Entre Wolff et Binotto, "ce n'est pas de la haine"

Mattia Binotto assure que ses relations tendues avec Toto Wolff ne dépassent pas le cadre d'une rivalité sportive évidente.

Entre Wolff et Binotto, "ce n'est pas de la haine"

Les relations entre Mattia Binotto et Toto Wolff ne sont pas au beau fixe en Formule 1, mais le directeur de Ferrari met cette tension sur le compte de la rivalité sportive sans en faire une affaire personnelle. Depuis le début de la saison 2020, Wolff a multiplié les piques plus ou moins claires envers son homologue, affichant un désaccord profond avec lui. Cette escalade verbale puise sa source dans l'affaire du moteur Ferrari l'an dernier, qui a débouché sur un accord secret entre la Scuderia et la FIA alors que l'équipe italienne était soupçonnée de triche. Parlant même de "connerie totale" durant l'été au sujet des directives techniques sur les unités de puissance, le directeur de Mercedes a également estimé que les contre-performances de Ferrari cette année étaient le fait de décisions prises par "certains individus", sans citer Binotto directement.

Lire aussi :

Cette tension palpable dans les propos de l'Autrichien ne trouve toutefois pas d'écho chez le responsable de la Scuderia, au moins publiquement. Binotto l'assure, seule la question sportive est en jeu et il n'y a pas d'animosité dépassant ce cadre entre les deux hommes. "Nous nous détestons l'un et l'autre", assume-t-il au micro de Sky Italia, avant de préciser : "Sur le plan sportif, c'est mon principal adversaire et il gagne depuis de nombreuses années. Mais ce n'est pas de la haine. Il y a du respect et il y a le désir de le battre, mais pas pour battre spécifiquement Toto et Mercedes. C'est pour ramener Ferrari au sommet, à la place qu'elle mérite."

L'accord secret avec la FIA "était évident"

L'accord secret entre Ferrari et la FIA sur la question du moteur 2019 a suscité beaucoup de commentaires et une certaine rancœur chez la concurrence. La Scuderia a toujours refusé d'en dévoiler les contours, redoutant de divulguer du même coup des informations sensibles sur son bloc propulseur, mais l'opacité de la manœuvre dérange. À Maranello, on assume toutefois pleinement ce procédé et Binotto aime rappeler qu'aucune écurie n'avait officiellement porté réclamation.

Charles Leclerc, Ferrari

"L'année dernière, aucun adversaire n'a porté réclamation contre nous", insiste-t-il. "Ce qui a été fait après [la saison] est parti du souhait de la FIA de poursuivre ses investigations et son analyse, dans une période où nous étions concentrés sur le développement de la voiture pour la saison 2020. Nous sommes donc parvenus à un accord simple : laissez-nous nous concentrer sur l'avenir, laissez-nous vous aider à comprendre quelles sont les possibles zones grises dans la réglementation. Là où des clarifications étaient nécessaires, elles ont été apportées."

"L'accord était secret car il était évident qu'il devait l'être. Aurions-nous dû montrer notre moteur à tout le monde ? Je crois que personne ne l'a jamais fait en Formule 1, et que personne ne le fera jamais. Concernant la zone grise, c'était comme ça tout au long de la saison 2019, jusqu'à ce que de nouvelles directives arrivent, et elles ont également été définies grâce à notre aide. Ces directives ont eu une incidence sur tous les moteurs, mais dans une plus grande proportion sur le nôtre."

Seulement sixième du championnat constructeurs à quatre Grands Prix de la fin de la saison, la Scuderia traverse une année très compliquée mais redouble d'efforts pour tenter de redresser la barre à partir de 2021. Malgré le gel partiel des monoplaces l'hiver prochain, l'écurie veut se rapprocher d'un niveau plus en adéquation avec son statut avant de négocier au mieux le tournant réglementaire de 2022.

"C'est un groupe de gens fantastique", assure Binotto quant à son écurie. "Nous traversons une période difficile, et dans un tel contexte il est facile de voir des tensions émerger, de pointer du doigt son voisin de bureau. Mais au lieu de ça nous sommes une équipe soudée qui travaille avec un objectif unique, et nous avons le soutien de notre président et de notre PDG. Nous croyons en ce sport et en l'avenir. Malgré une période sportive qui n'est pas simple, et malgré toutes les difficultés entraînées par le COVID, Ferrari a de solides fondations pour regarder vers l'avenir."

partages
commentaires
Hamilton valorise le titre de Mercedes par rapport à son palmarès
Article précédent

Hamilton valorise le titre de Mercedes par rapport à son palmarès

Article suivant

Red Bull veut aider Albon à retrouver confiance avant la Turquie

Red Bull veut aider Albon à retrouver confiance avant la Turquie
Charger les commentaires
Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing Prime

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing

Pendant de longues années, Daniel Ricciardo n'avait pas une haute estime de la course virtuelle, plus connue sous le nom de simracing. Mais le pilote McLaren a aujourd'hui un avis bien différent.

Formule 1
19 janv. 2022
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021
Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote Prime

Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote

Lola espérait retrouver le succès en Formule 1 en 1997 mais l'aventure, précipitée par Mastercard, a tourné au fiasco.

Formule 1
25 déc. 2021
Qu'avons-nous appris des tests des pneus Pirelli 18 pouces ? Prime

Qu'avons-nous appris des tests des pneus Pirelli 18 pouces ?

Retour en détail sur les essais des nouveaux pneus Pirelli avec Mario Isola, chef du projet F1 de la marque italienne.

Formule 1
20 déc. 2021