La FIA réagit aux menaces de départ de Ferrari

partages
commentaires
La FIA réagit aux menaces de départ de Ferrari
28 oct. 2008 à 16:44

La fédération internationale de l'automobile n'a pas tardé à réagir aux menaces de Ferrari, qui a publié lundi soir un communiqué dans lequel la marque italienne explique qu'elle pourrait se retirer de la Formule 1 si la règle du moteur standard entre en vigueur

La fédération internationale de l'automobile n'a pas tardé à réagir aux menaces de Ferrari, qui a publié lundi soir un communiqué dans lequel la marque italienne explique qu'elle pourrait se retirer de la Formule 1 si la règle du moteur standard entre en vigueur.

Les responsables de la FIA ont donc transmis à leur tour un communiqué de presse dans lequel ils déclarent que le moteur standard n'est qu'une proposition parmi d'autres, et qu'ensuite ce sont les équipes qui doivent se mettre d'accord.

"La FIA a pris note du communiqué de presse publié par le conseil d'administration de Ferrari. Il semble que Ferrari soit mal renseigné. La FIA a fourni aux écuries trois options : l'une d'entre elles concerne le moteur standard, l'autre propose que les constructeurs devraient s'engager conjointement à fournir des transmissions aux écuries indépendantes pour mois de cinq millions d'euros par saison."

"La FIA est ravie de la réussite financière de Ferrari et espère que cela perdurera. Cependant, bon nombre d'écuries doivent faire face à des coûts qui dépassent largement le montant des revenus. Ce n'est pas viable."

"C'est désormais aux constructeurs d'accepter l'une des trois solutions de la FIA ou de proposer eux-mêmes une solution concrète pour réduire les coûts à un niveau acceptable."

Si les écuries ne parviennent pas à un accord pour réduire les coûts, la fédération se dit prête à prendre les mesures nécessaires, quitte à adopter le passage au moteur standard : "Si rien n'arrive, la FIA prendre n'importe quelle mesure jugée nécessaire pour préserver la crédibilité des championnats du monde pilotes et constructeurs."

La FOTA (Formula One Teams' Association) a déjà entamé des négociations avec le président Max Mosley lors d'une réunion qui s'est tenue la semaine dernière à Genève et les deux parties se rencontreront à nouveau après le Grand Prix du Brésil.

Article suivant
Di Montezemolo se félicite des solutions trouvées par la FOTA

Article précédent

Di Montezemolo se félicite des solutions trouvées par la FOTA

Article suivant

La FIA présente un calendrier 2009 remanié

La FIA présente un calendrier 2009 remanié
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries F3000