Un retour de la F1 à Zandvoort "réaliste" à partir de 2020

Une étude économique de l’organisation d’un GP des Pays-Bas a démontré des résultats positifs, estiment les propriétaires du circuit de Zandvoort, qui ont initié un examen en guise de première étape vers la possible tenue d’un événement local.

Cette étude, réalisée par le circuit de Zandvoort et la municipalité de Zandvoort, a déterminé la faisabilité économique et l’impact d’une manche du calendrier F1, alors que la fièvre autour de Max Verstappen ne cesse de prendre une ampleur de plus en plus conséquente. L’accueil d’un Grand Prix rapporterait 32 millions d’euros à la piste, 53 M€ à la région et 57 M€ au pays, selon le rapport.

"L’étude de faisabilité a montré ce qui serait nécessaire à l’organisation d’un Grand Prix de Formule 1 sur le circuit de Zandvoort en termes d’organisation, de logistique et d’impact. Mais nous avons aussi réalisé une étude de marché pour déterminer ce qui est requis d’un point de vue financier et qui en bénéficie", précise Bernhard van Oranje, co-propriétaire du circuit de Zandvoort, dans un entretien accordé à Motorsport.com.

L’étude de faisabilité permettra à la piste de se positionner auprès du gouvernement et des privés pour obtenir des soutiens dans le cadre de l’étude sur la tenue d’une manche aux Pays-Bas, alors que les promoteurs du tracé d’Assen (qui accueillent déjà le MotoGP) ne cachent pas non plus leur intérêt pour une arrivée au calendrier F1.

"Il nous faut maintenant trouver un consortium plus large pour amener un évènement de ce genre aux Pays-Bas. Si c’est positif, nous nous réunirons pour voir ce qui est possible et comment faire un retour sur investissement. La prochaine étape est de voir quel genre de demandes il y a [de la part de la FOM] pour acquérir une place dans le calendrier."

Des investissements à prévoir

Le circuit de Zandvoort détient actuellement le Grade 2 dans l’échelle de la FIA. Pour obtenir le Grade 1, indispensable pour accueillir un Grand Prix, le circuit a besoin de réaliser un investissement unique d’au moins dix millions d’euros. Par ailleurs, la somme moyenne requise par la FOM pour l’accueil d’un Grand Prix aux promoteurs est de 20 millions d’euros.

Alain Prost devant Niki Lauda, sur les McLaren MP4/2B TAG Porsche

Renforcé par les observations données par Charlie Whiting lors d’une visite "non officielle" du circuit cet été, Van Oranje estime que le travail requis pour élever Zandvoort au niveau exigé par la F1 n’est pas débordant.

"Les ajustements, qui se basent sur le jugement de Charlie, sont limités. Mais au final, ce sera à l’organisateur de placer des requêtes en vue d’un investissement à suivre. La pitlane a besoin d’être allongée. Il faut agrandir les garages et l’espace entre ceux-ci. C’est le genre de sujet dont nous parlons", détaille-t-il.

Un circuit old school

Motorsport.com a récemment détaillé l’intention de Sean Bratches, directeur commercial de la F1, de faire revenir la catégorie reine aux Pays-Bas pour surfer sur le phénomène Verstappen, mais sur un circuit urbain.

Les informations rapportées font état du fait que ni Amsterdam, ni Rotterdam, ne disposent cependant d’un intérêt sérieux pour la mise en place d’un tel événement. Un porte-parole de la ville a rejeté cette éventualité, en dépit du fait que les responsables des partis politiques influents soutiennent l’idée de voir une course se tenir dans le pays.

"Je crois que Liberty Media cherche une manière de rendre le sport attractif et je pense qu’ils savent ce qu’ils doivent faire", poursuit Van Oranje. "De mon point de vue, un circuit old school a sa place dans le calendrier ; un endroit où, si vous sortez de la piste, vous finissez dans les graviers. C’est ce qu’on entend actuellement du côté des pilotes. Ce n’est pas une surprise que Zandvoort soit le circuit le plus populaire chez les pilotes de DTM : c’est un tracé qui représente un défi et où il est fun de piloter et fun de regarder en tant que spectateur. Je crois donc que cette piste est en ligne avec leur stratégie."

Dans tous les cas, Van Oranje sait que l'organisation d’une épreuve à l’horizon 2019 n’est pas envisageable : "N’attendez pas un événement avec 2020. Mais après, il s’agit d’un scénario réaliste".

Le tracé de Zandvoort a accueilli le Grand Prix des Pays-Bas en 1985. L’épreuve avait été remportée par Niki Lauda.

Propos recueillis par Tim Biesbrouck

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Type d'article Actualités
Tags zandvoort