Webber pensait que Vergne le laissait passer

Parti depuis la voie des stands, Mark Webber effectuait un solide début de course avec une stratégie décalée pour remonter dans la hiérarchie

Parti depuis la voie des stands, Mark Webber effectuait un solide début de course avec une stratégie décalée pour remonter dans la hiérarchie. Au 16ème tour, il pointait devant son équipier Sebastian Vettel, qui venait de passer par les stands, lorsqu'il s'est accroché avec Jean-Eric Vergne. C'est dans le sixième virage que l'incident entre les deux hommes s'est produit. Plus rapide que le pilote Toro Rosso, Webber a tenté une attaque au dernier moment, pensant que le Français allait le laisser passer. Avec un aileron endommagé, l'Australie a du rentrer aux stands. Les choses auraient pu en rester là, mais son équipe a mal resserré la roue arrière droite, provoquant ainsi son abandon. "Je me faisais ma place dans le peloton lorsque je suis arrivé derrière Jean-Eric", explique Webber. "Il savait que j'étais là. Il est allé très large et j'ai eu l'impression qu'il m'ouvrait la porte en me laissant la trajectoire mais nous avons tout les deux plongé à l'intérieur et je l'ai accroché.“ "C'est décevant. Il a le droit de faire cela, mais s'il était parti à l'extérieur, il n'y aura pas eu d'accrochage. Ce n'était pas la fin du monde puisqu'il restait beaucoup de tours pour remonter. Le mécanicien qui devait fixer la roue a fait son travail, mais elle s'est détachée dans mon tour de sortie des stands."

Faites partie de quelque chose de grand

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Mark Webber , Sebastian Vettel , Jean-Éric Vergne
Équipes Toro Rosso
Type d'article Actualités