Vettel et Schumacher, un lien fort et précieux

Mick Schumacher n'est pas le seul "fils de" à avoir atteint la Formule 1, mais il y est parvenu en l'absence de son père ces dernières années. Pour Sebastian Vettel, Michael a été une idole d'enfance puis un mentor et désormais, l'Allemand joue le rôle de "grand frère" pour Mick. Que sait-on vraiment de la place qu'il occupe dans la progression du nouveau Schumacher ?

Vettel et Schumacher, un lien fort et précieux
Charger le lecteur audio

"Je suis toujours un fan de Michael", disait Sebastian Vettel l'an dernier, lorsqu'était confirmée l'arrivée en F1 du fils du septuple Champion du monde, Mick Schumacher. "Je suis content d'aider là où je le peux, car [Mick] est un gars formidable et j'ai évidemment un lien très particulier avec son père. Je pense qu'il est très important pour lui de tracer son propre chemin. Mais sûrement, autant que cela m'a aidé quand Michael avait des choses à dire quand je lui demandais, et me donnait des conseils, j'essaie de faire la même chose pour lui. C'est dommage que Michael n'ait pas pu assister à la progression de Mick ces dernières années, et à sa promotion en F1. Pour ma part, je l'adore vraiment, nous nous entendons bien et je suis heureux de lui dire tout ce que je sais."

Vettel a pris son premier départ en F1 en 2007, un an après la première retraite de Schumacher Sr. Mais le septuple Champion du monde a fait son retour en 2010, lorsque Vettel est allé conquérir son premier titre. C'est même l'accident entre Schumacher et Vitantonio Liuzzi à Abu Dhabi qui a déclenché une série d'événements ayant permis à Vettel de devenir le plus jeune Champion du monde de l'Histoire. Ce n'était bien sûr pas une "aide" intentionnelle, mais il n'empêche que Vettel a toujours souligné que Schumacher était devenu pour lui une sorte de mentor, ainsi qu'un ami proche. Inévitablement, Mick a aussi appris à connaître Vettel à cette époque. 

"Le souvenir de notre première rencontre, c'était lorsque nous étions en vacances en famille", raconte Schumacher dans les colonnes de GP Racing"Sa petite amie et lui ont pris l'avion avec nous, car nous avions la même destination. Nous avons joué à Angry Birds sur son iPad. Oui, c'est mon premier souvenir de lui. J'avais probablement 11 ans. C'était après un Grand Prix, je ne me souviens pas vraiment lequel. Je faisais déjà de la compétition. Mais nous n'avons pas vraiment parlé de course automobile à l'époque. J'étais évidemment trop occupé à jouer à Angry Birds..."

Ce n'est que quelques années plus tard qu'ils se sont vraiment rapprochés. Fin 2018, année lors de laquelle Schumacher a remporté la F3 Europe après avoir dominé la seconde partie de saison, ils se sont rencontrés au gala FIA... "J'ai vraiment adoré", confie Mick en évoquant cette soirée qu'il décrit comme "l'étonnante apparition vedette de Kimi". Oui, l'on parle bien de la soirée où Kimi Räikkönen est monté sur scène alors qu'il était ivre. "Seb me faisait boire de la vodka, je m'en souviens", rigole Mick. "J'étais aussi assis à côté de Kimi à certains moments. C'était évidemment un cadre amusant. Mais je crois que la communication a vraiment débuté lors de la Race of Champions à Mexico."

C'était en janvier 2019, un mois après la cérémonie de la FIA en Russie. Vettel et Schumacher formait l'équipe d'Allemagne sur un circuit improvisé dans le stade Foro Sol. Ils ont atteint la finale, où ils ont été battus par la Team Nordic de Tom Kristensen et Johan Kristoffersson. "La Race of Champions est un truc génial", estime Schumacher. "C'est de la course, mélangée à beaucoup d'amusement. D'habitude, c'est très tendu lorsque l'on court les uns contre les autre. Bien sûr, dans notre cas, nous sommes à des stades différents [de notre carrière], donc même lors des week-ends de course nous partageons des barbecues ou nous mangeons ensemble. Il y a du temps pour ça. Mais la Race of Champions, c'était pour moi la première fois que j'étais avec tout le monde, et également avec ceux qui étaient en F1 à l'époque."

