Williams défend ses échappements à la limite du règlement

A peine présentée, à peine dans l’œil du cyclone

A peine présentée, à peine dans l’œil du cyclone. La Williams FW35 a attiré les objectifs des photographes et les observateurs techniques des teams adverses ainsi que de la FIA, arborant des échappements disposant d’une petite particularité permettant d’optimiser la redirection des flux de gaz d’échappements.

La Williams, qui utilise les échappements à effet Coanda, dont le but même est de mieux faire circuler les gaz vers l’aileron arrière, enfreindrait cependant les règles au niveau de la définition réglementaire, indiquant qu’aucun élément à résultante aérodynamique ne peut venir affecter la redirection des flux d’échappements. Si l’optimisation des flux est possible de plusieurs façons, il est cependant interdit d’utiliser des appendices ou réglettes permettant la redirection de ceux-ci.

La Caterham CT03 faisait également l’objet d’attentives observations depuis Jerez et a également été désignée par Charlie Whiting, délégué technique de la FIA, comme une auto devant présenter des modifications pour pouvoir s’aligner à Melbourne, en mars.

Mike Coughlan, Directeur Technique Williams, estime que son ingénieux système est pourtant 100% légal, et ne fait que contourner de façon astucieuse une zone d’ombre. Interprétation comme toujours.

Pour moi, celui de la Caterham n’est vraiment pas dans les règles, mais le nôtre est OK”, a-t-il ainsi jugé, comparant les dispositifs. “Si vous regardez le nôtre, il ne s’agit pas d’une pièce unique, mais de deux. Les règles imposent le nombre total d’ouvertures, celui-ci devant être unique. Il s’agit d’une ouverture unique rejointe par un tout petit trou ; il s’agit donc de deux pièces”.

Faites partie de quelque chose de grand

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Équipes Williams
Type d'article Actualités