Vettel suspecte un retrait du drapeau jaune "parce que Max arrivait"

Dixième des qualifications du GP du Qatar, Sebastian Vettel a fait partie des pilotes qui ont ralenti suite à l'incident de Pierre Gasly en fin de Q3 et soupçonne que la confusion sur les drapeaux jaunes est liée au fait que Max Verstappen arrivait dans le secteur en question.

La fin de la séance de qualifications du Grand Prix du Qatar a été marquée par la confusion. La perte de son aileron puis la crevaison de Pierre Gasly dans les derniers virages du tracé de Losail ont entraîné dans un premier temps l'apparition de drapeaux jaunes via les écrans de contrôle puis quelques instants plus tard leur retrait. Alors que la voiture du Français, au ralenti, était toujours présente sur la piste, les drapeaux jaunes sont réapparus avant d'être désactivés à nouveau.

Durant cette séquence, la plupart des pilotes se trouvant dans le dernier secteur ou en approche, hormis Lewis Hamilton qui avait terminé sa dernière tentative, synonyme de pole. Parmi eux, Max Verstappen, qui a rencontré dans son accélération vers la ligne d'arrivée un double drapeau jaune physique agité par les commissaires de piste sur la gauche, peu après le panneau DRS. Le Néerlandais, soupçonné de ne pas avoir les avoir respectés, est convoqué ce dimanche à 13h, heure locale, pour se justifier, avec le risque d'une pénalité de trois positions sur la grille.

Alors que récemment, la direction de course avait adopté une position a priori ferme et binaire sur la question des doubles drapeaux jaunes, la fin de séance a semble-t-il été marquée par une certaine hésitation. Sebastian Vettel, qui a dû ralentir en raison des drapeaux et avorter sa tentative, a sa petite idée concernant le retrait des drapeaux jaunes malgré la présence de débris et d'une voiture au ralenti sur la piste.

Interrogé après la séance, il s'est d'abord félicité du niveau de performance affiché en Q2, avant d'évoquer la situation de son ultime tour. "Je suis plutôt content. Nous avons battu une Red Bull, une Ferrari et une McLaren, donc je pense que nous pouvons en être heureux. C'est un peu dommage parce que j'ai eu le drapeau jaune dans le dernier secteur et ensuite le drapeau jaune a été retiré parce que Max arrivait, je suppose."

"J'ai évidemment eu beaucoup de morceaux sur la piste dans le virage 15 après que l'AlphaTauri soit sortie large, et... Je ne sais pas, je pense que j'aurais fait un temps très proche de celui que j'ai fait en Q2, [mais] peut-être pas assez pour la P9. Mais c'est un peu dommage de ne pas pouvoir terminer votre tour de qualifications et d'avoir à lever le pied."

"Je ne sais pas s'il s'agissait d'un drapeau jaune simple ou d'un double jaune, mais s'il y a une voiture à l'arrêt sur la piste, alors il devrait s'agir d'un double [drapeau] jaune ; et les doubles drapeaux jaunes veulent dire 'avorter le tour' donc j'ai levé le pied. Peut-être que j'étais le seul."

S'il ne semble pas avoir été le seul, puisque l'Alpine de Fernando Alonso a franchi la ligne d'arrivée au ralenti également, plusieurs autres pilotes font l'objet d'une enquête pour non respect d'un drapeau jaune simple, à l'image de Carlos Sainz et Valtteri Bottas.

En tout cas, l'Allemand juge qu'il aurait été difficile pour lui de faire "un immense bond en avant" s'il avait terminé son tour.

Lire aussi :

partages
commentaires
Verstappen, Bottas et Sainz sous enquête au GP du Qatar
Article précédent

Verstappen, Bottas et Sainz sous enquête au GP du Qatar

Article suivant

Red Bull redoute un faible nombre de dépassements en course

Red Bull redoute un faible nombre de dépassements en course
Charger les commentaires
Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton Prime

Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton

Juan Manuel Fangio, sans égal sur la piste et en dehors, a été le premier à définir ce qu'était un grand pilote de Formule 1. Nigel Roebuck retrace l'histoire d'un remarquable champion.

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing Prime

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing

Pendant de longues années, Daniel Ricciardo n'avait pas une haute estime de la course virtuelle, plus connue sous le nom de simracing. Mais le pilote McLaren a aujourd'hui un avis bien différent.

Formule 1
19 janv. 2022
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021
Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote Prime

Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote

Lola espérait retrouver le succès en Formule 1 en 1997 mais l'aventure, précipitée par Mastercard, a tourné au fiasco.

Formule 1
25 déc. 2021