Formule 1
12 mars
-
15 mars
Prochain événement dans
42 jours
C
GP de Bahreïn
19 mars
-
22 mars
Prochain événement dans
49 jours
02 avr.
-
05 avr.
Prochain événement dans
63 jours
16 avr.
-
19 avr.
Prochain événement dans
77 jours
30 avr.
-
03 mai
Prochain événement dans
91 jours
C
GP d'Espagne
07 mai
-
10 mai
Prochain événement dans
98 jours
C
GP de Monaco
21 mai
-
24 mai
Prochain événement dans
112 jours
04 juin
-
07 juin
Prochain événement dans
126 jours
C
GP du Canada
11 juin
-
14 juin
Prochain événement dans
133 jours
25 juin
-
28 juin
Prochain événement dans
147 jours
C
GP d'Autriche
02 juil.
-
05 juil.
Prochain événement dans
154 jours
C
GP de Grande-Bretagne
16 juil.
-
19 juil.
Prochain événement dans
168 jours
C
GP de Hongrie
30 juil.
-
02 août
Prochain événement dans
182 jours
C
GP de Belgique
27 août
-
30 août
Prochain événement dans
210 jours
03 sept.
-
06 sept.
Prochain événement dans
217 jours
C
GP de Singapour
17 sept.
-
20 sept.
Prochain événement dans
231 jours
C
GP de Russie
24 sept.
-
27 sept.
Prochain événement dans
238 jours
08 oct.
-
11 oct.
Prochain événement dans
252 jours
C
GP des États-Unis
22 oct.
-
25 oct.
Prochain événement dans
266 jours
C
GP du Mexique
29 oct.
-
01 nov.
Prochain événement dans
273 jours
C
GP du Brésil
12 nov.
-
15 nov.
Prochain événement dans
287 jours
C
GP d'Abu Dhabi
26 nov.
-
29 nov.
Prochain événement dans
301 jours

La seule stabilité chez Williams, c'est le moteur

partages
commentaires
La seule stabilité chez Williams, c'est le moteur
Par :
8 févr. 2019 à 16:30

En rappelant que seule l'utilisation du bloc Mercedes constitue un élément de stabilité entre 2018 et 2019, Claire Williams souligne le fastidieux travail de remise en question au sein de l'écurie britannique pour tenter de retrouver une dynamique favorable.

L'écurie Williams a vécu une saison cauchemardesque en 2018. Habituée à se faire remarquer depuis le passage aux V6 hybrides, jusqu'à devenir la troisième force du plateau en 2014 et 2015, la structure britannique a peu à peu glissé dans la hiérarchie. Au point de le payer cash l'an passé avec une triste place de lanterne rouge au championnat constructeurs, et pour maigre moisson sept petits points glanés en trois entrées seulement dans le top 10.

Williams a déjà connu pareille désillusion il y a cinq ans, avec une saison 2013 catastrophique, mais la tendance s'était inversée dès l'hiver sous l'impulsion de Pat Symonds, qui avait supervisé des changements d'envergure. Or l'époque est différente, et si la réglementation technique 2019 a évolué, on est loin des bouleversements de l'entrée dans l'ère turbo hybride qui avaient alors facilité ce retournement de situation. Autres temps, autre mœurs, Claire Williams admet ainsi qu'il est impossible d'appliquer la même recette aujourd'hui.

Lire aussi :

"En ce moment, vu que nous sommes dans une période de relative stabilité réglementaire, je pense que ça prend beaucoup plus de temps", reconnaît la directrice adjointe de l'écurie dans une interview accordée à Racer. "Notre projet est actuellement très différent de ce que nous avons entrepris en 2013 et qui avait apporté des changements en 2014. La décision que nous avons prise en 2013 pour le moteur [en quittant Renault pour Mercedes], basée sur là où en étaient les autres motoristes à cette époque, a certainement aidé notre niveau de performance."

"C'est donc une transformation très différente à laquelle nous procédons en ce moment, afin de nous placer sur le bon chemin pour réussir ce que nous avons à accomplir en F1. Mais il y a certainement des leçons à tirer. Je pense que la leçon que j'ai probablement apprise, c'est qu'il ne s'agit pas simplement de changer le moteur, les pilotes et de trouver un sponsor titre. Il y a beaucoup plus de travail à faire pour s'assurer qu'une écurie de F1 soit sur pied et en capacité de fonctionner aussi efficacement qu'il le faut."

Claire Williams, team principal Williams lors de la photo de fin d'année de Williams Racing

Pour espérer inverser la tendance cette saison, Williams a décidé de mettre des mots sur les maux. À Grove, on s'est lancé dans un processus de passage en revue de tous les domaines et de tous les éléments, sous la houlette de Paddy Lowe. Une méthode qui n'est pas sans rappeler le grand examen interne réalisé par McLaren pour également tenter de renverser le cours des choses.

"Je crois que, lorsque l'on est là où on s'est retrouvés l'année dernière, il faut analyser chaque élément de l'entreprise, et c'est exactement ce que nous avons fait", précise Claire Williams. "Essayer de changer une chose, ou faire pareil à plusieurs reprises et s'attendre à une issue différente, ça ne vous oriente pas dans la bonne direction, donc nous avons littéralement tout analysé."

"Nous avons évidemment changé nos pilotes, nous avons changé certaines structures dans l'organisation, nous avons abordé tous les aspects de la performance qui devaient l'être, et je pense que la seule chose que nous avons conservée de manière stable cette année, c'est le moteur. Il s'agit donc de s'assurer que toutes les pièces du puzzle s'assemblent correctement."

Williams doit présenter lundi prochain une nouvelle livrée et un nouveau sponsor, suite à la fin du contrat qui liait l'équipe à Martini. Côté piste, Robert Kubica et George Russell succèdent à Lance Stroll et Sergey Sirotkin pour mener à bien cette mission de reconquête. 

Article suivant
Mercedes : Avec la limitation des essais, le shakedown est "crucial"

Article précédent

Mercedes : Avec la limitation des essais, le shakedown est "crucial"

Article suivant

La Mercedes W10 a été démarrée pour la première fois

La Mercedes W10 a été démarrée pour la première fois
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Pilotes Robert Kubica , George Russell
Équipes Williams
Tags claire williams
Auteur Basile Davoine