Wolff - J'ai appelé les Verstappen par "sympathie"

Le coup de téléphone de Toto Wolff à Jos Verstappen au sujet de son fils Max est sur toutes les lèvres du paddock. Wolff affirme n'avoir aucun regret.

Wolff - J'ai appelé les Verstappen par "sympathie"
Max Verstappen, Red Bull Racing RB12
Max Verstappen, Red Bull Racing avec son père, Jos Verstappen
Toto Wolff, directeur exécutif Mercedes AMG F1
Max Verstappen, Red Bull Racing avec son père, Jos Verstappen
Max Verstappen, Red Bull Racing RB12
Max Verstappen, Red Bull Racing
Max Verstappen, Red Bull Racing RB12
Max Verstappen, Red Bull Racing RB12
Max Verstappen, Red Bull Racing RB12
Toto Wolff, directeur exécutif Mercedes AMG F1 lors de la conférence de presse de la FIA
Max Verstappen, Red Bull Racing RB12
Max Verstappen, Red Bull Racing RB12
Max Verstappen, Red Bull Racing RB12
Max Verstappen, Red Bull Racing RB12

Toto Wolff affirme avoir donné à Jos Verstappen, qu'il considère comme un ami, des conseils pour son fils dans le but d'améliorer son image dans les médias, et lui a suggéré de venir soutenir Max sur davantage de Grands Prix.

Le directeur de l'écurie Mercedes nie avoir demandé que le jeune Néerlandais ne s'immisce pas dans la lutte pour le titre mondial entre les deux flèches d'argent, alors que Max Verstappen a été impliqué dans un contact avec Nico Rosberg au Mexique. La bataille pour le championnat n'aurait été mentionnée que concernant l'impact qu'elle pourrait avoir sur l'image de Max en cas de nouvel incident.

Cependant, cette conversation a agacé Christian Horner et Helmut Marko, dirigeants de l'écurie Red Bull, qui ont eu le sentiment que Wolff venait interférer dans la gestion de leur équipe.

Lorsqu'il lui est demandé s'il regrette d'avoir passé ce coup de téléphone, l'Autrichien répond : "Aucun regret, j'insiste. Cela fait un moment que je connais cette famille, et je les aime. J'appelle qui je veux. Cette affaire a vraiment pris des proportions démesurées, et je ne sais pas à cause de qui.. Enfin, si !"

"Pour moi, ça ne devrait certainement pas faire l'objet d'articles. J'ai eu une conversation très agréable avec Jos, comme nous en avons eu beaucoup par le passé à ce nombreux sujets, au sujet du pilotage, au sujet des jeunes pilotes, au sujet de tout et de rien, à propos de sa fille, du karting. Je les ai invités à dîner. Alors pourquoi toute cette intox ?"

Une approche différente ?

Toto Wolff en a profité pour détailler les sujets de discussion qu'il a abordés avec Jos Verstappen lors de cet appel, alors qu'il n'avait pas souhaité dévoiler sa conversation privée jusqu'à présent.

"Je vais vous dire ce que j'ai dit", poursuit-il. "Je pense que [Max] est un pilote génial. Il a un talent incroyable. C'est un personnage rafraîchissant, il est spontané, il est intelligent. J'en suis vraiment un très grand fan pour quelqu'un qui n'est pas chez Red Bull."

"Et c'est exactement ce qu'il fallait à la F1. La plupart des éléments positifs qui sont créés autour de la F1 sont liés aux gros titres de la presse, et Max y contribue. Et la dernière chose que je veux, et la dernière chose qu'il fera de toute façon, c'est qu'il change son approche. Et c'est important pour la F1. Je ne lui ai pas dit de s'écarter ou de changer son approche de la course."

La discussion en détail

"J'ai parlé de deux choses avec Jos. Tout d'abord, j'ai eu le sentiment que malheureusement pour Max, certains médias ont évoqué son pilotage de façon négative, ce que j'ai trouvé injustifié. J'ai eu le sentiment qu'il fallait renverser cette situation, d'une façon ou d'une autre. Je ne l'ai fait que par sympathie pour Max et Jos, et rien d'autre. J'ai eu le sentiment que sa présence aux courses était un facteur important. C'est un élément clé de la famille Verstappen depuis 20 ans, depuis le karting."

"C'est pourquoi la présence de Jos était importante pour Max, à mon avis. Et c'était mon opinion personnelle, pas en tant que représentant de Mercedes, cela faisait simplement partie d'une conversation personnelle que j'avais régulièrement avec lui. Et il le reconnaît."

