La F1 ne veut pas généraliser les caméras au briefing des pilotes

Les dirigeants de la Formule 1 ne prévoient pas pour le moment de diffuser d'autres briefing des pilotes, après l'avoir fait pour la première fois en rendant publique la vidéo de celui du Grand Prix de Monaco.

Propriétaire de la Formule 1 depuis quelques mois, Liberty Media souhaite rendre la discipline plus accessible aux fans. Parmi les nouveautés initiées, une séquence vidéo de quelques minutes, issue du briefing des pilotes du Grand Prix de Monaco, a été diffusée sur internet ce week-end. C'est la première fois depuis les années 90 que des caméras filment un briefing, offrant un point de vue unique sur l'un des moments les plus secrets d'un week-end de Grand Prix. 

 

Lors du briefing monégasque, les pilotes ont notamment discuté avec le directeur de course Charlie Whiting de l'incident survenu au premier virage de la course précédente, en Espagne, entre Lewis Hamilton et Sebastian Vettel. Le sujet des nouveaux vibreurs installés à la chicane de la Piscine était également sur la table. 

Rapidement, cette vidéo de trois minutes est devenue l'une des plus populaires sur internet en marge du Grand Prix du Canada. Néanmoins, la Formule 1 n'a pas l'intention d'en faire quelque chose de récurrent, même si cela pourrait être à nouveau évalué au cours de l'année.

La présence de caméras lors du briefing des pilotes peut en effet poser problème en altérant la nature de la rencontre entre les pilotes et la FIA et la teneur de leurs discussions. En sachant leurs propos publics, les pilotes pourraient ainsi être plus réfractaires à l'idée de s'exprimer librement et de livrer leur point de vue. 

Massa veut la fin de la culture du secret

Tous n'y sont cependant pas opposés. Felipe Massa pense par exemple que ce serait une bonne chose pour les fans d'avoir accès à des vidéos des briefings des pilotes. "Je pense que c'est une bonne idée", explique le Brésilien, interrogé par Motorsport.com. "Franchement, je n'ai même pas remarqué que quelqu'un filmait à Monaco. Je pense que c'est bien pour les gens, pour les fans. Je pense que c'est bien de participer davantage à ce que nous faisons et ce dont nous parlons. Si tout le monde sait de quoi nous parlons avec Charlie Whiting, avec les équipes, tout le monde comprend alors un peu plus la F1." 

Le pilote Williams n'est donc pas de ceux qui estiment que la présence de caméras représenterait un risque pour la nature des discussions. "Franchement, je m'en fiche", assure-t-il. "J'y suis pour essayer de faire ce qu'il y a de mieux pour la F1, et pour dire si je pense que quelque chose n'est pas correct ou si quelque chose doit être mieux fait au niveau du règlement, ou d'autres choses. Franchement, pour moi, ce n'est pas un problème."

Au-delà de cette idée, le vice-Champion du monde 2008 estime que la Formule 1 doit s'ouvrir davantage sur l'extérieur dans plusieurs domaines : "Peut-être qu'une autre bonne chose serait de s'ouvrir sur d'autres secrets, comme le carburant dans la voiture. Ainsi, à chaque fois que l'on sort du garage, tout le monde connaît le niveau d'essence. Nous n'avons pas besoin de tant de secrets. En qualifications, tout le monde sait que personne n'a beaucoup de carburant, donc pourquoi être secret ? Les équipes savent toujours plus ou moins ce que les autres voitures utilisent, donc ça doit être plus clair. Pas de secrets."

Propos recueillis par Jonathan Noble

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Type d'article Actualités
Tags briefing, liberty media