Motorisations 2014 : L'héritage de Max Mosley (2/2)

Sur les quinze dernières années, de grandes équipes telles que McLaren avaient commencé à expérimenter les technologies de recyclage d’énergie, mais ces dernières furent en premier lieu interdites pour des raisons de sécurité en raison, notamment,...

Sur les quinze dernières années, de grandes équipes telles que McLaren avaient commencé à expérimenter les technologies de recyclage d’énergie, mais ces dernières furent en premier lieu interdites pour des raisons de sécurité en raison, notamment, de l'instabilité des batteries de stockage électrique et du poids de celles-ci.

Mais Mosley voulait malgrét tout que les énormes budgets des constructeurs servent à étudier plus en profondeur les technologies environnementales, plutôt que de tout placer dans le développement des technologies actuelles, jugeant la R&D sur des vis ou des pièces de carbone vaine et manquant de sens pour le grand public.

““Si nous autorisons de tels dispositifs en F1, quelques-uns des meilleurs ingénieurs du monde travailleront sur l’optimisation du stockage d’énergie tout en réduisant le poids et la taille. C’est exactement ce dont nous avons besoin”", avançait-il avec conviction lors de sa croisade pour l'opinion.

Plutôt que de laisser les seuls ingénieurs de l’industrie automobile travailler lentement et difficilement sur ces dispositifs, ils seraient rapidement mis sous les projecteurs de la grande scène qu’est la F1, et de nouvelles versions plus évoluées apparaitraient très vite, et non quelques années après."

Autant que la F1, le laboratoire pour cette technologie fut cependant le monde de l'endurance, qui est même passé à plusieurs types de motorisations (diesel, hybride électrique) ces dernières années. La corrélation avec l'industrie reste cependant plus vraie grâce aux grosses campagnes marketing qu'à de réelles (rares) applications.

La F1 réussit très bien à rendre les choses légères et efficaces. Et très vite, de nouvelles versions de ces dispositifs, relativement peu chers, pourraient être offerts sur des voitures de série de très haute performance," déclarait Mosley en 2006, lors de son mandat à la tête de la FIA. “Le résultat serait une meilleure performance pour une consommation moindre", résumait-il.

L'an prochain, c'est avant tout avec une réduction moteur que la FIA et les motoristes altèreront significativement les chiffres de consommation et de poids embarqué. L'utilisation plus systématisée de l'ERS sera également un nouveau pas fait dans cette direction. 2014 marquera également le lancement par la FIA de la Formule E, ambitieuse compétition monoplace totalement électrique, dans de nombreuses courses urbaines parmi les villes les plus connues au monde.

Faites partie de quelque chose de grand

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries F3000
Type d'article Actualités