Avril 2014 : Domenicali tourne la page Ferrari, Mattiacci débarque

En cette période des fêtes de fin d’année, ToileF1 vous propose de vous replonger une dernière fois dans l’année 2014 qui va se refermer

En cette période des fêtes de fin d’année, ToileF1 vous propose de vous replonger une dernière fois dans l’année 2014 qui va se refermer. A travers des faits marquants, des articles qui figurent au rang de ceux les plus lus, ou encore via certaines anecdotes, revivez les événements qui ont jalonné l’année F1 et sport automobile.

Chez Ferrari, le début de saison est très loin des attentes. Ni Fernando Alonso, ni Kimi Räikkönen ne décroche le moindre podium lors des trois premiers Grand Prix. A la tête de la Scuderia depuis 2008, Stefano Domenicali donne sa démission une semaine après le Grand Prix de Bahreïn.

Cette dernière est acceptée par Ferrari, le remerciant pour le temps passé à la tête de la Scuderia et pour les différentes responsabilités qu’il a occupées durant les 23 dernières années. Domenicali avait pris la succession de Jean Todt, avec à la clé un titre mondial des constructeurs en 2008, mais aucun titre pilotes au cours des six dernières saisons.

Ferrari nomme aussitôt Marco Mattiacci à la tête de son équipe de Formule 1. Mattiacci est un fidèle du Cheval Cabré et portait les enjeux commerciaux de la marque sur ce qui représente historiquement son territoire le plus important en termes de ventes, en Amérique du Nord.

Disposant de la confiance absolue du Président Montezemolo, il est arrivé à la tête de la division Amérique du Nord en Janvier 2010. Le Romain avait auparavant développé avec succès le business Ferrari au sein de la nouvelle unité Asie-Pacifique, également extrêmement stratégique pour la marque.

Avant d’être affecté en Asie, Mattiacci passa 5 ans, déjà aux Etats-Unis, dans le département marketing du groupe, organisant la restructuration des opérations locales, et fournissant un gros support au lancement de la branche Maserati sur le territoire.

Gros calibre des affaires et des prises de décisions stratégiques, l’Italien s’était lancé à l’assaut du monde de l’automobile de luxe, passant également par Jaguar, après des études à l’Université La Sapienza de Rome, où il suivit la programme de formation de dirigeants internationaux.

Si son manque d'expérience de la F1 aura régulièrement été mis en lumière durant cette saison 2014, l'Italien reste celui qui aura attaqué la réorganisation interne de la Scuderia. Le départ de Montezemolo aura confirmé le caractère intérimaire de sa mission, laissant la place après la dernière course à Maurizio Arrivabene pour 2015.

Quant à Domenicali, il a débuté le 1er novembre une nouvelle aventure chez Audi, où son rôle reste pour le moment obscur.

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Ferrari
Pilotes Kimi Räikkönen , Fernando Alonso , Jean Todt
Équipes Ferrari
Type d'article Actualités