"La deuxième raison, c'est qu'à trois courses de la fin, si un accident arrivait à Lewis ou à Nico, cela rendrait la couverture des médias encore plus négative, et je pense que cela peut être évité. Il faut juste prendre en compte que pour Max, ce n'est pas aussi important que pour les deux autres. Nous avons la chance d'être dans cette position où peu importe qui gagne, ce sera un pilote Mercedes. Je l'ai donc fait par sympathie pour Max."

"Ce n'était pas censé être un conseil à Max, c'était juste la discussion de deux passionnés de sport automobile, une discussion privée, qui a été traînée en public."

Lorsqu'il lui est demandé s'il en a discuté avec Horner ou Marko, Wolff répond : "J'ai attrapé Helmut ce matin et j'ai discuté avec lui. C'est comme ça. La rivalité entre les équipes et les personnes ne va pas changer, ça en fait partie, et ce n'est pas important non plus."

 

Artwork Red Bull RB12 2016, première victoire de Max Verstappen
Artwork Red Bull RB12 2016, première victoire de Max Verstappen

 

partages
commentaires
Alonso - "On devrait payer les gens pour regarder les voitures passer"
Article précédent

Alonso - "On devrait payer les gens pour regarder les voitures passer"

Article suivant

Palmer - Magnussen fait une erreur en quittant Renault

Palmer - Magnussen fait une erreur en quittant Renault
Charger les commentaires
La F1 ne manquera pas à Räikkönen, mais il manquera à la F1 Prime

La F1 ne manquera pas à Räikkönen, mais il manquera à la F1

Trois ans après sa dernière victoire en Formule 1, à Austin, Kimi Räikkönen est désormais à quelques Grands Prix de mettre un terme à la plus longue carrière de l'Histoire. Son ami et ancien attaché de presse au sein de l'équipe de rallye Ice1 Racing, Anthony Peacock, explique pourquoi il laissera un vide tout en s'épanouissant dans une nouvelle vie.

Il y a 35 ans, le deuxième titre quasi inespéré de Prost Prime

Il y a 35 ans, le deuxième titre quasi inespéré de Prost

Le 26 octobre 1986, Alain Prost décrochait son deuxième titre mondial consécutif, à l'issue d'un Grand Prix d'Australie de folie, ponctué de nombreux rebondissements et retournements de situation. Récit.

Formule 1
26 oct. 2021
Les notes du Grand Prix des États-Unis 2021 Prime

Les notes du Grand Prix des États-Unis 2021

Après le Grand Prix des États-Unis, dix-septième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
25 oct. 2021
Quand Briatore tendait un piège à Zanardi et Jordan Prime

Quand Briatore tendait un piège à Zanardi et Jordan

Alessandro Zanardi a bien cru qu'il allait pouvoir faire ses débuts à domicile au Grand Prix d'Italie 1991, mais il ne s'est pas rendu compte que Flavio Briatore était en train de lui tendre un piège.

Formule 1
23 oct. 2021
Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1 Prime

Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1

Le 22 octobre 1967, Denny Hulme était sacré, au nez et à la barbe des stars de l'époque. Retour sur la carrière du plus méconnu des Champions du monde de la discipline reine.

Formule 1
22 oct. 2021
Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1 Prime

Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1

Emerson Fittipaldi est surtout connu pour ses deux titres de Champion du monde de F1 et ses deux victoires aux 500 Miles d'Indianapolis. Mais le Brésilien a également enfilé la casquette de directeur d'équipe. L'ancien designer de l'écurie Fittipaldi, Tim Wright, revient sur une période marquée par des conflits internes, un financement limité et des résultats blancs en dépit d'un excellent casting.

Formule 1
21 oct. 2021
Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991 Prime

Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991

La saison 1991 représente l'une des plus grandes opportunités manquées de l'Histoire de Williams. Des problèmes techniques et des erreurs parfois grossières de Nigel Mansell ont aidé Ayrton Senna à décrocher la dernière de ses trois couronnes mondiales.

Formule 1
20 oct. 2021
Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1 Prime

Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1

Dans les années 1960 et 1970, McLaren jonglait avec des engagements en F1, en Endurance et à Indianapolis, tout en concevant des F3 et des F2. Aujourd'hui, l'équipe retrouve ses racines, se développe en IndyCar et en Extreme E tout en poursuivant sa renaissance en F1, tandis que la Formule E et le WEC sont à l'étude. Mais n'est-ce pas trop, trop tôt ? Stuart Codling en discute avec Zak Brown.

Formule 1
19 oct. 2021