Wolff répond aux critiques de Bottas sur sa stratégie

Frustré par le choix de Mercedes de calquer sa stratégie sur celle de son équipier Lewis Hamilton, Valtteri Bottas a remis en cause la décision de l'écurie allemande. Bien qu'il comprenne la déception de son pilote, le directeur Toto Wolff révèle qu'aucune alternative n'était possible.

Wolff répond aux critiques de Bottas sur sa stratégie

Tenu loin de la bagarre mêlant Lewis Hamilton et Max Verstappen pour la victoire à Bahreïn, Valtteri Bottas a terminé l'épreuve à une anonyme troisième position. Le Finlandais s'est consolé malgré tout avec le point du meilleur tour.

Les chances de victoire du pilote finlandais ont été réduites à néant dès l'extinction des feux, sa mauvaise impulsion ayant été punie par le dépassement de Charles Leclerc. Une fois le pilote Ferrari repassé derrière la Flèche d'Argent, l'écart entre Bottas et le leader Verstappen était déjà important. Ainsi, Mercedes a misé sur une stratégie similaire pour ses deux pilotes : faire l'undercut au Néerlandais. Une décision peu appréciée par le détenteur du numéro 77.

"C'est décevant, c'est sûr", soupire-t-il. "C'est une bonne course pour l'équipe car nous avons obtenu des gros points mais de mon côté, au niveau de la stratégie, nous avons fait le choix de la défense au lieu de l'attaque, ce qui m'a surpris. Ce n'est vraiment pas normal. Je pouvais espérer mieux."

Lire aussi :

Interrogé par Motorsport.com concernant les autres stratégies envisageables par Mercedes lors du Grand Prix, le directeur Toto Wolff révèle qu'il n'en existait pas, soulignant le fait que Bottas ait compromis ses propres chances en se faisant dépasser par Leclerc au départ.

"Il n'y avait pas d'autres stratégies possibles", répond Wolff après les commentaires de Bottas. "Nous avons également tenté l'undercut avec Valtteri, je pense que cela aurait pu changer l'issue de sa course. Ce que nous ne voulions pas voir, c'est la perte d'une position au départ. [Bottas] n'a pas pu combler l'écart avec les deux pilotes de tête. Son arrêt au stand a été programmé pour faire l'undercut sur Max et nous aurions probablement réussi sans un problème sur le pistolet de la roue avant droite."

L'Autrichien a également précisé qu'il partageait la frustration de son pilote, celle-ci s'expliquant par une communication limitée entre le cockpit de la Mercedes et le muret des stands, et donc par un manque d'information.

"Je comprends totalement la frustration qui se crée dans la voiture lorsque les informations sont limitées et que l'on se demande s'il est possible de faire autrement", admet Wolff. "Je ne sais pas quelle autre stratégie nous aurions pu mettre en place. Faire un seul arrêt n'était clairement pas possible, les pneumatiques mediums n'auraient pas tenu la distance et les pneus durs ont manqué de performance en milieu d'épreuve. Il n'y avait pas d'autre option disponible."

Propos recueillis par Stuart Codling 

partages
commentaires

Voir aussi :

Russell optimiste : Bahreïn était "le pire scénario" pour Williams

Article précédent

Russell optimiste : Bahreïn était "le pire scénario" pour Williams

Article suivant

Mercedes craint un plus gros écart avec Red Bull à Imola et Portimão

Mercedes craint un plus gros écart avec Red Bull à Imola et Portimão
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Événement GP de Bahreïn
Catégorie Course
Lieu Bahrain International Circuit
Pilotes Valtteri Bottas
Équipes Mercedes
Auteur Filip Cleeren
À Imola, gros point d'interrogation sur la hiérarchie Prime

À Imola, gros point d'interrogation sur la hiérarchie

Mercedes a pris l'ascendant sur Red Bull lors des essais libres à Imola vendredi, mais les performances restent très serrées. L'écurie Championne du monde ne prend rien pour acquis, et les données difficilement lisibles confirment que cette méfiance est légitime.

Formule 1
17 avr. 2021
Ferrari progresse, mais il en faudra plus pour Leclerc Prime

Ferrari progresse, mais il en faudra plus pour Leclerc

La Scuderia Ferrari a débarqué à Imola après une bonne performance lors de la manche d’ouverture à Bahreïn. Mais pour Charles Leclerc, il reste encore du travail pour que Ferrari retrouve la place qu'elle mérite.

Formule 1
16 avr. 2021
Quels enjeux majeurs pour le GP d'Émilie-Romagne ? Prime

Quels enjeux majeurs pour le GP d'Émilie-Romagne ?

En Formule 1, trois semaines d’attente entre deux courses paraissent être une éternité. Avec un calendrier 2021 déjà modifié, les équipes se rendent à Imola pour reprendre la compétition après une manche d’ouverture exaltante à Bahreïn. Voici les différents enjeux et scénarios attendus pour ce Grand Prix d’Émilie-Romagne.

Formule 1
15 avr. 2021
Pourquoi la nouvelle structure de Williams épouse la tendance Prime

Pourquoi la nouvelle structure de Williams épouse la tendance

Williams a résisté à la marée pendant de nombreuses années mais l'ère du propriétaire-exploitant est révolue depuis longtemps.

Formule 1
14 avr. 2021
Le fond plat en Z est-il l'idéal en 2021 ? Prime

Le fond plat en Z est-il l'idéal en 2021 ?

Les équipes de Formule 1 semblent divisées concernant la meilleure solution pour les nouvelles règles sur le fond plat. Une fois de plus, deux tendances radicalement opposées apparaissent. Désormais, une question se pose : le tableau dressé lors du premier Grand Prix permet-il déjà d'indiquer qui est sur la bonne voie et qui ne l'est pas ?

Formule 1
13 avr. 2021
AlphaTauri sera-t-elle la surprise de 2021 ? Prime

AlphaTauri sera-t-elle la surprise de 2021 ?

Serait-il possible qu'AlphaTauri soit la grande surprise de la saison 2021 de Formule 1 ? Ce qui a été montré lors du Grand Prix de Bahreïn le suggère clairement.

Formule 1
13 avr. 2021
Quand Stirling Moss donnait une leçon sur le pilotage Prime

Quand Stirling Moss donnait une leçon sur le pilotage

Remémorons-nous quelques souvenirs marquants de Stirling Moss, légende du sport automobile, qui nous a quittés l'an dernier à l'âge de 90 ans.

Formule 1
12 avr. 2021
Le faible rake met Aston Martin à la croisée des chemins Prime

Le faible rake met Aston Martin à la croisée des chemins

Aston Martin peut-elle se sortir du trou dans lequel la réglementation aérodynamique de 2021 l'a envoyée ? Cette question, l'écurie britannique ne peut pas encore y répondre. En revanche, les récentes performances de Mercedes offrent un signe d'encouragement.

Formule 1
11 avr. 2021