Wolff : Hamilton "n'a jamais demandé" de veto sur son équipier

Le directeur exécutif de Mercedes, Toto Wolff, est revenu sur le contrat d'une année signé par Lewis Hamilton avec Mercedes pour 2021, s'étonnant notamment de la rumeur sur un éventuel veto sur son équipier demandé par le Britannique.

Wolff : Hamilton "n'a jamais demandé" de veto sur son équipier

Après des mois de négociations et de spéculations, Mercedes a finalement annoncé ce lundi la prolongation du contrat de Lewis Hamilton. Ce nouvel accord porte sur une seule saison et s'achèvera donc en fin d'année 2021. D'aucuns s'étonnent qu'une discussion s'achevant aussi tard ait finalement abouti sur un engagement aussi court et parient sur une fin de carrière du septuple Champion du monde à l'issue de la campagne.

S'exprimant après cette annonce devant les médias, Toto Wolff, à la barre de l'écurie allemande depuis 2013, a tenu à expliquer le contexte dans lequel les discussions se sont tenues et affirme que le désir des deux parties est bien de continuer à discuter pour 2022 et au-delà. Il a également indiqué que le fait que les deux hommes aient attrapé le COVID-19 avait contraint à des changements de plan par rapport à ce qui était initialement prévu.

Lire aussi :

"Nous nous sommes mis d'accord sur un contrat d'un an", a déclaré Wolff. "Tout d'abord, il y a une modification substantielle de la réglementation en 2022. Nous voulons aussi voir comment le monde va se développer, et l'entreprise. En plus, d'un autre côté, c'est aussi parce que nous avons gardé [les discussions sur le contrat] pour très tard."

"Nous voulions discuter du contrat en fin de la saison, entre les courses de Bahreïn, et puis évidemment, Lewis ne se sentait pas bien. Et finalement, nous avons commencé notre conversation juste avant Noël. Il était donc important de le faire le plus tôt possible. Et à cet égard, nous nous sommes dit : reportons la discussion sur 2022 et au-delà ultérieurement en 2021."

"Une réalité financière très différente d'il y a quelques années"

Wolff met également en avant les incertitudes liées à la situation mondiale, avec la pandémie toujours en cours de COVID-19, notamment sur les questions budgétaires et les risques de s'engager pour le long terme. Il pense qu'à cet égard, les discussions seront plus aisées et avec une perspective plus claire à l'été prochain.

"Il y a des incertitudes dans le monde qui affectent la façon dont la discipline peut fonctionner, qui ont une influence sur nos revenus, sur l'argent de la télévision et sur les revenus des sponsors. Daimler, Mercedes, est en pleine mutation vers la mobilité électrique et cela implique des investissements. Nous vivons donc dans une réalité financière très différente de ce qu'elle était il y a quelques années."

Lire aussi :

"Mais cela étant dit, nous sommes totalement alignés, Lewis, moi et le groupe plus large chez Mercedes, sur la situation. Il n'y a donc jamais eu de divergence d'opinion. C'est juste que nous pensions pouvoir obtenir une bonne signature pour le contrat de 2021, parce que nous devons juste nous mettre en action et trouver un peu de temps en 2021, plus tôt que cette fois-ci, pour discuter de l'avenir. Et ce n'est pas seulement jusqu'en 2022, mais aussi au-delà. Et ce n'est pas quelque chose que nous voulions trancher par vidéoconférence entre Noël et la fin janvier."

Le choix des pilotes, "une décision de l'équipe"

Ces derniers jours, des bruits de couloir sont apparus sur la présence éventuelle dans la négociation d'une clause grâce à laquelle Hamilton aurait pu poser son veto quant à l'identité d'un potentiel futur équipier, notamment à la suite d'un tweet de Damon Hill qui évoquait lui-même une simple "rumeur". Wolff a battu cela en brèche, tout comme les rumeurs sur la question des revenus.

"En ce qui concerne les clauses spécifiques qui ont été mentionnées dans les médias, je ne sais pas d'où elles viennent car rien de tout cela n'est vrai. J'ai lu des articles à ce sujet, et j'ai trouvé cela intéressant, mais la vérité est qu'il n'y a pas eu une seule seconde de discussion sur une clause spécifique sur les pilotes. Il n'a jamais demandé cela au cours des huit dernières années. Et c'est une décision qui appartient à l'équipe."

