Villeneuve - Vettel et Alonso n'avaient pas d'autre choix que partir

Jacques Villeneuve a beause montrer partagéquant aux chances de réussite de Fernando Alonso chez McLaren, il estime néanmoins que l'Espagnol a fait le bon choix en quittant Ferrari

Jacques Villeneuve a beau

se montrer partagé

quant aux chances de réussite de Fernando Alonso chez McLaren, il estime néanmoins que l'Espagnol a fait le bon choix en quittant Ferrari. Le Champion du Monde 1997 dresse le même constat pour Sebastian Vettel. Selon lui, les deux pilotes arrivaient au bout d'une relation difficile dans leurs équipes respectives, mais ni pour les mêmes raisons, ni dans le même contexte.

"Tous les deux sont dans une meilleure situation maintenant qu'ils sont partis", estime Villeneuve auprès du média italien Omnicorse. Le Québécois se montre d'ailleurs optimiste pour Vettel, qui aura selon lui la patience de fédérer un projet et une équipe autour de lui pour essayer d'en récolter les fruits un peu plus tard.

"Il n'était plus le 'Golden Boy' ; il n'était plus désiré par Red Bull, qui n'est pas la famille qu'ils veulent faire croire. Ils ont seulement un intérêt : vendre beaucoup de canettes et, par conséquent, l'équipe était désormais amoureuse de Daniel Ricciardo", lance Villeneuve. "Vettel n'avait pas d'alternative si ce n'est partir, et maintenant il arrive dans une période où Ferrari se reconstruit. Cela nécessitera un peu de patience en 2015 mais les résultats se verront en 2016."

Concernant la situation de Fernando Alonso, Villeneuve pose un regard plus critique sur les raisons qui l'ont poussé à quitter Ferrari, soulignant notamment ses difficultés à s'impliquer collectivement quand les résultats ne sont pas au rendez-vous.

"Il est venu chez Ferrari pour gagner, mais quand les choses ont mal tourné, il n'est pas resté un homme avec l'esprit Ferrari", juge le Canadien. "La même chose est arrivée lors de sa première expérience avec McLaren. Pour moi, c'est le meilleur pilote en Formule 1 quand la visière est baissée, mais en dehors de la voiture il ne travaille pas pour l'équipe mais pour lui-même."

"Il utilise internet et Twitter à son avantage, et les grandes équipes n'aiment pas ça, particulièrement une équipe comme Ferrari qui a toujours protégé ses pilotes même quand les choses ne vont pas bien. Regardez Kimi : Ferrari, contrairement à Red Bull, est une famille."

Dès 2015, Alonso sera l'homme de base de la nouvelle collaboration entre McLaren et Honda. Derrière les attentes, il faudra cependant que le motoriste japonais se montre au niveau, et il en sera de même pour l'écurie de Woking.

"McLaren avait le meilleur moteur disponible cette année, mais ils étaient derrière Williams et parfois même derrière Force India, qui a un budget deux fois moins important. C'est le signe clair qu'il y a un problème", doute Villeneuve, qui est également incertain quant aux capacités de Honda, avec qui il a travaillé lors de ses années chez BAR.

"J'entends dire que les Japonais savent comment faire un moteur turbo, mais ce V6 est quelque chose de différent. Ferrari faisait aussi d'excellents moteurs turbos dans les années 80, comme Renault, mais qui gagne désormais ? Honda représente donc une inconnue, mais dieu-merci ils ont conservé Button, qui les aidera à résoudre leurs problèmes plus rapidement. Honda est une marque qui va et qui vient en Formule 1 ; ce n'est pas comme Mercedes, qui suit un programme jusqu'à la fin."

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Jacques Villeneuve , Fernando Alonso , Sebastian Vettel , Daniel Ricciardo
Équipes McLaren , Mercedes , Williams , Force India , Ferrari
Type d'article Actualités