sebastian Vettel, Michael a été une idole d'enfance puis un mentor et désormais, l'Allemand joue le rôle de "grand frère" pour Mick. Que sait-on vraiment de la place qu'il occupe dans la progression du nouveau Schumacher ?

Formule 1
19 sept. 2021
L'autre incident du GP d'Italie dont la F1 devrait se soucier Prime

L'autre incident du GP d'Italie dont la F1 devrait se soucier

Le crash de Max Verstappen et Lewis Hamilton a fait les gros titres lors du Grand Prix d'Italie. Le Halo a permis au pilote Mercedes de ne pas être blessé, mais deux jours plus tôt, la Formule 1 avait déjà échappé au pire, cette fois-ci dans la voie des stands.

Formule 1
18 sept. 2021
Daniel Ricciardo, la transformation estivale Prime

Daniel Ricciardo, la transformation estivale

Entre les difficultés du printemps et sa victoire retentissante au Grand Prix d'Italie, Daniel Ricciardo s'est transformé d'une manière quasiment inattendue.

Formule 1
16 sept. 2021
Enrique Bernoldi, le rookie oublié de la cuvée 2001 Prime

Enrique Bernoldi, le rookie oublié de la cuvée 2001

En 2001, Kimi Räikkönen, Juan Pablo Montoya et Fernando Alonso, ayant tous mis fin au règne de Michael Schumacher, ont fait leurs débuts en Formule 1. Le quatrième rookie de l'année, Enrique Bernoldi, n'a pas connu une carrière aussi heureuse.

Formule 1
15 sept. 2021
Schumacher, futur roi de la F1 dès sa première saison Prime

Schumacher, futur roi de la F1 dès sa première saison

Il y a trente ans, Michael Schumacher réalisait des débuts étincelants en F1 à Spa, avec Jordan, avant de rapidement rejoindre Benetton pour le Grand Prix d'Italie. Ce transfert allait mener l'Allemand à sa première victoire un an plus tard et poser les bases de son ascension vers le titre, qu'il décrocherait en 1994.

Formule 1
14 sept. 2021
Les notes du Grand Prix d'Italie 2021 Prime

Les notes du Grand Prix d'Italie 2021

Après le Grand Prix d'Italie, quatorzième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
13 sept. 2021
La culture de Red Bull, un poids dans sa politique Prime

La culture de Red Bull, un poids dans sa politique

La stratégie par défaut de Red Bull, qui consiste à provoquer des réactions sur les réseaux sociaux chaque fois qu'elle ne parvient pas à obtenir ce qu'elle veut, fait beaucoup de bruit, mais n'a pas vraiment généré de résultats positifs pour l'équipe. Il est temps d'essayer une meilleure tactique.

Formule 1
12 sept. 2021