Alonso reconnaît son erreur de Q3

Malgré son meilleur temps lors de la deuxième séance d'essais libres du Grand Prix du Canada, Fernando Alonso se montrait peu optimiste à l'issue de la première journée d'essais

Malgré son meilleur temps lors de la deuxième séance d'essais libres du Grand Prix du Canada, Fernando Alonso se montrait peu optimiste à l'issue de la première journée d'essais. Le résultat des qualifications tend à lui donner raison, puisque le pilote Ferrari a dû se contenter du sixième chrono. En cause d'après lui, les températures très fraîches pour un mois de juin, qui ont empêché les pilotes Ferrari de faire suffisamment monter leurs pneus en température. “Cette année, nous avons vu à Monaco, et ici à nouveau, que nous ne sommes pas particulièrement compétitifs dans des conditions intermédiaires, et quand nous mettons des pneus pour le sec dans des conditions froides, c'est encore pire. Et c'est pareil pour Lotus”, commente Alonso. “Certaines équipes sont capables de faire monter le pneu en température très rapidement, mais ensuite, ils souffrent en course parce qu'ils détruisent leurs pneus. C'est un peu l'inverse pour Lotus et pour nous. C'est difficile de comprendre pourquoi, mais nous sommes contents de notre voiture”, ajoute-t-il. En-dehors de la difficulté supplémentaire que représentait la basse température des pneus, les conditions météorologiques étaient piégeuses en elles-même, comme l'explique l'Espagnol. “Si on regarde les qualifications dans leur ensemble, autant ce n'était pas facile de s'en sortir, autant c'était très difficile de faire des erreurs dans des conditions pareilles. Nous avons vu des voitures compétitives être éliminées en Q1. Nous avons vu Felipe Massa aller dans le mur”. À cela s'ajoute, pour Alonso et Ferrari, un mauvais choix stratégique lors de la Q3 : “Nous étions aux stands quand c'était le meilleur moment. Quand j'ai mis les pneus neufs pour la deuxième tentative, j'ai fait un blocage de roue au virage 10 et j'y ai perdu beaucoup de temps. C'est en partie à cause de mon erreur que nous sommes sixième. C'est quand même une petite déception, car nous pensions disposer d'une voiture très compétitive”. Désormais, il faut se concentrer sur la course pour le double Champion du Monde, qui aura à cœur d'obtenir un bon résultat dans l'optique de la lutte pour le titre mondial : “Nous devons nous remettre dans la bonne direction demain, marquer de gros points et montrer le potentiel de la voiture”. De façon quelque peu surprenante, cette 6e place en qualifications marque le moins bon résultat d'Alonso à Montréal depuis sa première saison en F1, lors de laquelle il courait chez Minardi. Cela faisait dix ans que le pilote espagnol se qualifiait toujours dans le top 5 sur l'Île Notre-Dame.

Faites partie de quelque chose de grand

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Ferrari
Pilotes Fernando Alonso , Felipe Massa
Équipes Ferrari
Type d'article Actualités