Flashback - Le scandale du test privé Mercedes 2013

L'an dernier, le milieu de saison se voyait singulièrement agité par la vive polémique résidant autour d'un test pneumatique organisé par l'équipe Mercedes avec Pirelli

L'an dernier, le milieu de saison se voyait singulièrement agité par la vive polémique résidant autour d'un test pneumatique organisé par l'équipe Mercedes avec Pirelli. Des tests ayant pour but de permettre au manufacturier italien de développer ses composés pneumatiques futurs, mais ayant laissé un goût très amer dans la bouche des équipes rivales, qui s'étaient insurgées de constater que le team de la firme à l'Etoile avait utilisé une monoplace contemporaine, permettant une acquisition de données utiles pour la saison en cours.

Extrêmement aboutie sur un tour, la Mercedes W04 rencontrait de très grandes difficultés à maintenir ses enveloppes sur les relais de course, et glissait dramatiquement dans le classement après avoir signé de solides performances en qualifications.

La menace de Red Bull

Si Helmut Marko, conseiller Red Bull, parlait de « plaisanterie » lorsque fut mentionnée l’idée de réaliser des tests privés avec Pirelli, la boutade fut prise au premier degré par Christian Horner, Directeur de l'équipe Championne du Monde, qui menaça à son tour de réaliser des tests similaires si la FIA ne prenait pas de mesures sévères contre Mercedes.

En arrivant à Silverstone, l'an dernier, Red Bull avait ainsi demandé une clarification officielle auprès de la FIA sur les règles à appliquer pour procéder à un test privé, et notamment concernant le millésime de la monoplace utilisable. Red Bull souhaitait savoir ce qui était acceptable ou non pour des tests, et possiblement mettre la FIA face à ses contradictions sur le sujet, tout en laissant planer le doute sur sa possible volonté de réaliser un test maison dans les mêmes conditions que Mercedes.



Sentiment d'injustice et provocation des deux camps

Reconnue suffisamment coupable pour être réprimandée, l’équipe Mercedes n’avait pas été inquiétée outre-mesure suite à ses 1000 km de tests par le verdict rendu par le Tribunal de la FIA, avant Silverstone, Pirelli et la FIA ayant également eu leur lot de manque de transparence reprochable dans cet imbroglio. L’équipe Mercedes avait utilisé un châssis 2013 à Barcelone pour mener les tests avec Pirelli sur des prototypes de gommes en développement en vue de la saison 2014.

Horner avait ainsi confronté Charlie Whiting dans une correspondance à l'adresse de la FIA, dans laquelle il lui avait demandé de répondre concrètement au sujet du droit ou non de Red Bull d’utiliser une RB9 de la saison en cours pour une séance privée. Red Bull demanda également une clarification concernant qui devait donner son accord pour un test, entre le Conseil Mondial (comme suggéré par la FIA lors de l’audience) et les commissaires sportifs. Il fut dès lors clairement établi que tout test en cours de saison devait être réalisé avec une monoplace datant d'au moins deux ans.

Pour couper court à toute possible polémique cette année, la FIA a revu le système de tests de développement pneumatique, permettant à toutes les équipes de rouler en même temps, et le même jour, sur plusieurs tracés après les weekends de GP. Les prochains essais se tiendront dans la foulée du GP de Grande-Bretagne, sur le tracé de Silverstone.

Faites partie de quelque chose de grand

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries F3000
Type d'article Actualités