Wolff : Les discussions pour devenir boss de la F1 n'ont jamais été loin

Après l'officialisation de la nomination de Stefano Domenicali au poste de PDG de la Formule 1, Toto Wolff est revenu les discussions qui ont eu lieu pour qu'il devienne lui-même le grand patron de la discipline.

Wolff : Les discussions pour devenir boss de la F1 n'ont jamais été loin
Charger le lecteur audio

Liberty Media a annoncé ce vendredi que l'ancien dirigeant de la Scuderia Ferrari, Stefano Domenicali, deviendrait le prochain PDG de la F1 après le départ de Chase Carey, le 1er janvier 2021. Ce dernier occupera un poste de directeur non exécutif, après quatre années aux manettes puisqu'il a succédé à Bernie Ecclestone en janvier 2017.

Toto Wolff, le directeur exécutif de Mercedes, a régulièrement été lié à une éventuelle nomination à ce poste ces dernières années, dans le cadre du départ annoncé du dirigeant américain. Quand il lui est demandé, dans le contexte de l'arrivée de Domenicali, s'il a lui-même tenu à occuper ce rôle, l'Autrichien a indiqué que ce n'était pas le cas et que les discussions avec le PDG de Liberty Media, Greg Maffei, n'étaient pas allées très loin.

Lire aussi :

"Non. Je pense que tout le monde sait qu'il y a eu des discussions initiales avec Greg, et que ce n'est jamais allé nulle part. Nous nous entendons bien. Je respecte énormément Greg Maffei pour ce qu'il a accompli."

"Mais j'aime ce que je fais et j'ai découvert que j'aimais tellement le chronomètre, la compétition et la course, que par rapport à ce que je fais aujourd'hui, comme copropriétaire de Mercedes, je dois me pincer chaque jour. En fin de compte, ça n'aurait été nulle part de toute façon, car Ferrari n'aurait pas accepté ça."

La possibilité entrevue d'une arrivée de Wollf à la tête de la F1 avait en effet rapidement soulevé des inquiétudes chez les écuries rivales, et notamment du côté de la Scuderia. Louis Camilleri, le PDG du constructeur italien, a déclaré en décembre dernier que l'arrivée d'un dirigeant clé d'une écurie à la tête du championnat "créerait automatiquement des conflits d'intérêts, qu'ils soient perçus ou non". Les craintes ont été telles qu'un accord a été rapidement mis en place afin d'empêcher toute personne ayant travaillé pour une équipe lors des deux dernières années ne pouvait être engagée par la discipline.

Wolff comprend d'ailleurs tout à fait la position de Ferrari. "C'est OK, c'est leur droit. Je le respecte, absolument. J'aurais probablement pensé la même chose. En fin de compte, la décision aurait peut-être été différente, parce qu'il faut avoir la meilleure personne pour diriger le championnat. Mais je pense qu'ils ont le meilleur gars aujourd'hui. Stefano, c'est tout simplement le meilleur."

partages
commentaires

Voir aussi :

Ricciardo et Renault engrangent la confiance dans le top 3
Article précédent

Ricciardo et Renault engrangent la confiance dans le top 3

Article suivant

EL3 - Hamilton surprend Bottas, Sainz s'illustre

EL3 - Hamilton surprend Bottas, Sainz s'illustre
Charger les commentaires
Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton Prime

Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton

Juan Manuel Fangio, sans égal sur la piste et en dehors, a été le premier à définir ce qu'était un grand pilote de Formule 1. Nigel Roebuck retrace l'histoire d'un remarquable champion.

Formule 1
21 janv. 2022
Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing Prime

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing

Pendant de longues années, Daniel Ricciardo n'avait pas une haute estime de la course virtuelle, plus connue sous le nom de simracing. Mais le pilote McLaren a aujourd'hui un avis bien différent.

Formule 1
19 janv. 2022
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021
Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote Prime

Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote

Lola espérait retrouver le succès en Formule 1 en 1997 mais l'aventure, précipitée par Mastercard, a tourné au fiasco.

Formule 1
25 déc. 2021