"Et l'autre clause concernant le partage des revenus [touchés par Mercedes]... Ça sort de nulle part. Cette rumeur était aussi sans fondement. Donc rien de tout cela n'a jamais fait partie de nos discussions."

partages
commentaires
Le plateau 2021 complet de la Formule 1

Article précédent

Le plateau 2021 complet de la Formule 1

Article suivant

Ricciardo ne va pas chez McLaren pour rigoler avec Norris

Ricciardo ne va pas chez McLaren pour rigoler avec Norris
Charger les commentaires
Frédéric Vasseur, le capitaine idéal pour un navire en F1 Prime

Frédéric Vasseur, le capitaine idéal pour un navire en F1

Deux dixièmes places lors des dernières courses ont permis à Alfa Romeo de se hisser en tête de la lutte parmi les écuries de fond de peloton, mais à plus long terme, l'équipe basée en Suisse a des ambitions bien plus grandes. Avec les nouvelles règles de 2022 qui devraient équilibrer les choses, le patron de l'écurie, Frédéric Vasseur, a de bonnes raisons d'être optimiste, comme il l'a expliqué à Motorsport.com dans une interview exclusive.

Comment Ferrari a donné tort à Charles Leclerc Prime

Comment Ferrari a donné tort à Charles Leclerc

Ferrari a impressionné en signant la pole position à Monaco et à Bakou. Voici comment la Scuderia a redressé la barre après une saison 2020 difficile.

Formule 1
18 juin 2021
Ces moments de joie qui soulignent le problème majeur de la F1 Prime

Ces moments de joie qui soulignent le problème majeur de la F1

Les victoires tant attendues des anciens pilotes de Formule 1 Marcus Ericsson et Kevin Magnussen le week-end dernier, respectivement en IndyCar et en IMSA, ont rappelé à la F1 ce qui lui manque. Mais avec les nouvelles règles visant à équilibrer le plateau, l'optimisme renaît quant à la possibilité pour davantage de pilotes de lutter pour des succès autrefois inespérés.

Formule 1
17 juin 2021
Ces ruses autour des pneus qui vont désormais être interdites Prime

Ces ruses autour des pneus qui vont désormais être interdites

Les conclusions de Pirelli sur les défaillances des pneus à Bakou n'ont pas complètement rejeté la faute sur les équipes, mais la fermeté de la réponse de la FIA laisse peu de place au doute.

Formule 1
16 juin 2021
L'heure a sonné pour l'outil de conception le plus fiable de la F1 Prime

L'heure a sonné pour l'outil de conception le plus fiable de la F1

Le travail en soufflerie constitue le fondement du développement aérodynamique d’une Formule 1. Cependant, les progrès de la recherche virtuelle annoncent la disparition de cet outil coûteux et compliqué.

Formule 1
15 juin 2021
Comment Pérez fait face à la complexe culture Red Bull Prime

Comment Pérez fait face à la complexe culture Red Bull

Sergio Pérez a passé la majorité de sa carrière à piloter en milieu de peloton, se demandant s'il aurait un jour une chance d'accéder à une équipe de pointe. Red Bull lui a donné cette opportunité, et bien que la vie au sommet soit difficile, le vainqueur de Bakou fait tout ce qu'il faut pour s'entendre avec Max Verstappen.

Formule 1
14 juin 2021
Quand Kubica gagnait et Honda faisait d'Alonso sa cible n°1 Prime

Quand Kubica gagnait et Honda faisait d'Alonso sa cible n°1

Le Grand Prix du Canada 2008 s'était apparenté à de véritables montagnes russes en piste comme en dehors, et avait été absolument passionnant à couvrir depuis le paddock. Voici pourquoi.

Formule 1
13 juin 2021
Un calendrier de 23 Grands Prix en péril Prime

Un calendrier de 23 Grands Prix en péril

Après l’annonce de l’annulation du Grand Prix de Singapour à cause des restrictions sanitaires en vigueur, la Formule 1 cherche des alternatives pour conserver un calendrier de 23 courses. Mais ce projet audacieux est-il voué à l’échec ?

Formule 1
12 juin 2021