Wolff : Si Pérez avait voulu tricher, il l'aurait fait "différemment"

Toto Wolff et ses pairs sont prompts à tempérer la possibilité que Sergio Pérez se soit accidenté volontairement à Monaco.

Charger le lecteur audio

Depuis le week-end dernier, la rumeur s'interroge sur l'accident de Sergio Pérez en Q3 au Grand Prix de Monaco. Perdant le contrôle au Portier, où il avait heurté le mur par l'arrière et été percuté à l'avant droit par Carlos Sainz, le Mexicain avait provoqué un drapeau rouge qui avait entériné sa troisième place derrière les Ferrari et empêché son coéquipier Max Verstappen de faire mieux que quatrième. Il s'était imposé le lendemain.

Lire aussi :

Six mois plus tard, lorsqu'il a refusé de laisser passer Pérez à la fin du Grand Prix de São Paulo, Verstappen n'a pas démenti que cet incident soit la cause de son manque de coopération. Red Bull a réglé l'affaire en interne, mais un doute subsiste quant à cet incident monégasque. Ce doute, les dirigeants des écuries ne l'ont pas forcément.

"Je connais Sergio depuis longtemps", déclare Toto Wolff, directeur de Mercedes AMG F1. "Un pilote mettrait-il vraiment sa voiture dans le mur et mettrait-il sa boîte de vitesses en danger de cette manière ? On pourrait se retrouver en fond de grille avec un tel incident. Pour moi, si l'on veut garer sa voiture, on le fait différemment."

"Nous avons déjà eu une crise de relations publiques ces dernières semaines autour de cette équipe, je crois que nous n'avons pas besoin d'une autre."

Quant à Mattia Binotto, dont le pilote Carlos Sainz a été directement impliqué dans l'incident, il préfère ne pas se prononcer. "Ce qui est arrivé à Monaco était très difficile à juger de l'extérieur, pour nous", estime le directeur de la Scuderia Ferrari. "Je ne pense pas que nous puissions juger, et ce n'est pas à nous de le faire, c'est à la FIA. Je suis sûr qu'ils ont regardé à l'époque ; il faut aller de l'avant et croire que les choses avancent."

Du côté de Red Bull Racing, écurie se trouvant théoriquement à la limite du plafond budgétaire (voire plus), on souligne l'impact financier d'un tel crash. "Tout accident, particulièrement dans un contexte de plafond budgétaire, est désastreux", insiste Christian Horner, directeur d'équipe. "Ça coûte cher, surtout sur un circuit urbain. Du point de vue d'une écurie, c'est loin, très loin d'être idéal. Il y avait donc beaucoup de frustration suite à ça. Un tel incident aurait évidemment pu endommager la boîte de vitesses, et bien sûr, il y a eu beaucoup de dégâts avec Carlos Sainz."

"Heureusement, c'est probablement le plus gros accident que nous ayons eu cette année du point de vue des coûts, ce qui a un impact direct sur la capacité à développer, car il faut choisir si l'on fait des pièces de rechange ou des pièces de développement. Heureusement, les pilotes ont très bien évité les contacts par la suite. Nous avons ainsi probablement eu le moins de dégâts du plateau cette année."

partages
commentaires

La F1 s'est réunie pour un dernier tour de circuit avec Vettel

Sainz : Si Ferrari me demande de laisser passer Leclerc, je le ferai