Williams : Russell est au niveau de Mansell, Rosberg et Hill

Avant de quitter la tête de son écurie, Claire Williams s'est montrée particulièrement élogieuse vis-à-vis de George Russell, qui a selon elle le potentiel pour devenir Champion du monde.

Williams : Russell est au niveau de Mansell, Rosberg et Hill

Protégé de Mercedes, George Russell jouit de l'un des palmarès les plus impressionnants du XXIe siècle en formules de promotion, avec des titres consécutifs en GP3 et en F2, et a réalisé une première campagne en Formule 1 remarquable chez Williams, dominant sans relâche son coéquipier Robert Kubica. Sa deuxième saison dans l'élite, aux côtés de Nicholas Latifi, a pris un tournant identique.

Lire aussi :

D'où les compliments dithyrambiques de Claire Williams, à qui il a été demandé dans le podcast F1 Nation si Russell était au même niveau que les grands champions qui ont couru pour Williams, notamment Nigel Mansell, Nico Rosberg et Damon Hill"Oui, c'est complètement certain, et je remuerais ciel et terre pour que George soit Champion du monde avec Williams", répond-elle. "George est différent d'eux, mais son talent ne fait aucun doute. Avec sa motivation, son dévouement et sa concentration, je ne peux suffisamment chanter ses louanges. Nous avons énormément de chance qu'il soit dans l'équipe avec nous."

Williams ne cache pas qu'elle craignait de voir filer Russell filer chez Mercedes en 2021 malgré le contrat de trois ans (2019-2021) le liant à l'équipe, de la même manière que l'écurie à l'étoile avait recruté Valtteri Bottas pour pallier la retraite surprise de Nico Rosberg fin 2016.

"J'étais nerveuse, car il est si bon !" s'exclame-t-elle. "Je ne voulais pas le perdre, mais en même temps, je ne suis pas du genre à me mettre en travers du chemin de quelqu'un quand cette personne a une belle opportunité. Je pense l'avoir prouvé avec Valtteri Bottas quant il est allé chez Mercedes il y a quelques années… mais ce n'est pas arrivé et je suis contente que George reste avec nous. Nous l'avons pour un an de plus, et travailler avec lui est un plaisir."

Williams est en tout cas enthousiasmée par le comportement productif et la maturité de Russell qui, du haut de ses 22 ans, a déjà endossé le rôle de leader de l'équipe. "Vu la manière dont il parle aux ingénieurs et au reste de l'équipe, il a appris qu'un pilote pouvait avoir une véritable implication dans la gestion de l'équipe, en particulier quand ça ne va pas fort", souligne l'Anglaise. "Avoir été dans une écurie en difficulté le rendra plus fort. Il n'a pas eu la tâche facile et cela le mettra en meilleure position à l'avenir, cela fera de lui un meilleur pilote."

Quant au principal intéressé, forcément flatté par de tels éloges, il garde néanmoins les pieds sur terre. "À vrai dire, je trouve ça difficile de réagir à de grands compliments", indique Russell dans le podcast Beyond The Grid. "Je n'aime pas être arrogant ni m'autoflageller, je préfère m'exprimer en piste. Williams a eu des pilotes incroyablement bons, et cela veut dire beaucoup pour moi. Mais je vais continuer à m'exprimer en piste et ne pas me reposer sur mes lauriers."

"C'est très facile dans ce sport de se dire qu'on a réussi parce qu'on est pilote de F1, que l'objectif d'une vie est atteint, mais on se fait très vite virer si l'on cesse d'être performant. Il y a beaucoup de bons pilotes qui n'ont pas atteint la F1 alors qu'ils auraient pu, et beaucoup de très bons pilotes qui n'y ont passé qu'un an ou deux, pour quelque raison que ce soit. Je ne veux pas me reposer sur mes lauriers, je veux me pousser dans mes propres retranchements chaque jour que je passe dans une voiture, afin de garantir ma place dans ce sport."

partages
commentaires

Voir aussi :

Monaco 2006 : la révélation de Massa sur Schumacher

Article précédent

Monaco 2006 : la révélation de Massa sur Schumacher

Article suivant

Renault discute avec la FIA pour un test d'Alonso

Renault discute avec la FIA pour un test d'Alonso
Charger les commentaires
Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1 Prime

Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1

Dans les années 1960 et 1970, McLaren jonglait avec des engagements en F1, en Endurance et à Indianapolis, tout en concevant des F3 et des F2. Aujourd'hui, l'équipe retrouve ses racines, se développe en IndyCar et en Extreme E tout en poursuivant sa renaissance en F1, tandis que la Formule E et le WEC sont à l'étude. Mais n'est-ce pas trop, trop tôt ? Stuart Codling en discute avec Zak Brown.

Innovations bannies : le double diffuseur de Brawn GP Prime

Innovations bannies : le double diffuseur de Brawn GP

La saison 2009 de Formule 1 est célèbre pour avoir vu l'arrivée et le triomphe immédiat de Brawn GP sur les cendres de l'équipe Honda, avec la victoire dans les deux championnats à la clé, scellée il y a 12 ans jour pour jour à Interlagos.

Formule 1
18 oct. 2021
Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation Prime

Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation

Lewis Hamilton a répondu aux articles le disant "furieux" contre Mercedes après des échanges radio houleux lors du Grand Prix de Turquie. Une mise au point qui rappelle à quel point les extraits radio diffusés en F1 peuvent aussi bien éclairer que déformer une situation réelle.

Formule 1
14 oct. 2021
Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés" Prime

Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés"

Près de quinze ans après son arrivée en Formule 1, Sebastian Vettel a bien changé. Le quadruple Champion du monde n'hésite plus à défendre les causes qui lui tiennent à cœur, telle la protection de l'environnement et des personnes LGBT. Quel avenir aura-t-il à son départ de la Formule 1 ? Le pilote Aston Martin s'est confié à plusieurs médias, dont Motorsport.com Italie.

Formule 1
13 oct. 2021
Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1 Prime

Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1

Les arrêts au stand en Formule 1 sont un mélange à vitesse accélérée de haute technologie et de performance humaine. Pat Symonds nous décrit comment cette science des gains marginaux rend les arrêts si rapides.

Formule 1
12 oct. 2021
Les notes du Grand Prix de Turquie 2021 Prime

Les notes du Grand Prix de Turquie 2021

Après le Grand Prix de Turquie, seizième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
11 oct. 2021
Pourquoi Mercedes est plus fort et plus faible qu'il n'y paraît Prime

Pourquoi Mercedes est plus fort et plus faible qu'il n'y paraît

Mercedes et Lewis Hamilton ont dominé la première journée du Grand Prix de Turquie 2021, sur la surface grandement améliorée du circuit d'Istanbul. Mais la position de l'équipe n'est pas tout à fait ce qu'elle semble être. Voici pourquoi.

Formule 1
9 oct. 2021
Le dilemme du cash derrière les choix du calendrier F1 Prime

Le dilemme du cash derrière les choix du calendrier F1

La promesse de Liberty Media selon laquelle toute nouvelle course s'ajoutant au calendrier doit apporter une valeur ajoutée aux fans, aux équipes et à la Formule 1 en général a été remise en question par de multiples facteurs, découlant tous de la pandémie de COVID-19. Mais avec un œil sur le bilan comptable, la F1 va-t-elle à l'encontre de ses promesses avec ses récents projets ?

Formule 1
8 oct. 2021