Wehrlein : Les difficultés de Sauber ont caché mes meilleures courses

Non reconduit par Sauber pour la saison 2018 de Formule 1, qu'il ne devrait pas disputer en qualité de titulaire, Pascal Wehrlein est revenu sur la difficulté à se mettre en avant au volant d'une C36 de plus en plus en difficulté.

Avec un moteur Ferrari 2016, la saison de l'équipe allait en grande partie reposer sur sa capacité à rapidement tirer profit de la moindre opportunité, sachant qu'au fil de l'année, l'écart de performance avec les autres structures risquait d'être de plus en plus grand et insurmontable.

Au final, c'est bien de cette façon que 2017 a tourné pour Hinwil, qui a inscrit cinq points en première partie de saison. Toutes ces unités ont été rapportées par Pascal Wehrlein, qui a réussi un tour de force stratégique en Espagne avec un seul arrêt et une belle huitième place, avant de profiter des circonstances folles du Grand Prix d'Azerbaïdjan pour rapporter le point du dixième rang.

Par la suite, les occasions de se mettre en avant ont été bien moindres et quand il lui est demandé s'il a pu démontrer son potentiel tout au long de l'exercice qui vient de s'achever, le pilote allemand répond : "Je pense que lors de la première partie de la saison oui."

"Dans la seconde partie de saison, l’écart était quelquefois trop grand, et même quand nous avions une bonne course dans la seconde partie de saison, vous ne pouviez pas le voir car l’écart était trop grand. Par exemple, à Suzuka, j’ai été mis à un tour par l’avant-dernier, donc qu’est-ce qu’on peut faire ?"

"En termes de résultats, [l’Espagne a été] la meilleure course de l’année mais j’ai probablement eu de meilleures courses dans la seconde partie de saison, mais vous ne pouviez pas les voir. La Malaisie était l’une d’entre elles, nous étions proches de la Q3 et la course a été assez bonne [il a terminé 17e, à un tour, ndlr]."

"Je pense que [le Brésil] était assez bon en termes de performance. Là-bas, nous n’étions pas très loin de la Q2 je pense, à juste un ou deux dixièmes [à 53 millièmes précisément, ndlr]."

Même s'il a inscrit l'ensemble des points de Sauber en 2017, Wehrlein ne sera pas de l'aventure Alfa Romeo Sauber l'an prochain, Marcus Ericsson, notamment soutenu par les propriétaires de l'écurie, ayant été maintenu aux côtés du pilote Ferrari Charles Leclerc, placé là par la Scuderia dans le cadre de relations plus étroites avec le constructeur suisse. 

Le Champion DTM 2015 et pilote de la filière Mercedes estime cependant avoir fait de son mieux. "J’ai toujours donné mon meilleur, je pense que c’est la chose la plus importante que l’on peut dire de soi-même, quand l’opportunité était là, nous l’avons saisie."

"On peut toujours faire mieux et avec plus d’expérience, on pense : ‘Ah, il y a une ou deux courses, j’allais dans cette direction avec le set-up, maintenant je sais que c’était pire et que j’aurais dû aller dans cette direction’."

"On apprend toujours quelque chose, mais je peux assurément dire que j’ai donné mon meilleur et inscrit cinq points quand je pouvais inscrire des points, c’est important."

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Pascal Wehrlein
Équipes Sauber
Type d'article Actualités