Orudzhev croit encore au titre malgré un début de saison "horrible"

Après trois courses de Formule V8 3.5 en 2016, le compteur de points d'Egor Orudzhev restait désespérément bloqué à zéro, le Russe ayant été impliqué dans une sortie de piste et deux accrochages le contraignant à l'abandon.

Orudzhev croit encore au titre malgré un début de saison "horrible"
Egor Orudzhev, Arden Motorsport
Egor Orudzhev, Arden Motorsport
Egor Orudzhev, Arden Motorsport
Le vainqueur Louis Deletraz, Fortec Motorsports, le deuxième Roy Nissany, Lotus, le troisième Egor Orudzhev, Arden Motorsport
Le vainqueur Egor Orudzhev, Arden Motorsport
Le vainqueur Egor Orudzhev, Arden Motorsport
Le vainqueur Egor Orudzhev, Arden Motorsport
Podium : le vainqueur Egor Orudzhev

Par la suite, Orudzhev a redressé la barre. Lors des deux derniers meetings en date, à Spa-Francorchamps et au Paul Ricard, le pilote Arden est parvenu à monter sur le podium à trois reprises, avec deux victoires à la clé, acquises grâce à un style défensif dans lequel il excelle.

Malgré tout, Orudzhev n'est qu'au septième rang du championnat alors qu'il est le mieux placé du championnat 2015 à avoir rempilé en F3.5. Lorsque Motorsport.com lui demande ce qu'il pense de son début de saison, sa réponse est cinglante : "Pas grand-chose à dire, regardez les résultats, voilà ce que j'en pense. C'était très mauvais, horrible. Voilà ce que c'était."

S'il est resté chez Arden International au lieu de rejoindre SMP Racing, Orudzhev est bel et bien soutenu par le groupe SMP. Ses dirigeants lui imposent-ils une grande pression ?

"Je dirais que je mets plus de pression sur moi-même. Je sais qu'ils ont des attentes élevées pour la fin du championnat, mais moi aussi", souligne le natif de Saint-Pétersbourg. "Ce qu'ils veulent de moi ne me surprend pas, donc ça ne me gêne pas trop, pas vraiment."

Espoir pour le titre

Après huit courses, alors qu'il en reste dix au programme, Orudzhev est à 65 points du leader du championnat, Tom Dillmann. 43 unités le séparent de l'actuel deuxième, Louis Delétraz, alors qu'Aurélien Panis a 25 points d'avance sur le Russe. Le titre commence-t-il à être une tâche insurmontable ?

"Je ne sais pas. L'écart est immense, il est énorme. Si nous commençons à marquer de gros points toutes les semaines comme [Dillmann] avec ses six podiums d'affilée, ce sera très agréable. Je pense qu'en vitesse pure, c'est sûr que nous en sommes capables. Il faut juste assembler les pièces du puzzle."

"On voit que nous pouvons gagner des courses. Certes, parfois nous avons merdé, ou plutôt connu de mauvaises journées, mais lui aussi va en connaître. Le chemin reste long. Nous n'abandonnons pas encore", conclut Orudzhev avec optimisme.

partages
commentaires
Dillmann - "Ça aurait pu être bien pire"

Article précédent

Dillmann - "Ça aurait pu être bien pire"

Article suivant

Panis - La régularité sera la clé pour le titre

Panis - La régularité sera la clé pour le titre
Charger les commentaires