Wolff assume la décision d'avoir laissé Hamilton en piste au restart

Selon le patron de Mercedes en F1, Toto Wolff, la décision de prendre le départ arrêté en Hongrie et de ne pas rentrer au stand pour monter les pneus slick était à "100% la bonne".

Le premier départ du Grand Prix de Hongrie s'est déroulé sur une piste humide et avec l'ensemble du peloton en pneus intermédiaires. Il s'est soldé par une série d'accrochages dans le premier virage qui a éliminé cinq concurrents et amené la direction de course à brandir le drapeau rouge.

Au moment de relancer l'épreuve par un départ arrêté, la piste avait nettement séché et quasiment tout le peloton s'est alors engouffré dans la voie des stands pour chausser des pneus slicks. Quasiment car le leader Lewis Hamilton ne l'a pas fait et s'est retrouvé absolument seul sur la grille pour ce second départ. S'il a ainsi aisément conservé sa place de leader, il lui a fallu rentrer au stand dès le passage suivant, ce qui l'a fait tomber au dernier rang des pilotes toujours en course.

Lire aussi :

Le Britannique est parvenu à remonter le peloton au fil des 65 tours restant pour terminer à la troisième position sur la piste, et même à la seconde si la disqualification de Sebastian Vettel est confirmée. Toutefois, l'opportunité manquée de maximiser le nombre d'unités inscrites alors même que Max Verstappen a été mis hors course pour les gros points dans l'accident du départ laisse un goût amer.

Mais chez Mercedes, on assume le choix d'avoir maintenu son pilote en piste, Toto Wolff plaisantant sur le fait que Hamilton était "un peu seul" sur la grille mais assurant que l'écurie a pensé prendre la bonne décision car un arrêt aurait signifié, avec la file de voitures qu'il aurait fallu laisser passer, perdre des positions dans les stands.

"Je pense que c'était à 100% la bonne décision, et je m'y tiens", a déclaré le directeur exécutif de Mercedes. "En fin de compte, vous devez prendre la décision sur le moment et juger si c'est assez sec ou pas. J'ai pensé qu'en l'espace d'un tour, il n'était pas possible que la piste sèche comme elle l'a fait, et au final, il faut accepter le fait que l'issue était mauvaise. Mais la décision était bonne. Nous avons calculé qu'il serait sorti sixième avec le train de voitures entrant dans les stands. Avec le recul, on est plus malin, mais c'est comme ça."

Wolff a catégoriquement refusé de considérer cette décision comme une erreur de la part de Mercedes, soulignant qu'il s'en tenait à "100%" à ce choix et que Hamilton aurait de toute façon pu gagner la course s'il n'avait pas perdu autant de temps derrière Fernando Alonso. "Nous aurions pu gagner aujourd'hui. Nous avons perdu beaucoup de temps derrière Fernando [Alonso], et cela a permis à Esteban de gagner la course, et c'est bien."

Alors que les équipes ne sont pas autorisées à dire aux pilotes de rentrer aux stands pour changer de pneus lors du tour de formation – ce qui s'est vu avec la décision d'Antonio Giovinazzi de tenter un pari avant le premier départ –, il est possible de le faire dans le cadre d'une reprise de course après un drapeau rouge puisque le tour précédant le nouveau départ n'est pas, règlementairement, considéré comme un tour de formation.

partages
commentaires
Aston Martin prêt à faire appel de la disqualification de Vettel
Article précédent

Aston Martin prêt à faire appel de la disqualification de Vettel

Article suivant

Crash de Bottas : Norris attend mieux de la part de top pilotes

Crash de Bottas : Norris attend mieux de la part de top pilotes
Charger les commentaires
Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing Prime

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing

Pendant de longues années, Daniel Ricciardo n'avait pas une haute estime de la course virtuelle, plus connue sous le nom de simracing. Mais le pilote McLaren a aujourd'hui un avis bien différent.

Formule 1
19 janv. 2022
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021
Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote Prime

Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote

Lola espérait retrouver le succès en Formule 1 en 1997 mais l'aventure, précipitée par Mastercard, a tourné au fiasco.

Formule 1
25 déc. 2021
Qu'avons-nous appris des tests des pneus Pirelli 18 pouces ? Prime

Qu'avons-nous appris des tests des pneus Pirelli 18 pouces ?

Retour en détail sur les essais des nouveaux pneus Pirelli avec Mario Isola, chef du projet F1 de la marque italienne.

Formule 1
20 déc. 2021