Max Mosley attaque Google au sujet du scandale SM (1/2)

Cette année, la campagne pour la Présidence de la FIA porte sur les joyeuses accusations faites par David Ward, candidat à la succession de Jean Todt, au sujet de ce qu’il estime être une campagne illicite menée par l’actuel Président Jean Todt, en...

Cette année, la campagne pour la Présidence de la FIA porte sur les joyeuses accusations faites par David Ward, candidat à la succession de Jean Todt, au sujet de ce qu’il estime être une campagne illicite menée par l’actuel Président Jean Todt, en vue de sa réélection avec les deniers de la Fédération qu’il gouverne !

L’histoire récente des tentatives d’accès (ou de maintien) à cette Présidence de la FIA apporte quelques coups bien portés sous la table, et voici que Jean Todt, grand favori des suffrages pour un second mandat, se retrouve à devoir détailler la nature de certains déplacements loitains lors desquels il est accusé par son adversaire d’avoir directement entretenu son réseau et ses futures signatures en vue de garantir les soutiens nécessaires pour être de nouveau élu. Chose à laquelle le Français répond qu’il ne peut empêcher ses supporters de l’encourager en personne lors de leurs rencontres de par le monde, qui portent précisément essentiellement sur l’entretien des bonnes relations entre les Automobile Club et la Fédération Internationale de l’Automobile… Ambiance !

Mais le sujet qui nous intéresse aujourd’hui concerne l’ex-Président de la FIA, Max Mosley. Tout le monde se souvient de l’affaire ayant éclaté dans les médias du monde entier, dépassant allègrement le cadre de la F1 et de la FIA, concernant les supposées parties fines dont Mosley aurait été partie prenante. Avocat impitoyable et bien résolu à faire tomber les personnes mettant bien plus que sa vie professionnelle sur l’échafaud, Mosley s’était alors lancé dans une endurante croisade pour faire tomber les créateurs de ce préjudice. Un fait divers devenu affaire d’état en Grande-Bretagne, où le scandale des écoutes et surveillances du groupe New of the World de Rupert Murdoch éclatait : la liste incroyable des personnes écoutés illégalement au téléphone par le géant des médias pour obtenir des scoops « crunchy » faisait apparaître des noms tels que Brad Pitt, Angelina Jolie, ou encore Hugh Grant !

Mais Mosley n’en reste maintenant pas là. Car selon l’expert du barreau, le préjudice de réputation (qui ne pense pas encore à des demoiselles volages en tenues militaires affriolantes à l’évocation de son nom ?) est également toujours à l’heure actuelle grandement dû à Google.

En fin de semaine dernière, Mosley a déposé une assignation contre le moteur de recherche Google France devant le TGI de Paris, du fait de la possibilité de pouvoir encore trouver aujourd’hui la vidéo ou des extraits de celle-ci. La vidéo met en scène des ébats SM fortement connotés historiquement parlant et a fait l’objet d’une interdiction de diffusion par le Tribunal Correctionnel de Paris…

Abonnez-vous à la newsletter

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries F3000
Pilotes Jean Todt
Type d'article Actualités