Formule 1
03 juil.
-
05 juil.
Événement terminé
10 juil.
-
12 juil.
EL3 dans
04 Heures
:
21 Minutes
:
15 Secondes
17 juil.
-
19 juil.
EL1 dans
6 jours
C
GP du 70e Anniversaire
07 août
-
09 août
EL1 dans
27 jours
14 août
-
16 août
EL1 dans
34 jours
28 août
-
30 août
EL1 dans
48 jours
04 sept.
-
06 sept.
EL1 dans
55 jours
C
GP de Toscane
11 sept.
-
13 sept.
Prochain événement dans
61 jours
25 sept.
-
27 sept.
EL1 dans
76 jours

Williams n'a "jamais" assez investi en recherche et développement

partages
commentaires
Williams n'a "jamais" assez investi en recherche et développement
Par :
4 juin 2019 à 10:45

Pour l'ancien ingénieur Williams, Rob Smedley, l'écurie paie aujourd'hui son manque d'investissement en recherche et développement ainsi que des mauvaises décisions prises, même s'il se refuse à désigner des responsables.

Le début de saison de l'écurie Williams a été marqué par le sceau du manque de préparation. L'écurie britannique a d'abord connu une phase de préparation très compliquée lors de laquelle trop de retard s'est accumulé pour que la structure soit capable de faire rouler la FW42 dès les premiers jours des tests hivernaux de Barcelone. Une situation d'autant plus problématique que l'écurie sortait d'une saison 2018 famélique sur le plan des résultats et que beaucoup pensaient que le travail autour de la monoplace 2019 avait été lancé suffisamment tôt pour éviter tout problème.

Lire aussi :

Las, non seulement la voiture n'a pas beaucoup roulé lors des tests mais en plus il est très vite apparu qu'elle n'avait absolument aucun rythme en plus d'être compliquée à conduire. Des soucis de pièces de rechange ont également handicapé les premiers GP des pilotes, Robert Kubica et George Russell, qui sont par ailleurs régulièrement relégués à plus d'une seconde de leurs concurrents les plus proches en qualifications. Certes, l'écurie de Grove progresse mais la FW42 était tellement loin en performance que cela ne change finalement pas grand-chose à l'affaire, pour le moment.

Ancien responsable de la structure britannique, Rob Smedley, qui a quitté l'équipe fin 2018, y a occupé le poste de responsable de la performance. Lors de son passage, débuté en 2014, il a connu la période de renouveau de Williams, sous l'impulsion de la nouvelle technologie moteur et du choix avisé du bloc Mercedes. Mais le déclin a commencé à se faire sentir rapidement, à mesure que d'autres écuries et motoristes prenaient la mesure des V6 turbo hybrides. Ainsi, de deux troisièmes places chez les constructeurs en 2014 et 2015, l'écurie est passée à la cinquième position les deux saisons suivantes avant de chuter au dernier rang l'année dernière.

Lire aussi :

L'ancien ingénieur de Ferrari estime que cette situation est la résultante de mauvais choix, et notamment en termes d'investissements consentis. Pour Motorsport Magazine, il explique : "L'équipe [Williams] avait clairement besoin de beaucoup de travail. Nous avons instauré beaucoup de nouvelles pratiques en matière d'ingénierie, mais l'étape suivante devait être l'investissement en R&D [recherche et développement] et il n'a jamais eu lieu."

"Si vous voulez être un vrai constructeur, il faut avoir ce niveau d'investissement sinon vous êtes relégué au second plan, quelle que soit la qualité de votre personnel. Je ne veux pas parler d'individus en particulier, mais il est clair que certaines mauvaises décisions ont été prises pour que l'équipe soit dans sa position actuelle. C'est vraiment dommage." En début d'année, Paddy Lowe, qui occupait le poste de directeur technique depuis début 2017, a été mis à l'écart devant la préparation hivernale catastrophique de l'écurie

Article suivant
Vettel peine à se trouver en "confiance" dans la Ferrari

Article précédent

Vettel peine à se trouver en "confiance" dans la Ferrari

Article suivant

Rétro 1969 - La McLaren M9A à quatre roues motrices

Rétro 1969 - La McLaren M9A à quatre roues motrices
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Équipes Williams
Auteur Fabien Gaillard