Verdict Testgate - Subtil aveu d'erreur de la FIA?

Le partage de la note en trois des frais juridiques liés à l’affaire du Testgate Mercedes/Pirelli et la clémence du jugement prononcé contre Mercedes en particulier, illustre de façon non formulée l’aveu de culpabilité partielle de la Fédération...

Le partage de la note en trois des frais juridiques liés à l’affaire du Testgate Mercedes/Pirelli et la clémence du jugement prononcé contre Mercedes en particulier, illustre de façon non formulée l’aveu de culpabilité partielle de la Fédération Internationale de l’Automobile dans l’organisation de ces essais.
C’est par le biais de Charlie Whiting que Mercedes s’est enquise de ses droits et devoirs concernant l’organisation de tels tests, proposés initialement à l’équipe de Brackley par Pirelli.

Une correspondance téléphonique a impliqué Ron Medows (Mercedes), le 2 mai, puis Ross Brawn (Mercedes), le même jour, et Charlie Whiting (FIA) à ce sujet. Une note officielle de la FIA a par la suite été émise suite à ces discussions, stipulant que Mercedes pourrait tester si toutes les autres équipes recevaient la demande de tests de la part de Pirelli et qu’une opportunité similaire était par ailleurs offerte à toutes les autres équipes de la grille.

De l’aveu du représentant légal de la FIA lors de l’Audience du Tribunal hier, le reproche pouvant être fait à la FIA concerne le fait de ne pas s’être assuré du fait que les tests aient été proposés ou non à toutes les équipes avant la mise en place de ceux-ci. Lors de l’audience, la FIA a cependant tenu à affirmer le fait qu’aucun accord n’avait été trouvé officiellement pour valider la possible tenue des tests.

Cette communication n’était pas un accord de la FIA ; cela n’était rien d’autre qu’une interprétation de l’article 22 par Whiting et Bernard”, a précisé la FIA lors de l’audience.

Reste que la clémence de la FIA dans son jugement pourrait également révéler que la confusion ne porte pas uniquement sur un possible accord mal interprété ou non, mais bien concernant l’utilisation de la monoplace 2013, pour laquelle Charlie Whiting aurait émis un apriori positif selon la défense de Mercedes…

Le rapport complet (20 pages) du Tribunal, en anglais.

Faites partie de quelque chose de grand

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries F3000
Pilotes Ross Brawn
Type d'article Actualités