2014 - Alonso prend toujours autant de plaisir

Si Fernando Alonso a récemment admis que son ère favorite en F1 était celle des moteurs V10, l’Espagnol apprécie toujours le défi que représente le pilote de nos jours

Si Fernando Alonso a récemment admis que son ère favorite en F1 était celle des moteurs V10, l’Espagnol apprécie toujours le défi que représente le pilote de nos jours.

Peu de pilotes se sont risqués à évoquer ce qui changerait concrètement en course, cette saison, se trouvant dans l’incapacité de dresser des conclusions définitives de la première semaine d’essais de Jerez.

En tous les cas, Alonso ne craint pas une perte de challenge pour le pilote ; sujet

que nous avions également évoqué avec Damon Hill

.

Les autos sont plus lentes, mais rien de plus que ce que cela, je pense”, estime ainsi celui qui refuse de tenir un discours aussi alarmiste que celui de Bernie Ecclestone, blasé par des chagements qu'il juge négatifs.

Les demandes de la F1 ont évolué et les pilotes devront avant tout penser à rallier l’arrivée en début d’année. Un facteur qui évoluera, bien entendu, mais de prime importance au milieu des très nombreux changements techniques de ce début d’année.

Alonso assure ressentir autant d’émotions au volant qu’auparavant, et que cela “n’a pas changé, en plus ou en moins”.

Quand je roule en karting 20 ou 30 secondes moins vite qu’en Formule 1 et que je transpire autant, je prends autant de plaisir et je ressens les mêmes émotions. Tant que l’on pilote à la limite, le chrono réalisé ou votre vitesse ou lenteur sur un tour chronométré ne changent pas, je pense, le point de vue émotionnel ou l’agréable sentiment du pilotage”.

Faites partie de quelque chose de grand

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Ferrari
Pilotes Fernando Alonso , Damon Hill , Bernie Ecclestone
Type d'article Actualités