Visas : Nouvelle menace sur le Grand Prix d'Inde ?

Après l'affaire des taxes fiscales, qui a bien failli provoquer des remous en vue de l'organisation du premier Grand Prix d'Inde, un nouveau dossier vient jeter le trouble au-dessus de l'épreuve

Après l'affaire des taxes fiscales, qui a bien failli provoquer des remous en vue de l'organisation du premier Grand Prix d'Inde, un nouveau dossier vient jeter le trouble au-dessus de l'épreuve.

A six semaines de l'évènement, l'obtention des visas pour une grande partie des personnes devant se rendre à New Delhi pose problème.

C'est ce qu'affirme le Times of India, qui révèle que les membres de plusieurs équipes ainsi que des journalistes sont toujours dans l'attente de voir leur visa validé. La rumeur a enflé dans le paddock de Monza le week-end dernier.

"Je reviens tout juste de Monza, où les gens se plaignent du fait qu'il est difficile d'obtenir des visas pour faire le voyage vers l'Inde," a expliqué Karun Chandhok, pilote indien de réserve du Team Lotus.

Cette semaine, le gouvernement indien a reconnu qu'il ne considérait pas le Grand Prix comme "un évènement d'importance nationale". L'épreuve étant gérée par un organisme totalement privé, le pays n'a visiblement pas l'intention de faire des efforts pour accélérer les procédures.

A titre d'exemple, toujours selon le Times of India, Nico Rosberg aurait vu sa demande de visa rejetée, ainsi que la moitié des membres de l'équipe HRT. Directeur de la communication à la FIA pour le championnat du monde de Formule 1, Matteo Bonciani est également dans la même situation. "Si le gouvernement prend trois semaines pour traiter une demande de visa, près de 90% des personnes en F1 ne participeront pas à la course," a indiqué ce dernier.

Faites partie de quelque chose de grand

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Nico Rosberg , Karun Chandhok
Type d'article Actualités