Hamilton : La victoire Mercedes à Monza, un coup dur moral pour Ferrari

partages
commentaires
Hamilton : La victoire Mercedes à Monza, un coup dur moral pour Ferrari
Jonathan Noble
Par : Jonathan Noble
Co-auteur: Guillaume Navarro
31 oct. 2018 à 18:00

Lewis Hamilton croit que le triomphe de l'équipe Mercedes sur le Grand Prix d'Italie a été le gros coup dur de la saison pour le moral de l'adversaire Ferrari.

Départ : Kimi Raikkonen, Ferrari SF71H
Kimi Raikkonen, Ferrari SF71H devant Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W09
Sebastian Vettel, Ferrari SF71H touche Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W09 alors que Kimi Raikkonen, Ferrari SF71H mène
Sebastian Vettel, Ferrari SF71H spins with damage on lap one
Le vainqueur Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W09
Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1, fête sa victoire dans le Parc Fermé
Kimi Raikkonen, Ferrari lors de la conférence de presse
Les fans à Monza
Lewis Hamilton, Mercedes AMG, fête son troisième titre de Champion du monde
Sebastian Vettel, Ferrari en conférence de presse
Le vainqueur Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 fête sa victoire avec les fans
Sebastian Vettel, Ferrari SF71H en tête-à-queue après un contact avec Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W09 alors que Lance Stroll, Williams FW41, Sergey Sirotkin, Williams FW41 passent

Ferrari arrivait sur la course de Monza dans une dynamique positive après sa victoire convaincante acquise sur le Grand Prix de Belgique et la vitesse en qualifications de la SF71H avait permis à Kimi Räikkönen et Sebastian Vettel de verrouiller la première ligne de grille, le Finlandais s'offrant même le tour à la vitesse moyenne la plus rapide de l'Histoire de la F1 en guise de cadeau devant les tifosi. Maranello n'attendait ainsi rien d'autre qu'un doublé ou une victoire sur le tracé italien.

Mais cette opportunité s'est vite édulcorée, Lewis Hamilton parvenant à prendre le dessus sur Vettel dès la seconde chicane du Grand Prix. Le Britannique a passé l'Allemand parti à en tête-à-queue dans leur confrontation, avant de poursuivre et vaincre Räikkönen pour signer ce qui fit figure de victoire surprise.

Lire aussi :

La pression psychologique sur Vettel…

Ce succès fut le début d'une spirale positive pour Hamilton, qui s'est ensuite imposé à Singapour, en Russie et au Japon, lui permettant d'arriver aux USA et au Mexique avec une pression moindre et de sceller la course au titre mondial sur le circuit des frères Rodriguez tandis que Vettel montrait une certaine fébrilité. Pour Hamilton, Monza fut bel et bien un tournant de la saison.

"Je dirais que ce jour fut probablement le plus gros coup psychologique pour eux", analyse le Champion du monde dans une interview donnée à une sélection de médias, dont Motorsport.com. "Ils en ont eu une paire. La période psychologique difficile de Seb a été quand il a fait une erreur personnelle [en Allemagne]. Quand l'équipe fait une erreur, c'est douloureux, mais quand tu fais une erreur personnelle, en tant que pilote, alors que c'est sous ton contrôle, c'est un sentiment horrible. Il a pris ça à cœur. On a ensuite eu cette bataille à Monza et ça a sûrement été un coup dur pour le team."

… et Hamilton

Il faut dire que Mercedes s'était retrouvé en position de doute après Spa. Les célébrations dignes d'une victoire en championnat du monde du clan Mercedes à Monza n'étaient pas surjouées : les gris ont réellement vécu comme un immense soulagement cette victoire acquise dans ce qu'ils considéraient être un rôle d'outsider, après avoir été battus en qualifications par Ferrari.

Lire aussi :

"Nous avions perdu la course précédente et savions ce qui nous attendait à Monza", poursuit Hamilton dans le détail. "Nous espérions être en mesure d'être performants. Probablement qu'avec un tour parfait, j'aurais pu me qualifier second. En fait, de mon côté, j'étais frustré, mais pas énervé contre moi-même, globalement. C'était juste comme ça. Je ne retiens jamais rien. Je pensais que j'avais tout bien fait en essais, puis raté les qualifications. J'ai fait un bon tour, mais j'ai quand même perdu un demi-dixième ici et là et ça aurait fait la différence entre la seconde et la troisième place. Puis, la nuit de samedi a été difficile et je pensais beaucoup à combien je voulais me montrer agressif le dimanche. Il est très difficile de juger à quel point l'on doit l'être. On peut aller trop loin, faire un tête-à-queue, causer un accident et partir dernier, ou s'accidenter."

"On peut aussi ne pas en faire assez et ne pas capitaliser sur la fenêtre [d'opportunité] qui se trouvait là. C'est toujours l'inconnue. On ne sait pas ce qui va se passer jusqu'à ce que ça se présente à soi et c'est ce qui est super avec les sports mécaniques, et en particulier les courses."

Un duel avec Ferrari qui a renforcé les liens chez Mercedes

Le succès de Monza fut mentalement important mais Hamilton savait que beaucoup de travail était encore nécessaire pour permettre à Mercedes de prendre le contrôle du championnat.

"Nous ne sommes pas devenus complaisants avec ce grand résultat pour nous. Nous savions que nous devions encore exécuter [de bonnes courses, ndlr]. Nous nous rendions à des endroits comme Singapour, où Ferrari nous détruit, habituellement. Et quel week-end ça a été !"

Lire aussi :

Hamilton estime que la campagne 2018 a réservé un grand nombre de surprises, mais retient la profondeur de l'esprit d'équipe de Mercedes comme facteur de la victoire.

"Aucun d'entre nous n'avait prédit les choses qui se sont produites", commente-t-il. "Nous ne pouvions pas prévoir notre victoire à Hockenheim. Personne ne savait que nous allions gagner à Monza ou Singapour, particulièrement."

"Collectivement, nous avons tous fait un travail fantastique. La manière dont nous avons géré les séances, défini si nous sortions en premier en qualifications ou après, comme le fait toujours Ferrari, et se retrouver dans le trafic ; toutes ces choses-là. Nous nous sommes vraiment écoutés mutuellement et avons vraiment [bien] exécuté."

Article suivant
Renault se rapproche de la quatrième place tant convoitée

Article précédent

Renault se rapproche de la quatrième place tant convoitée

Article suivant

Hartley : "J'ai compris que je devais me défendre"

Hartley : "J'ai compris que je devais me défendre"
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Événement GP d'Italie
Catégorie Course
Pilotes Lewis Hamilton Boutique , Sebastian Vettel Boutique
Équipes Mercedes Boutique , Ferrari Boutique
Auteur Jonathan Noble
Type d'article Analyse