Zhou Guanyu reste chez Alfa Romeo en 2023

Alfa Romeo a confirmé que Zhou Guanyu accompagnerait de nouveau Valtteri Bottas lors de la saison 2023, la dernière de l'écurie sous le nom de la marque italienne.

Zhou Guanyu reste chez Alfa Romeo en 2023
Charger le lecteur audio

Zhou Guanyu sera en 2023 pilote Alfa Romeo pour la seconde saison consécutive, comme vient de le confirmer l'écurie italo-suisse. Le Chinois, qui a fait ses débuts en Formule 1 cette année à Bahreïn, y inscrivant au passage le point de la dixième place, a marqué l'Histoire du sport automobile de l'empire du Milieu en devenant son premier ressortissant à participer à un Grand Prix et donc à inscrire des points en discipline reine.

Même si, dans les faits, il s'agissait de l'un des derniers baquets non officiellement attribués pour la campagne 2023, il était assurément celui où il y avait le moins de prétendants évoqués. En effet, en dehors d'une très hypothétique candidature de Théo Pourchaire, membre de la filière des jeunes pilotes de Sauber (l'entreprise qui gère l'engagement d'Alfa Romeo en F1) et actuellement second de Formule 2, tout pointait vers le renouvellement de la confiance accordée à Zhou.

"J'ai hâte de continuer à travailler avec Zhou", se réjouit Frédéric Vasseur, directeur de l'écurie. "Dès le premier jour avec l'équipe, lors des essais d'Abu Dhabi l'an dernier, il m'a impressionné par son approche du travail, et c'est toujours un aspect très positif. On savait qu'il était rapide, mais la manière dont il s'est adapté à la F1 en si peu de temps a été l'une des meilleures surprises de notre saison. C'est un garçon très sympathique, tout le monde dans l'équipe apprécie à la fois sa personnalité et son attitude. Il a eu l'humilité de poser les questions et d'apprendre, des ingénieurs comme de Valtteri, et l'intelligence d'appliquer toutes les informations qu'il a obtenues pour progresser course après course. Il pourra s'appuyer sur cette expérience la saison prochaine, et je suis convaincu qu'il franchira un nouveau cap alors que l'on continue à développer notre équipe."

Il faut dire que même si, aux points, le pilote au numéro 24 demeure loin du total récolté par son équipier Valtteri Bottas (46 contre 6 après le GP d'Italie), Zhou a semblé progressivement et sans heurts s'adapter aux exigences de la F1. La première partie de sa saison de débutant a été celle où il a été le plus en retrait par rapport à l'expérimenté Finlandais mais également celle où la C42 semblait le mieux armée dans un milieu de peloton encore très fluctuant.

Depuis, Zhou s'est montré plusieurs fois à son avantage, notamment en qualifications, où il reste sur un 5 à 4 face à Bottas depuis le Grand Prix d'Azerbaïdjan. Mais cela a peiné à se manifester de façon éclatante en course puisqu'en dépit de deux arrivées supplémentaires dans les points sur cette même période (dont son meilleur résultat en carrière lors du Grand Prix du Canada, avec la huitième place), Alfa Romeo a reculé dans la hiérarchie tout en étant aux prises avec d'importants problèmes de fiabilité.

Zhou Guanyu lors du GP d'Italie 2022 à Monza.

Zhou Guanyu lors du GP d'Italie 2022 à Monza.

Parmi les images de sa première saison, Zhou a notamment été l'une des victimes du carambolage du départ au Grand Prix de Grande-Bretagne, lorsque sa F1 s'est retournée et a glissé dans les graviers avant de passer par-dessus les barrières de sécurité, alors qu'il s'élançait depuis le neuvième rang (sa meilleure position de départ de l'année, à égalité avec Monza). Il faut noter que, là encore depuis Bakou, il a au total inscrit cinq points, contre six pour Bottas.

Auteur de trois saisons en F2 entre 2019 et 2021, avec la troisième place finale comme meilleur classement lors de cet ultime exercice, Zhou est un ancien membre de l'académie des jeunes pilotes Alpine, avec qui il était sous contrat jusqu'en fin d'année dernière. Saisissant l'opportunité d'engager un pilote libre et qui a fait ses classes dans les catégories junior, tout en ayant un potentiel marketing intéressant vis-à-vis des sponsors chinois (qui tarde toutefois à se concrétiser à hauteur des espérances), Frédéric Vasseur s'est assuré ses services pour 2022.

"Arriver en F1 était un rêve devenu réalité, et ce que j'ai ressenti lorsque j'ai participé pour la première fois à un Grand Prix restera à jamais gravé dans ma mémoire", souligne Zhou Guanyu. "L'équipe m'a incroyablement soutenu, elle m'a accueilli dès le premier jour et m'a aidé à m'adapter dans le championnat le plus complexe en sport automobile. J'ai encore beaucoup à faire dans ce sport et dans cette équipe, et le travail acharné que l'on a accompli depuis le début de l'année n'est que le premier pas vers ce que l'on veut faire la saison prochaine. Il y a encore beaucoup à apprendre, beaucoup à améliorer, mais j'ai confiance en notre travail. J'ai hâte de découvrir le prochain chapitre de notre histoire commune."

La saison 2023 sera d'ailleurs la dernière d'Alfa Romeo en Formule 1 en tant que constructeur et partenaire de Sauber. La marque italienne, qui s'appuyait largement sur les ressources de l'équipe basée à Hinwill, va en effet cesser tout engagement alors que la prise de participation d'Audi au capital de Sauber devrait selon toute vraisemblance débuter, en vue de l'arrivée du constructeur allemand à l'horizon 2026.

Lire aussi :
partages
commentaires

Voir aussi :

McLaren avec une livrée spéciale pour le retour de la F1 en Asie
Article précédent

McLaren avec une livrée spéciale pour le retour de la F1 en Asie

Article suivant

Piastri : "En F1, ce que l'on a fait auparavant est très vite oublié"

Piastri : "En F1, ce que l'on a fait auparavant est très vite oublié"