Vettel et Schumacher à la Race of Champions 2019.

Vettel et Schumacher à la Race of Champions 2019.

Vainqueur de la Nations Cup avec Schumacher Sr à six reprises, Vettel a aidé son nouveau coéquipier en partageant son expérience des autos utilisées. Mick a appris vite, et même s'ils n'ont pas gagné, Schumacher Jr a battu Vettel le lendemain lors de la compétition individuelle. "Il me donnait bien sûr des conseils", explique Mick. "Il a énormément d'expérience, donc j'ai pu apprendre de lui et nous avons essayé de remporter la Nations Cup. Je crois que c'est à ce moment-là que nous avons parlé beaucoup plus de course automobile, mais aussi de choses privées, d'expériences partagées."

Lorsque Schumacher est arrivé en Formule 2, il a couru sur les mêmes circuits que les Grands Prix, permettant aux deux hommes de se voir plus souvent. Vettel a assisté à son premier test chez Ferrari en F1 à Bahreïn. Ils se sont aussi rencontrés à Maranello, quand Vettel était encore le pilote vedette de la Scuderia, qui avait pris sous son aile la carrière de Mick via la Ferrari Driver Academy.

"J'ai l'impression que Sebastian est comme un mentor pour lui", estime Simone Resta, directeur technique de Haas ayant également travaillé avec Schumacher Sr et Vettel chez Ferrari. "Seb est comme un grand frère à tout moment, quand Mick a quelque chose à demander, il l'aide, tout en restant un concurrent en piste. Je suis certain que Sebastian, qui est un grand compétiteur, ne partagera jamais de points particuliers concernant la performance, mais je suis sûr qu'il peut donner des conseils en matière de comportement, comment suivre le week-end, se préparer mentalement et physiquement pour une première saison ; à propos de tout, y compris le baquet ou l'ergonomie dans la voiture."

Naturellement, avant le premier Grand Prix de Mick en F1, son mentor n'a pas pu résister à lui prodiguer quelques conseils. "Je crois que l'un des plus importants était 'Termine juste la course', car si l'on ne finit pas la course, on n'apprend rien", précise Mick. "Il m'a juste dit : 'Sois prudent dans les premiers tours, et après tu peux attaquer'. C'est en quelque sorte ce que j'ai fait. Enfin, j'ai essayé, car j'ai fait un tête-à-queue. Mais j'ai tenté !".

Même si Mick n'est plus un kartman de 11 ans, il y a toujours une différence d'âge importante entre Vettel et lui. Le pilote Aston Martin est certes 18 ans plus jeune que Michael, mais ça ne les a pas empêchés de devenir amis. Et il y a un lien palpable entre eux trois pour ce qui est du caractère, de l'approche et de l'état d'esprit. 

"La F1 est clairement un environnement où la précision fait tout", rappelle Resta. "L'attention portée aux détails est quelque chose que Mick a appris de sa famille, j'en suis certain ; le fait d'améliorer chaque petit détail, de s'assurer que tout soit parfait. Sebastian est pareil. Avec l'âge, on gagne en expérience, donc on a des idées plus claires quant à la direction à prendre, alors que lorsque l'on est jeune, on est ouvert d'esprit car il faut inventer et développer ses propres idées, apprendre, s'entraîner et se faire son avis."

"Ils sont clairement à un stade de maturité différent. Mick est très positif, très ouvert, il a envie de tout apprendre et de progresser autant qu'il le peut et aussi vite qu'il le peut. Sebastian, après tant d'années couronnées de succès en F1, commence à avoir ses propres idées, opinions et convictions. Et je crois qu'il peut les transmettre à son ami désormais."

