Williams salue le "redressement phénoménal" de Renault

partages
commentaires
Williams salue le
Valentin Khorounzhiy
Par : Valentin Khorounzhiy
5 avr. 2018 à 10:32

Claire Williams salue le "redressement phénoménal" de Renault Sport F1 Team depuis le rachat de l'écurie par le Losange.

Nico Hulkenberg, Renault Sport F1 Team R.S. 18
Carlos Sainz Jr., Renault Sport F1 Team R.S. 18
Nico Hulkenberg, Renault Sport F1 Team R.S. 18
Claire Williams, team principal Williams
Nico Hulkenberg, Renault Sport F1 Team R.S. 18
Carlos Sainz Jr., Renault Sport F1 Team R.S. 18
Nico Hulkenberg, Renault Sport F1 Team lors de la parade des pilotes
Nico Hulkenberg, Renault Sport F1 Team R.S. 18

Renault a repris une écurie Lotus en grande difficulté financière à l'aube de la saison 2016, campagne qui s'est avérée difficile pour la structure d'Enstone avec la neuvième place du championnat constructeurs et seulement huit points au compteur.

L'année 2017 s'est toutefois bien mieux passée, Renault se classant sixième avec 57 unités à son actif, et la nouvelle saison a commencé sur les chapeaux de roues : en Australie, la marque française a placé ses deux pilotes dans les points pour la première fois depuis son retour, avec Nico Hülkenberg septième et Carlos Sainz dixième.

"Renault a vraiment fait un travail impressionnant, je pense qu'ils vont sûrement être sur les talons du top 3", déclare Claire Williams, directrice adjointe de l'écurie du même nom. "C'est un redressement phénoménal. Pour redresser la barre avec une écurie, dans ce sport, il faut énormément de travail et d'efforts. Et ils semblent avoir fait du très bon travail."

Renault a beaucoup investi dans son équipe pour atteindre les objectifs de podiums en 2018 et de titre en 2020, passant de 475 à plus de 620 employés en l'espace de deux ans, dont Marcin Budkowski, ancien directeur technique de la FIA. Les infrastructures ont également été développées.

Lorsque Motorsport.com demande à Nico Hülkenberg si l'impact des investissements du Losange dans l'écurie se ressent, l'Allemand nous répond : "On le sent au final, oui, parce que ça se traduit en performance. Mais c'est une écurie d'usine et s'ils veulent revenir à l'avant, c'est ce qu'ils doivent faire et c'est ce qu'ils font. C'est aussi ce que je voulais de l'équipe et ce à quoi je m'attends. On n'atteint pas l'avant du peloton en Formule 1 en restant là où on se trouve, il faut progresser, il faut investir et il faut travailler plus dur que les autres pour les rattraper."

"Nous avons une bonne vision ensemble. Nous nous rapprocherons de l'avant. Ce n'est qu'une question de temps, j'en suis convaincu."

Propos recueillis par Adam Cooper

Prochain article Formule 1
Après Melbourne, Haas remanie son équipe de mécaniciens

Article précédent

Après Melbourne, Haas remanie son équipe de mécaniciens

Article suivant

Pourquoi la Haas diffère de la Ferrari malgré les critiques

Pourquoi la Haas diffère de la Ferrari malgré les critiques

À propos de cet article

Séries Formule 1
Équipes Renault F1 Team
Auteur Valentin Khorounzhiy
Type d'article Actualités