Pirelli ne relève pas du jugement de la FIA

C’est un avocat Français, Dominique Dumas, que Pirelli a choisi, assisté par un traducteur, pour son audience face au tribunal International de la FIA concernant l’affaire des tests réalisés conjointement avec Mercedes après le GP d’Espagne

C’est un avocat Français, Dominique Dumas, que Pirelli a choisi, assisté par un traducteur, pour son audience face au tribunal International de la FIA concernant l’affaire des tests réalisés conjointement avec Mercedes après le GP d’Espagne.

Mis à mal par Mercedes, qui met en cause

d’autres équipes

et le

manufacturier italien

avant de se remettre en question, Pirelli a été contraint d’apporter des éclairages précis à de nombreuses questions.

Pour débuter, c’est sur la forme de son contrat que Pirelli a amorcé sa défense. Disposant d’un contrat de fourniture avec la FOM, Pirelli n’est pas sous la juridiction légale de la FIA, estime ainsi l’avocat de la compagnie italienne, qui poursuit en expliquant que Mercedes en revanche, est lié au championnat du monde également par le biais des règles de la FIA.

On se rappellera notamment que le contrat Pirelli n’indique nulle part le type de monoplace autorisé ou non pour la réalisation d’essais privés, tandis que ceux des équipes de F1 stipulent l’utilisation d’une monoplace datant d’au moins deux saisons.

Maître Dumas poursuivra en définissant le cadre légal sous lequel Pirelli saurait être mis en cause. Selon l’avocat, Pirelli répond ainsi du droit français par le biais du Tribunal de Grande Instance de Paris, et non du règlement sportif de la FIA. “L'enquête disciplinaire ouverte par la FIA à l'encontre de Pirelli est totalement inacceptable”, assura-t-il avec véhémence.

Faites partie de quelque chose de grand

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries F3000
Type d'article Actualités