Alonso : La F1, un sport complexe à dompter

Fernando Alonso a compris que cette saison 2012 était l'une des plus imprévisibles de l'histoire de la F1

Fernando Alonso a compris que cette saison 2012 était l'une des plus imprévisibles de l'histoire de la F1. En devant le seul double vainqueur cette saison, et en assistant aux abandons de Vettel, Grosjean et Hamilton, l'Espagnol ne pouvait réaliser une meilleure opération au championnat.

Le sport est comme ça : ce sont des hauts et des bas”, sourie Alonso après la course.

Hier, nous étions tristes de ne pas être en Q3. Il ne faut jamais abandonner, tout peut arriver, spécialement en F1”.

Le weekend parfait est un assemblage de paramètres incroyablement important, détaille le vainqueur du jour.

Les voitures, les freins, les moteurs peuvent poser problème en course, tout comme les arrêts, etc. Quand vous mettez tout correctement en place, vous avez un beau Grand Prix ! Il y a eu des contacts, comme avec Grosjean, et on peut finir dans le mur ou gagner. Aujourd’hui, tous les facteurs et la chance se sont mis de notre côté et nous avons gagné la course” !

Faites partie de quelque chose de grand

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Ferrari
Pilotes Fernando Alonso
Type d'article Actualités