Cette année, il n'est pas facile d'observer la progression de Schumacher puisqu'il pilote la voiture la moins performante du peloton et a peu d'occasions de briller en course. "À bien des égards, ce serait plus facile de montrer ce qu'il peut faire s'il avait une excellente voiture", reconnaît Vettel. "C'est un test difficile, mais vu de l'extérieur, je crois qu'il se débrouille vraiment bien. Il semble emmener toute l'équipe. Il est très motivé. Il démontre un aspect de sa force en piste, mais je crois qu'il est encore plus impressionnant en-dehors. Il consent énormément de travail, et il aime ça. C'est le secret qu'il y a derrière."

La force de travail et la capacité à avoir l'esprit d'équipe sont deux points forts relevés chez Schumacher, et ceux qui ont travaillé avec son père chez Ferrari se souviennent avec affection de l'assiduité de Michael et de son influence galvanisante. Même si Schumacher ne peut pas encore se battre pour des victoires et des podiums, son arrivée est une histoire formidable pour la F1, et elle est particulière pour quelqu'un comme Resta, qui travaille pour Ferrari depuis 2001. 

Vettel observe Schumacher dans la Ferrari de son père au Mugello en 2020.

Vettel observe Schumacher dans la Ferrari de son père au Mugello en 2020.

"C'est sûr que c'était un moment chargé en émotion", se souvient Simone lorsqu'il a appris qu'il allait travailler avec le fils de Michael. "J'ai assisté à la deuxième course de Michael à Monza, par exemple. Et je me souviens que j'étais là également pour son dernier Grand Prix à Imola avec Ferrari. Il y a beaucoup de choses que l'on garde au fil d'une expérience personnelle. Et plus l'on vieillit, plus elles deviennent émouvantes. Mais fondamentalement... oui, c'est sûr, c'était une très belle manière de boucler la boucle avec Mick et son père. Je ne peux que lui souhaiter de poursuivre son rêve, de progresser comme pilote. Il fait très bien les choses. Je suis certain que s'il continue avec cette volonté et ces efforts, il peut vraiment réussir."

C'est en effet dommage que le père de Mick ne puisse pas accompagner son fils sur les Grands Prix pour lui faire profiter de son expérience. Avoir un ami comme Vettel sur la grille ne peut pas remplacer cela, mais comme le dit Schumacher, ça aide vraiment. "Il y a Sebastian, quatre fois Champion du monde, et pouvoir apprendre de lui est formidable", assure-t-il. "Mais c'est aussi une personne géniale et j'adore pouvoir dire que c'est mon ami. Avoir quelqu'un avec qui parler sur la grille, c'est toujours bien."

Lors de son dernier Grand Prix en Formule 1, Michael Schumacher a laissé passer son ami Vettel qui remontait jusqu'à la sixième place à Interlagos, l'aidant à décrocher un troisième titre. Schumacher a été l'un des premiers à le féliciter après la course. Mais lors des trois années durant lesquelles ils ont couru ensemble en F1, ils n'ont jamais partagé de podium. Quelles sont les chances de voir Vettel en partager un avec le fils de Michael ? 

Schumacher félicite Vettel après son podium au GP d'Azerbaïdjan.

Schumacher félicite Vettel après son podium au GP d'Azerbaïdjan.

Relancé par son arrivée chez Aston Martin, Vettel a déjà terminé deux fois deuxième en piste, et le propriétaire de l'écurie, Lawrence Stroll, est déterminé à voir sa structure se battre pour le titre dans les années à venir. Il y a toutes les chances de voir Vettel à nouveau sur le podium un jour. 

Ami et ancien collègue de Vettel, Resta travaille dur pour concevoir une monoplace qui permettra à Schumacher de montrer l'an prochain ce dont il est vraiment capable en F1. Il est évidemment exagéré de s'attendre à ce que Haas fasse un énorme bond de performance, mais si la seconde saison de Schumacher en F1 est réussie, il sera peut-être en lice pour un baquet chez Ferrari. Alors qui sait ? Peut-être verrons-nous Vettel et Schumacher côte à côte sur un podium. "Ce serait incroyable", confie Mick. "Oui, espérons qu'il sera encore là un moment."

partages
commentaires

Les 20 pilotes qui ont fait triompher McLaren en F1

Williams a toléré la caméra "pas idéale" dans le casque de Russell