Vettel sur le défi de Monaco

En répit d’une avance de plus en plus réduite par rapport à son poursuivant Kimi Räikkönen, Sebastian Vettel arrive en Principauté en tant que leader du championnat du monde

En répit d’une avance de plus en plus réduite par rapport à son poursuivant Kimi Räikkönen, Sebastian Vettel arrive en Principauté en tant que leader du championnat du monde. L’Allemand, comme tous les pilotes, adore le tracé de Monaco, qui représente l’un des défis ultimes d’un pilote de Grand Prix.

Vainqueur à une unique occasion, en 2011, Vettel aimerait ajouter un nouveau trophée de prestige à sa collection, remis des mains du Prince Albert.

Monaco est l’un de mes circuits favoris et y piloter est un défi absolu”, sourie-t-il. “On ne peut même pas y faire la moindre petite erreur ; dans le cas contraire, en étant chanceux, votre temps sera mauvais. Mais si vous ne faites pas attention, vous finirez dans les rails”.

Vettel pense que les dépassements ne sont pas impossibles à Monaco. Cependant, les occasions restent rares.

Il est possible de dépasser, mais de façon risquée. Le meilleur endroit pour cela est avant la chicane. On arrive de l’étroit tunnel à plus de 300 km/h pour passer en premier rapport, et quiconque freine le plus tard gagne. Idéalement, il faut observer de bonnes qualifications et débuter depuis le haut de la grille”.

Faites partie de quelque chose de grand

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Kimi Räikkönen , Sebastian Vettel
Type d'article Actualités