Formule 1
19 sept.
-
22 sept.
Événement terminé
26 sept.
-
29 sept.
Événement terminé
10 oct.
-
13 oct.
Événement terminé
24 oct.
-
27 oct.
Événement terminé
01 nov.
-
03 nov.
Événement terminé
14 nov.
-
17 nov.
Événement terminé
C
GP d'Abu Dhabi
28 nov.
-
01 déc.
EL1 dans
11 jours

Vettel : La F1 n'est plus "le sport dont je suis tombé amoureux"

partages
commentaires
Vettel : La F1 n'est plus "le sport dont je suis tombé amoureux"
Par :
10 juin 2019 à 12:34

Sebastian Vettel a déclaré qu'il n'aimait pas ce que la Formule 1 était devenue, après avoir exprimé sa frustration suite à la pénalité reçue durant la course du GP de Canada 2019.

L'Allemand a manifesté son mécontentement et sa colère après avoir été privé de la victoire lors du Grand Prix du Canada par une pénalité de cinq secondes pour avoir rejoint la piste dangereusement et forcé Lewis Hamilton à quitter le circuit. Après s'être calmé, Vettel a expliqué aux médias que le plus gros problème était selon lui l'approche procédurière de la discipline, loin de son propre idéal.

"J'aime vraiment les anciennes courses, les anciennes voitures et les anciens pilotes. J'aime vraiment ça, mais je souhaiterais juste, aussi bon que je sois dans ce que je fais, être à leur époque plutôt qu'aujourd'hui. Vous entendez juste les mots quand on est à la radio, nous avons un genre de langage officiel. Nous devrions pouvoir dire ce que l'on pense."

Lire aussi :

"Je ne suis pas d'accord avec ce qu'est la discipline aujourd'hui. Il y a tous ces mots : 'J'ai gagné un avantage, je n'ai pas gagné d'avantage'. Je pense que tout ça, c'est mal. Ce n'est pas vraiment ce que nous devrions faire dans la voiture."

Vettel estime que les fans auront tendance à voir l'action litigieuse avec Hamilton comme un incident de course plutôt que quelque chose qui mérite une pénalité. "Pour moi, c'est la course et beaucoup de gens mentionnés auparavant, les anciens pilotes de F1 et les gens dans les tribunes, sont d'accord, ça fait partie de la course. Mais de nos jours... je n'aime pas ça, on ressemble tous à des avocats en utilisant le langage officiel. Je pense que c'est mal. Ce n'est pas le sport dont je suis tombé amoureux quand je le regardais."

Lire aussi :

Puis, revenant plus précisément sur l'incident, il explique : "Je revenais sur la piste et j'essayais de m'assurer d'avoir la voiture sous contrôle. Une vois que j'ai repris le contrôle et que je me suis assuré que tout allait bien, j'ai vu dans les rétroviseurs que Lewis était juste derrière. Je ne pense pas que j'aurais pu agir différemment. Je ne sais pas quel a été le problème."

Pouvait-il faire autre chose pour éviter de revenir sur la trajectoire de Hamilton ? "Non. Comment ? Je n'ai que deux mains et elles étaient sur le volant pour essayer de maintenir la voiture sous contrôle."

"Nous sommes très bons pour faire plusieurs tâches en pilotant ces voitures. S'il faut rattraper la voiture après être sorti de l'herbe ou d'un hors piste, à une main peut-être, et puis utiliser l'autre pour retirer un tear-off, appuyer sur le bouton radio et discuter en même temps, alors je ne suis pas qualifié. Je ne peux pas faire ça. J'étais pleinement occupé à essayer de garder la voiture sous contrôle. Je savais que Lewis était quelque part derrière car il était à une seconde et quand j'ai regardé dans le rétroviseur, il était juste là."

Article suivant
Ricciardo a aimé "mener la vie dure" à Bottas au Canada

Article précédent

Ricciardo a aimé "mener la vie dure" à Bottas au Canada

Article suivant

La FIA espère mettre fin à l'impasse sur les règles 2021 à Paris

La FIA espère mettre fin à l'impasse sur les règles 2021 à Paris
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Événement GP du Canada
Catégorie Course
Pilotes Sebastian Vettel Boutique
Équipes Scuderia Ferrari
Auteur Fabien Gaillard